BUDAPEST LIBRAIRIE

Par BSC NEWS - Dans le cadre de la rentrée littéraire, nous vous proposons une série d’entretiens avec des libraires français ou francophones qui nous parlent de leur métier et de la place du livre où qu’ils soient. Flora Dubosc qui dirige la librairie Latitudes à Budapest ( Hongrie) a répondu à nos questions.

 

Pouvez-vous nous présenter en quelques mots la genèse de votre librairie ?
La librairie Latitudes est née le 6 décembre 2004. Mais l’histoire commence quelques mois plus tôt, lorsque l’Institut français de Budapest a décidé de lancer un appel d’offres pour la gérance / exploitation d’une librairie française dans ses locaux. Ma sœur, Camille Defourny aujourd’hui propriétaire de la Librairie des Signes à Compiègne, travaillait dans la librairie (Le Pont) qui occupait alors les locaux en question au rez-de-chaussée de l’Institut français de Budapest. Elle m’a proposé de répondre avec elle à cet appel d’offres, que nous avons remporté. La librairie Latitudes existe donc depuis bientôt 13 ans.
Latitudes est à ce jour la seule librairie en Hongrie qui répond aux critères de l’agrément « librairie francophone de référence » accordé par le Centre National du Livre. Notre fonds est constitué à près de 84% de livres en français et édités en France. Les livres en espagnol représentent environ 12% du fonds. Les quelques 4% restants du fonds sont constitués de livres en hongrois, français voire en anglais (ouvrages pour l’apprentissage du français ou sur la Hongrie et Budapest) édités en Hongrie.

 

Comment avez-vous choisi de devenir libraire ?
Je suis devenue libraire un peu par hasard. Lorsque nous avons répondu à l’appel d’offres de l’Institut français, ma sœur était libraire et moi j’apportais mes compétences en matière de gestion et les fonds nécessaires. Petit à petit, je me suis impliquée dans la marche de la librairie au-delà des aspects comptables et financiers pour en devenir l’unique propriétaire fin 2010, lorsque ma sœur a quitté la Hongrie pour des raisons personnelles.

 

Pourriez-vous définir un profil type de vos clients ?
Nos clients sont en premier lieu des hongrois francophones, beaucoup enseignent ou apprennent le français, mais aussi des expatriés francophones (Français, Belges, Canadiens, Suisses...). La grande majorité de nos clients sont donc des lecteurs pour lesquels le français n’est pas la première langue, ce qui est un facteur déterminant dans nos sélections.

 

Dans quel genre se spécialise votre libraire ? Ou y préférez-vous une portée plus généraliste ?
La librairie Latitudes est une librairie généraliste proposant des rayons de littérature francophone, littérature hongroise, littérature étrangère, essais, romans policier, livres jeunesse, bande dessinées, méthodes d’apprentissage du français, dictionnaires, beaux livres, livres pratiques, guides, livres d’occasion, presse de langue française, ainsi qu’un rayon de jeux éducatifs.

 

Concernant la rentrée littéraire, quelle place a-t-elle dans la vie économique de votre librairie ?
D’un point de vue économique, la rentrée littéraire a un impact assez marginal. Nous sommes dans un pays qui n’est pas francophone et où le pouvoir d’achat est bien plus faible qu’en France. Les nouveautés en grand format sont donc très chères pour la plupart de nos clients. Nous sommes donc très sélectives sur les titres que nous proposons et très modestes sur les quantités, mais, comme pour tous les livres, nous proposons un service de commandes au détail. Comme nous le disons à nos clients, si le livre est disponible chez l’éditeur nous pouvons le faire venir, et il n’y a pas de frais supplémentaires.

 

Pour finir, quels sont vos coups de cœur pour cette rentrée littéraire ?
Nous avons sélectionné une petite trentaine de titres (http://www.latitudes.hu/fr/actualites/rentree-litteraire-septembre-2017) parmi lesquels je citerais Notre vie dans les forêts de Marie Darrieusecq chez POL, Les vacances de Julie Wolkenstein aussi chez POL, La nuit des enfants qui dansent de Franck Pavloff chez Albin Michel (il est question de la Hongrie, de Budapest du Festival Sziget...), Les crayons de couleur de Jean-Gabriel Causse chez Flammarion.
Pour les raisons évoquées plus haut, nous proposons aussi la rentrée littéraire en poche, avec notamment l’Histoire du lion Personne de Stéphane Audeguy (Points), Profession du père de Sorj Chalandon (Le livre de poche), L’élève de Joyce de Drago Jancar (Libretto), Pukhtu Primo et Secundo de D.O.A (Folio), le second volume de Vango de Timothée de Fombelle (Folio), L’imposteur de Javier Cercas (Babel), Il est avantageux d’avoir où aller d’Emmanuel Carrère (Folio) ou encore L’archipel d’une autre vie d’Andrei Makine (Points)


Librairie Latitudes ( Budapest - Hongrie )
Könyvesbolt Librairie Librería
1011 Budapest - Fő utca 17.
(Francia Intézet - földszint)
Tel : +36 1 488 04 29
Hétfő / Lundi / Lunes - Péntek / Vendredi / Viernes : 10 - 19
Szombat / Samedi / Sábado : 10 - 16

Le site officiel de la librairie : www.latitudes.hu/fr

 

Lire aussi d'autres interviews de découvertes :

Rentrée littéraire : la Librairie française, le carrefour culturel de Madrid

Ile de Ré : la littérature envahit l'île aux livres

Gilles Paris : l'auteur qui voulait mettre des mots ailleurs que dans sa bouche

 

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Commentez l'article

A LA UNE

Sous la glace : une vision glaçante et ironique du monde de l’entreprise

Sous la glace : une vision glaçante et ironique du monde de l’entreprise

Publication : jeudi 14 décembre 2017 15:22

Par Eloise Bouchet - Comment trouver sa place dans un monde qui fait la part belle au profit immédiat au détriment de toute valeur humaniste ? Un monde qui porte aux nues les « winners », ceux qui n’hésitent pas à écraser les autres pour parvenir à leurs fins ?

Neymar : du FC Barcelone au PSG, toujours une valise d'avance

Neymar : du FC Barcelone au PSG, toujours une valise d'avance

Publication : jeudi 14 décembre 2017 10:13

  Par Pascal Baronheid - Fashion victims par excellence, mercenaires, sales gosses, les protagonistes du football sont peu suspects de fidélité, sauf à leur valise, élément fondamental de la panoplie de première nécessité.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter !

Sans langue de bois

Laurent Obertone : "Certains médias ont le monopole de la pensée autorisée et de la morale"

Laurent Obertone : "Certains médias ont le monopole de la pensée autorisée et de la morale"

Publication : mardi 28 novembre 2017 11:23

  Par Nicolas Vidal - Depuis la parution de France Orange Mécanique en 2013, le journaliste Laurent Obertone déjoue tous les pronostics littéraires. Ses livres font fureur en librairie malgré une presse très rétive aux sujets qu’il aborde et qui ne se prive pas de dénoncer ses idées.

Écoutez de la musique

CARRE MUSIQUE

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Idées de voyages

BANNER VOYAGE

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer