Léa WiazemskyPar Emmanuelle de Boysson - Bscnews.fr/ Clara a 27 ans. Elle est serveuse dans un bistrot où Clément, un vieux monsieur, déjeune seul une fois par semaine. Ils s’attendent, s’observent, s’apprivoisent comme le petit prince et le renard. Intriguée et attirée par cet homme qui pourrait être son grand-père et lit des romans, Clara se prend d’affection pour lui. Des liens se tissent entre ces deux êtres que tout sépare. Pourtant, comme souvent dans les histoires d’amitié, des fils secrets les unissent. Clara cache une tristesse et des blessures que les garçons de son âge ne peuvent effacer, Clément, une histoire douloureuse que le temps ne lui a pas permis de surmonter. Tous deux portent le poids des drames de la Seconde Guerre Mondiale. Peu à peu, chacun va dévoiler à l’autre son vrai visage et lui apporter bonheur et sérénité. Clara découvre en Clément le grand-père qu’elle n’a jamais eu. A travers Clara, Clément reconnaît la petite fille dont il rêvé. Une magnifique leçon de vie, l’histoire d’une amitié où chacun transmet à l’autre ce qu’il a de meilleur. Sensible, juste, tendre, écrit avec le coeur, ce roman est un des meilleurs du printemps. Une romancière est née. François Mauriac, son grand-père et Régine Deforges, sa mère, seraient fiers d’elle.

Lire la suite : Léa Wiazemsky : une jeune romancière à l'écriture sensible et juste

*/

SomozaPar Hugo Polizzi - Bscnews.fr/ Après avoir été traduit de l’espagnol par Marianne Millon, Tétraméron de José Carlos Somoza a été publié aux Editions Actes Sud en février 2015. Soledad (« solitude » en français), 12 ans, est une fillette invisible aux yeux de ses camarades. En classe verte avec sa classe de collège pour visiter un ermitage non loin de Madrid, elle s’égare et se retrouve nez à nez avec quatre adultes. Ils forment une société secrète du nom de Tétraméron. Chacun en vient à raconter des récits aux desseins sombres et ambiguës. Veulent-ils du mal à Soledad ?

Lire la suite : José Carlos Somoza : Tétraméron, un "livre qui contient des coffres" à ouvrir

Lisbonne MelodiesInterview réalisée et traduite de l’anglais par Amélie Coispel et Hugo Polizzi - Bscnews.fr /  Il est des oeuvres qui nous bousculent, nous tourmentent. Lisbonne Mélodies est l’une d’entre elles. Au coeur de ce livre, la musique bien sûr. Celle d’un contrebassiste et de son alter-ego, un pianiste. Les deux personnages partagent la même mélodie, sans jamais ne s’être rencontrés auparavant, sans qu’il n’y ait d’explication à cette même inspiration. Ce livre est un roman de vie qui questionne sur le monde et la condition humaine, à travers la folie d’Hugo, personnage principal, sa solitude et sa soumission à l’argent, à l’alcool et à la drogue mais aussi à travers la quête d’identité, le doute, l’existence, et la schizophrénie. Une oeuvre presque philosophique, où la réflexion est le maître-mot.

Lire la suite : Joao Tordo : « La folie n’est pas l’absence de raison, mais l’absence de tout sauf de raison »

Sara MesaInterview réalisée et traduite de l’espagnol par Hugo Polizzi - Bscnews.fr/ Après avoir été traduit de l’espagnol par Delphine Valentin, Quatre par Quatre de Sara Mesa a été publié aux Editions Payot & Rivages en avril 2015.

Lire la suite : Sara Mesa : «Lorsqu’il est confronté à des situations extrêmes, l’être humain se montre sous son...

L'orphelinatPar Emmanuelle de Boysson - Bscnews.fr/ 1920. Saint-Malo. Dans l’orphelinat de la Victoire, Olivier, 9 ans, ne sait rien de ses origines. Il est pupille de la nation. Avec ses camarades, Martin et Baptiste, il rêve de s’enfuir, de retrouver sa mère. Le directeur de l’établissement affirme qu’elle est morte. Olivier n’en croit rien. Maltraités par les surveillants, les gamins doivent travailler pendant l’après-midi sur le port ou dans les champs. L’amitié les sauve. Olivier retrouvera-t-il sa mère ?

Lire la suite : Emmanuelle Friedmann : une histoire des pupilles de guerre

Abonnez-vous au Tabloïd !