SAINTEXUPERYPar Marc Emile Baronheid - L’incertitude planant sur son sort alimente la légende dorée de l’écrivain, en même temps qu’elle continue de faire tourner la planche à billets des éditeurs. La découverte d’une gourmette de saint-ex, puis celle de l’épave de son avion devaient avoir mis un terme, 56 ans plus tard, à toutes les supputations.

Un volume très illustré (photos, fac-similés de documents officiels) et abondamment annoté entend sonner la fin des passes d’armes. Sauf que les auteurs, soucieux peut-être de ne pas verser dans le sensationnalisme, donnent le sentiment de marcher sur des œufs. Ils passent au crible de la réfutation la cascade d’hypothèses émises depuis le 31 juillet 1944, d’une panne d’inhalateur d’oxygène au suicide délibéré, pour en avancer une autre « tout à fait crédible », parce que « rien ne permet de prétendre le contraire ». Le créateur du petit prince aurait été abattu par la chasse nazie, mais pas nécessairement tué, puisque le témoignage d’un soldat en mission de secours en mer pour la luftwaffe ouvre la porte à un sauvetage de l’aviateur français - blessé mais en vie - par l’armée allemande. Si vous possédez des éléments fiables sur le dernier domicile connu du commandant saint-exupéry, écrivez à la rédaction du bsc news magazine qui vous offrira un abonnement à son tabloïd.

 


Projeté dans le roman de Saint-Exupéry, thierry luthers, petit pince-sans-rire, demanderait à coup sûr « dessine-moi un ballon ». Le micro de cet insaisissable renard des surfaces, grand chroniqueur sportif devant l’éternel, est aussi célèbre que le pied gauche de garrincha. Luthers pourrait se contenter de cette notoriété et mener une existence pépère lachaise, au lieu de quoi il applique ce précepte de roland de roncevaux : « a force de barrir dans ma tour d’ivoire, j’irai rejoindre le cimetière des olifants », pour se déchaîner dans de bouillants concerts adossés à johnny hallyday. Un surdoué soumis à la tentation de rémy bricka, puisqu’il manie aussi la plume. Témoin ce guide des tombes de personnalités belges en province de liège. Le thème serait austère, n’était l’art du contrepied d’un auteur adepte de l’ humour espiègle. Les cimetières liégeois hébergent pêle-mêle – parfois à leur corps défendant - de grands capitaines d’industrie ou de football, des hommes politiques et des fantaisistes, des sportifs d’exception, un chanteur de rue, des femmes fatales, des amantes insatisfaites dont, les nuits de grand vent, on peut entendre le cœur palpiter sous l’humus. Un condensé du monde, un plat pays avec de vagues rochers d’humilité pour arrêter les vagues de gloriole. Nécropole principale, le cimetière de robermont incite à la déambulation touch and go, parmi des allées nimbées d’un romantisme diaphane, cousin de cette mélancolie chère à jean starobinski. Le lieu n’a pas livré tous ses mystères. On ne s’étonnerait pas outre mesure d’y découvrir un jour, dans un avion sans ailes, la dépouille d’antoine de saint-exupéry…

 

« Saint-Exupéry – Révélations sur sa disparition », François d’Agay e.a., éditions Vtopo. 19,95 euros
« Derniers domiciles connus », Thierry Luthers, Luc Pire éditions (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.), 20 euros

 

Lire aussi dans notre sélection littéraire :

Blaise Cendrars : le cosmopolite amoureux de Paris

Barbara : la potion nostalgique d'Alain Vircondelet

Collette : la nouvelle réussite littéraire de Dominique Bona

 

Commentez l'article

Le BSC NEWS Magazine du mois

COUV BSCNEWS DECEMBRE2017

 

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

A LA UNE

Laëtitia Eïdo : "La série Fauda montre l’horreur d’un conflit sans fin"

Laëtitia Eïdo : "La série Fauda montre l’horreur d’un conflit sans fin"

Publication : mercredi 17 janvier 2018 16:19

Par Antoine Coste Dombre - Des yeux noirs perçants et une voix assurée, Laëtitia Eïdo paraît sûre d’elle. Un caractère bien trempé qui tranche avec une sensibilité évidente.

Amandine Dhée : « Le père est une mère très acceptable »

Amandine Dhée : « Le père est une mère très acceptable »

Publication : mardi 16 janvier 2018 15:52

Par Marc Emile Baronheid - « Hors de question que je couve en silence » : le sois ronde et tais-toi n’a pas cours, dans ce brûlot marqué au fer du féminisme subtil.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter !

Soutenez Putsch !

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicité

KO1

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Sans langue de bois

Laurent Obertone : "Certains médias ont le monopole de la pensée autorisée et de la morale"

Laurent Obertone : "Certains médias ont le monopole de la pensée autorisée et de la morale"

Publication : mardi 28 novembre 2017 11:23

  Par Nicolas Vidal - Depuis la parution de France Orange Mécanique en 2013, le journaliste Laurent Obertone déjoue tous les pronostics littéraires. Ses livres font fureur en librairie malgré une presse très rétive aux sujets qu’il aborde et qui ne se prive pas de dénoncer ses idées.

Écoutez de la musique

CARRE MUSIQUE

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Idées de voyages

BANNER VOYAGE

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer