COBENPar Marc Emile Baronheid - La production d’Harlan Coben est inégale, au point que certains ont cru lever un lièvre en avançant à son propos l’éventualité d’un collectif, façon Gérard de Villiers.

Le dernier opus dissipe les doutes. Le romancier s’y montre au meilleur de sa forme, excellant à balader le lecteur en multipliant les pistes, en laissant planer le doute, à force de semer des petits cailloux pas si blancs que cela, dans la grande tradition du roman à la sauce Oncle Sam.

 

L’opulente famille Burkett est le mortier dans lequel s’active le pilon d’Harlan Coben. Elle affiche une réussite, des codes et traditions qui sont autant de gènes d’une certaine Amérique. Maya, militaire d’élite ayant servi son pays au Koweit et lestée d’un traumatisme sévère, est la pièce rapportée d’un clan très fermé. Veuve de Joe Burkett, fraîchement assassiné, elle est la plaque tournante d’une intrigue riche en méandres et circonvolutions habiles. Entre paranoïa, jalousies féroces, amis qui vous veulent du bien, inévitables psys et invraisemblances vraisemblables, le lecteur peinera jusqu’au bout à éviter le piège de cette mystification qui donne son prix au récit.

« Double piège », Harlan Coben, Belfond. 21,90 euros

 

Lire aussi dans notre sélection de polars :

Ray Bradbury : les codes du polar brillamment détournés

Elsa Marpeau : des polars à la perception colorée du monde

David Bell : l'addiction comme méthode douce

Le 36 : l'antre mythique de la police parisienne

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Commentez l'article

A LA UNE

Sous la glace : une vision glaçante et ironique du monde de l’entreprise

Sous la glace : une vision glaçante et ironique du monde de l’entreprise

Publication : jeudi 14 décembre 2017 15:22

Par Eloise Bouchet - Comment trouver sa place dans un monde qui fait la part belle au profit immédiat au détriment de toute valeur humaniste ? Un monde qui porte aux nues les « winners », ceux qui n’hésitent pas à écraser les autres pour parvenir à leurs fins ?

Neymar : du FC Barcelone au PSG, toujours une valise d'avance

Neymar : du FC Barcelone au PSG, toujours une valise d'avance

Publication : jeudi 14 décembre 2017 10:13

  Par Pascal Baronheid - Fashion victims par excellence, mercenaires, sales gosses, les protagonistes du football sont peu suspects de fidélité, sauf à leur valise, élément fondamental de la panoplie de première nécessité.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter !

Sans langue de bois

Laurent Obertone : "Certains médias ont le monopole de la pensée autorisée et de la morale"

Laurent Obertone : "Certains médias ont le monopole de la pensée autorisée et de la morale"

Publication : mardi 28 novembre 2017 11:23

  Par Nicolas Vidal - Depuis la parution de France Orange Mécanique en 2013, le journaliste Laurent Obertone déjoue tous les pronostics littéraires. Ses livres font fureur en librairie malgré une presse très rétive aux sujets qu’il aborde et qui ne se prive pas de dénoncer ses idées.

Écoutez de la musique

CARRE MUSIQUE

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Idées de voyages

BANNER VOYAGE

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer