MauriceSachsPar Marc Emile Baronheid - Un sujet en or. Un roman consacré à Maurice Sachs, peu de temps après le cahier de l’Herne. Pour un retour en grâce de celui qui continue d’incarner l’esthétique du pire? N’en demandons pas tant.

La forme épistolaire est intéressante et permet une légèreté, une liberté qui échappent au récit biographique habituel, d’autant que, ici, il s’agit en majorité d’échanges post mortem. Réussi, le portrait-robot du début autorise des espoirs bientôt tempérés, au milieu du gué, par des faiblesses d’écriture, avant l’assèchement progressif  de ce si beau sujet. Il faut lire, toutefois, cette évocation d’un homme qui suscita nausée et dévotion, passion et dégoût et excella dans l’art de brouiller les pistes jusqu’à perdre sa propre trace, celle qu’il laisse au chapitre « paradoxes », dans les lettres du siècle dernier. « Je voudrais sentir un autre parfum que celui de cette merde de vie qui remonte des abysses », lui fait-on écrire. Jean Poutet, auteur,  a déjà répondu : « Plus on plonge les pieds dans la merde, plus on renifle vers le ciel ». L’art et la manière de humer la rédemption…

 

« Saint Salopard », Barbara Israël, Flammarion, 18 euros

 

Lire aussi dans notre sélection de romans :

Calais : des jeunes face au Chef corrompu de la jungle

Françoise Sagan : le temps béni de l’écriture

L.S Hilton : Domina, un roman noir qui va plus loin

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Commentez l'article

A LA UNE

Emmanuel Petit : l'équipe de France et les états d'âme

Emmanuel Petit : l'équipe de France et les états d'âme

Publication : samedi 16 décembre 2017 08:45

  Par Pascal Baronheid - En clamant son « attachement viscéral à l’équipe de France », Emmanuel Petit rame à contre-courant d’un univers qui désapprouve les états d’âme.

Sous la glace : une vision glaçante et ironique du monde de l’entreprise

Sous la glace : une vision glaçante et ironique du monde de l’entreprise

Publication : jeudi 14 décembre 2017 15:22

Par Eloise Bouchet - Comment trouver sa place dans un monde qui fait la part belle au profit immédiat au détriment de toute valeur humaniste ? Un monde qui porte aux nues les « winners », ceux qui n’hésitent pas à écraser les autres pour parvenir à leurs fins ?

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter !

Sans langue de bois

Laurent Obertone : "Certains médias ont le monopole de la pensée autorisée et de la morale"

Laurent Obertone : "Certains médias ont le monopole de la pensée autorisée et de la morale"

Publication : mardi 28 novembre 2017 11:23

  Par Nicolas Vidal - Depuis la parution de France Orange Mécanique en 2013, le journaliste Laurent Obertone déjoue tous les pronostics littéraires. Ses livres font fureur en librairie malgré une presse très rétive aux sujets qu’il aborde et qui ne se prive pas de dénoncer ses idées.

Écoutez de la musique

CARRE MUSIQUE

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Idées de voyages

BANNER VOYAGE

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer