PEGGYPar Marc Emile Baronheid - Une vestale. Pendant près de vingt ans, Peggy Roche a évolué discrètement dans le sillage de Françoise Sagan, en personnage d’arrière-plan mais nullement négligeable, au point que Denis Westhoff, fils de Sagan, notera «Lorsque Peggy s’en alla, ce fut une part de ma mère qui disparut avec elle et ne revint jamais.»

Mannequin, styliste, journaliste de mode, elle a nourri pour son inconstante amie une passion exaltante et impétueuse, cimentée patiemment par la longueur de temps, en dépit de ou grâce à quantité d’aventures périphériques. « Je monte me coucher rapidement, pour garder intacte la joie immense de cacher un secret tout aussi immense. Je te retrouve quelques heures plus tard, ton corps fatigué se blottissant contre le mien ». Le  monde selon Sagan, entre Palfium 875,  alcool à gogo, drogues plus malignes parfois payées par chèque, fringale d’amours, démon du jeu, bande d’amis indéfectibles. Et par-dessus tout, le temps béni de l’écriture. Le premier roman publié en France d’une canadienne née en 1982.

 

« Peggy dans les phares », Marie-Eve Lacasse, Flammarion, 18 euros

 

Lire aussi dans notre sélection de romans :

L.S Hilton : Domina, un roman noir qui va plus loin

L’émancipation de la Femme par la bicyclette ?

Bicyclette : une littérature à géométrie variable

 

 

 

 

Enregistrer

Commentez l'article

A LA UNE

Emmanuel Petit : l'équipe de France et les états d'âme

Emmanuel Petit : l'équipe de France et les états d'âme

Publication : samedi 16 décembre 2017 08:45

  Par Pascal Baronheid - En clamant son « attachement viscéral à l’équipe de France », Emmanuel Petit rame à contre-courant d’un univers qui désapprouve les états d’âme.

Sous la glace : une vision glaçante et ironique du monde de l’entreprise

Sous la glace : une vision glaçante et ironique du monde de l’entreprise

Publication : jeudi 14 décembre 2017 15:22

Par Eloise Bouchet - Comment trouver sa place dans un monde qui fait la part belle au profit immédiat au détriment de toute valeur humaniste ? Un monde qui porte aux nues les « winners », ceux qui n’hésitent pas à écraser les autres pour parvenir à leurs fins ?

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter !

Sans langue de bois

Laurent Obertone : "Certains médias ont le monopole de la pensée autorisée et de la morale"

Laurent Obertone : "Certains médias ont le monopole de la pensée autorisée et de la morale"

Publication : mardi 28 novembre 2017 11:23

  Par Nicolas Vidal - Depuis la parution de France Orange Mécanique en 2013, le journaliste Laurent Obertone déjoue tous les pronostics littéraires. Ses livres font fureur en librairie malgré une presse très rétive aux sujets qu’il aborde et qui ne se prive pas de dénoncer ses idées.

Écoutez de la musique

CARRE MUSIQUE

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Idées de voyages

BANNER VOYAGE

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer