Danse - actualité culturelle

PixelPar Julie Cadilhac - Bscnews.fr/ Sans-doute Mourad Merzouki a-t-il vu la conférence-spectacle " Un point c'est tout" d'Adrien Mondot et Claire Bardainne et son œil perspicace de chorégraphe lui a immédiatement soufflé toutes les possibilités que leur art "numérique" pouvait offrir à la danse - et réciproquement. Ensemble ils ont imaginé une aventure artistique au résultat magnifique : la vidéo interactive et la danse dialoguent, se complètent, fusionnent pour un feu d'artifice visuel auquel la création musicale n'ajoute aucune fausse note.

Lire la suite : Pixel : le ballet synesthésique superbe de Mourad Merzouki

Nova DansePar Julie Cadilhac - Bscnews.fr/ C'est un siècle de musique qui vous est offert, 10 cds pour 10 décennies. Max Guiguet et Émile Omar ont imaginé ce coffret de très belle facture qui invite à entendre les tendances et les périodes qui ont fait l'histoire de la musique, à découvrir "les sonorités qui ont épousé les mouvements de danse des différentes révolutions du corps pendant un siècle".

Lire la suite : Nova vous fait danser

Rocio MolinaPar Julie Cadilhac - Bscnews.fr/ Quel adjectif pourrait rendre l’effet que produit la prestation étourdissante de maîtrise et de beauté qu’offre Rocio Molina, danseuse originaire de Malaga, dans « Danzaora y Vinatica » ? L’engagement physique de cette danseuse de flamenco contemporain et sa technicité sont prodigieux. Accompagnée tantôt des cordes tremblées d’un guitariste, de la voix mélancolique d’un chanteur de fado, de claquements de talons ou de doigts ou encore de battements de mains qui se frappent entre elles ou viennent se heurter sur le corps des performers comme outil de percussion, elle virevolte sur le plateau avec grâce, sensualité et élégance. L’oeil suit, épaté, la vélocité de ses gestes et chacune de ses ondulations et oscillations corporelles subjugue. Parée de rouge, de noir ou d’un habit de bohémienne, ses tenues magnifiques la ceignent, en outre, à la perfection.

Lire la suite : Rocio Molina : la puissance et le charme magnétiques d’un coup de talon

I will be therePar Florence Gopikian Yérémian - Bscnews.fr/ Alessandro Sciarroni est l’un des chorégraphes les plus singuliers de sa génération car il touche à tout. Nées en Italie, ses oeuvres arpentent régulièrement les festivals européens de danse contemporaine. Au mois de mai 2013, son spectacle Folk-s, consacré à la danse tyrolienne, a fait l’ouverture des Rencontres chorégraphiques internationales de Seine Saint Denis. Avec sa nouvelle pièce, Untitled_I will be there when you die, il s’oriente vers un univers particulier: celui de la jongle.

Lire la suite : Untitled de Sciarroni? Une performance physique autour de l’art de la jongle

Découflé - ContactPar Julie Cadilhac - Bscnews.fr/ Spectaculaire, espiègle, loufoque et décalé, Contact fait de la danse à la fois un jeu aux règles sans cesse réinventées, un art populaire qui n'oublie pas l'élégance et la singularité et un feu d'artifice de couleurs, agrémenté de costumes et d'accessoires délirants. C'est une comédie musicale et visuelle à déguster, une fable burlesque orchestré par le comique Christophe Salengro à propos de nos passions (im)mortelles.

Lire la suite : Contact : le ballet psychédélique de Philippe Découflé

Emanuel GatPar Julie Cadilhac - Bscnews.fr/ Emanuel Gat a une "patte" reconnaissable entre toutes ; partant d'improvisations nées à partir de consignes précises, il nous livre les minutes de grâce que ses danseurs et lui-même ont su faire éclore de leurs recherches.

Lire la suite : La danse acoustique d'Emanuel Gat, comme une vague d'air frais

Salia SanouPar Julie Cadilhac - Bscnews.fr/ Parce qu'en sortant de cette création chorégraphique, le malaise et la lassitude se disputent notre esprit, on revient sur les propos de Salia Sanou présentés dans la feuille de salle : " Avec la proposition artistique que représente "Clameur des arènes", j'inscris une volonté de réflexion sur ce que représente le corps noir, qui va de son exploitation, voire sa disparition( l'esclavage), à sa surexposition." 

Lire la suite : La clameur des arènes dérangeante de Salia Sanou

Sidi lardi cherkaouiPar Julie Cadilhac - Bscnews.fr/ Sur le plateau, à l'ouverture, tournoient dans des cubes en verre du personnel médical, avec blouse et masque de rigueur. La mort plane, la maladie guette, un cadavre dans une housse est ainsi installé sur une table d'opération et des lumières spectrales donnent aux visages et à la scène une coloration presque irréaliste. La suite confirme cette impression puisque les corps sans vie se réaniment grâce à des phénomènes paranormaux et que la suite oscille entre réalité et fantastique. La pièce juxtapose ainsi des scènes tout aussi étranges que quotidiennes et crée une sorte de "poésie corporelle" à partir de gestes simples : deux hommes qui s'affrontent, les cheveux d'une femme qui s'agitent, un moustique que l'on éloigne d'un revers de la main sont autant de mouvements de départ qui se prolongent en une véritable chorégraphie.

Lire la suite : Genesis : une chorégraphie métaphysique transculturelle superbe

Empty movesPar Julie Cadilhac - Bscnews.fr/ Sourire, respirer, s'étirer, vibrer, exister, toucher, entendre, murmurer...Être tout simplement. Angelin Preljocaj imagine une recréation corporelle où tous les sens sont invoqués. Durant 1h40, quatre danseurs, en tenue de pyjama d'été, jouent à danser en exécutant une remarquable prestation technique - et l'on saluera immédiatement l'impressionnante performance physique qu'assurent brillamment les interprètes.

Lire la suite : Empty Moves : une performance pour 4 danseurs à l'accompagnement sonore discutable

dansePropos recueillis par Julie Cadilhac - Bscnews.fr/ Crédit-photo Caroline Ablain/ Originaire de Chambéry, formé à l'Ecole de Danse de l'Opéra de Paris puis au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Lyon, Boris Charmatz a dansé sous la direction de Régine Chopinot, Odile Duboc avant de créer ses propres chorégraphies.

Lire la suite : Boris Charmatz : des adultes, des enfants et des machines sur le plateau

Don Quichotte du TrocadéroPar Julie Cadilhac - Bscnews.fr/ Coloré, métissé et burlesque : trois adjectifs pour résumer les premières impressions de ce spectacle de théâtre-danse. Dans Don Quichotte du Trocadéro, José Montalvo a voulu rendre un hommage personnel et singulier à l'œuvre de Cervantès mais aussi au ballet du chorégraphe Marius Petipa. Il a donc invité un pitre, Patrice Thibaud, qui incarne un Don Quichotte aux rondeurs affirmées et aux mimiques clownesques face à un Sancho Pança athlétique. Pourquoi ce choix? " Car il y a en nous tous un peu de Sancho Pança et de Don Quichotte. On peut être rond et avoir de grands rêves et être mince et être très terre à terre donc j'ai décidé d'inverser les physionomies." répond le chorégraphe.

Lire la suite : Don Quichotte du Trocadéro : un ballet burlesque et coloré

Olivier DuboisPar Julie Cadilhac - Bscnews.fr/  Pour le dernier volet de sa trilogie Etude critique pour un trompe l'oeil, Olivier Dubois souhaitait permettre de " faire l'expérience d'une humanité aveuglante, éblouissante...assourdissante"; il met ainsi à nu 18 danseurs ,au sens littéral du terme, et donne à voir un "ballet" singulier  rythmé par la répétition obsessionnelle, une dynamique de groupe tribale et un principe d'allers-retours obsédants de mouvements.

Lire la suite : Olivier Dubois: la tragédie mise à nu

5foudresPar Carine Roy - Bscnews.fr/ La condition humaine chorégraphiée en trois tableaux avec du cœur, du cul et de la chair. Des histoires jalonnées de petits et grands drames, avec des fulgurances de plaisir et de jouissance. Danseur, chorégraphe et metteur en scène, Dave St-Pierre est né en 1974 à Saint-Jérôme au Québec. Sa trilogie sur l’amour à vif est présentée du 6 au 15 février au Théâtre de la Ville à Paris et c'est un événement ! Particularité de cet artiste : ses danseurs et danseuses sont nus sur scène. L’amour et les corps sont ainsi dévoilés de façon ludique et extrême, entre danse et théâtre!

Lire la suite : Dave St-Pierre : danser, aimer et mourir

1980Par Julie Cadilhac - Bscnews.fr/ "Ce morceau de pelouse est large de six baisers": peut-être devrait-on se contenter de citer cette phrase, concentré d'absurde et de poésie, pour qualifier la pièce 1980 de Pina Bausch et s'en tenir là.

Lire la suite : Pina Bausch : "Ce morceau de pelouse est large de six baisers"

Ohad NaharinPar Julie Cadilhac - Bscnews.fr/Crédit-photo:DR/ "Sadeh" signifie territoire en hébreu. Dans SADEH21, le chorégraphe israélien Ohad Naharin a imaginé, en collaboration avec un groupe de danseurs aux performances physiques à applaudir, 21 séquences pour peindre en métaphores instinctives une humanité en proie à ses contradictions : certains tableaux montrent ainsi des corps qui se disloquent, s'expriment à l'aide d'un langage sec et saccadé ( le phrasé gestuel de cette pièce est ainsi insufflé par la technique Gaga qui libère toutes les articulations et toutes les directions corporelles) , tantôt tout s'apaise, une ronde solidaire s'improvise même , parenthèse de paix et de repos avant de replonger dans la tourmente.

Lire la suite : Ohad Naharin : une métaphore instinctive de l'humanité

pokemon crewPar Florence Gopikian Yérémian - Bscnews.fr/ Dans la sphère mouvante des Dance Battles, les Pockemon Crew sont parmi les plus titrés au monde. Originaires de Lyon, ces breakers invétérés ont su conquérir l'Hexagone depuis une dizaine d’années et continuent de mener des compétitions aux quatre coins de la planète.

Lire la suite : Pockemon Crew : de la Breakdance au Swing des Années 30

Corner etudesPar Julie Cadilhac - Bscnews.fr / Crédit-photo: Emanuel Gat/ Parce que c'est son credo, Emanuel Gat a voulu, pour cette 33ème édition du Festival Montpellier Danse, donner au public la possibilité de voir une chorégraphie se créer: de la première répétition à la dernière mise au point technique. Corner Etudes est composé de quatre pièces ; cette année, le chorégraphe associé au Festival a créé, en présence du public, le dernier volet de cette chorégraphie : The surprising complexity of simple pleasures. 

Lire la suite : Corner Etudes : quand l'oeuvre se crée sous les yeux du public

VirusPar Julie Cadilhac - Bscnews.fr/ Crédit photo : Nobuyoshi Araki/ Virus a tout d'une légende païenne extravagante où deux dieux farfelus et sans moeurs malmènent les hommes en jouant d'eux. Sur le plateau s'étend une gigantesque "toile d'araignée" dans laquelle sont tenus prisonniers des êtres aux combinaisons blanches piquées de boules colorées et où errent des femmes qui semblent avoir perdu toute raison.

Lire la suite : Virus: la compagnie Dairakudakan transfigure les hommes-monstres qu'engendre l'humanité

Les NuitsPar Julie Cadilhac - Bscnews.fr /Crédit-photo : Jean-Claude Carbonne/ Les Nuits d'Angelin Preljocaj exercent un pouvoir d'attraction puissant sur le spectateur: hommage à la sensualité sous toutes ses formes, puisant essentiellement dans les topoï orientaux, cette pièce chorégraphique enchante autant pour l'habileté de ses danseurs que pour ses créations lumières, le choix des musiques, l'ingéniosité des costumes et des élements de décors qui viennent se poser ici ou là au gré des mouvements de cette création.

Lire la suite : Les mille et une nuits d'Angelin Preljocaj : un hommage délicieux rendu à la sensualité

A LA UNE

Sous la glace : une vision glaçante et ironique du monde de l’entreprise

Sous la glace : une vision glaçante et ironique du monde de l’entreprise

Publication : jeudi 14 décembre 2017 15:22

Par Eloise Bouchet - Comment trouver sa place dans un monde qui fait la part belle au profit immédiat au détriment de toute valeur humaniste ? Un monde qui porte aux nues les « winners », ceux qui n’hésitent pas à écraser les autres pour parvenir à leurs fins ?

Neymar : du FC Barcelone au PSG, toujours une valise d'avance

Neymar : du FC Barcelone au PSG, toujours une valise d'avance

Publication : jeudi 14 décembre 2017 10:13

  Par Pascal Baronheid - Fashion victims par excellence, mercenaires, sales gosses, les protagonistes du football sont peu suspects de fidélité, sauf à leur valise, élément fondamental de la panoplie de première nécessité.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter !

Sans langue de bois

Laurent Obertone : "Certains médias ont le monopole de la pensée autorisée et de la morale"

Laurent Obertone : "Certains médias ont le monopole de la pensée autorisée et de la morale"

Publication : mardi 28 novembre 2017 11:23

  Par Nicolas Vidal - Depuis la parution de France Orange Mécanique en 2013, le journaliste Laurent Obertone déjoue tous les pronostics littéraires. Ses livres font fureur en librairie malgré une presse très rétive aux sujets qu’il aborde et qui ne se prive pas de dénoncer ses idées.

Écoutez de la musique

CARRE MUSIQUE

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Idées de voyages

BANNER VOYAGE

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer