José James A love of a Time Of Madness

 

Par Nicolas Vidal - L’incontournable José James revient avec un nouvel album où il explore de nouvelles frontières : celle de l’intimité, de son rapport à l’amour et aux tourments de l’âme.

Love in a Time of Madness est un projet inclassable autant qu’il est puissant et d’une esthétique propre au new-yorkais. José James nous a accordé une longue interview pour nous donner les clés de son art et de son talent. L’étoile continue de briller de mille feux sur la scène.

 

Un septième album totalement atypique par rapport au dernier qui était«  Yesterday i Had the Blues ».  D’où vous est venue cette idée José James de produire un album qui regroupe beaucoup de styles de musique et qui touche à de très nombreuses influences musicales ?
Chacun de mes albums a été à première vue «atypique» par rapport au précédent. Mais lorsqu’on examine mon travail, il est relativement simple de trouver des antériorités claires. Dans ce cas, mon album «BLACKMAGIC» a jeté les bases de «Love in a Time of Madness», grâce à mon travail avec les producteurs électroniques Flying Lotus, Moodymann et Taylor McFerrin. La principale raison émotionnelle de cette nouvelle direction dans le R&B est basée sur la façon dont mes fans aiment mes chansons R&B de No Beginning No End - «Trouble», «Come to My Door,», «Do You Feel»... Donc, pour moi, c’est simplement l’étape suivante ou l’évolution que j’ai commencée avec «The Dreamer». Fait intéressant, j’ai terminé ma tournée Billie Holiday en pensant: «Si Billie était un jeune artiste aujourd’hui, qu’est-ce qu’elle   créerait?» Je doute qu’une jeune talentueuse chanteuse noire de Baltimore  de nos jours se lance dans le jazz comme nous le connaissons. Je pense que les artistes de jazz sont à la croisée des chemins - rester dans la tradition établie et faire des concerts pour le petit public de jazz, ou embrasser pleinement l’immense monde de la musique contemporaine et numérique.
 
Souhaitiez-vous au départ  de l’écriture de cet album pouvoir proposer des morceaux très différentes les uns des autres, José James ?
Je ne pense pas qu’ils soient différents les uns des autres, mais je suis un musicien, alors je l’appréhede d’un point de vue différent. Certains ont plus de production électronique que d’autres, mais ils ont tous été écrits et produits de la même manière, même s’ils semblent différents. Par exemple, «To Be With You» est samplé et découpé par Mali Music, avec une production électronique par Tario. Ce n’est pas un groupe qui joue. Mon objectif était d’écrire de superbes chansons avec des auteurs-compositeurs et des producteurs étonnants et de donner à chaque chanson sa meilleure forme.
 
Pensez-vous continuer à sortir des albums de jazz ou vous orientez-vous définitivement vers un style plus R&B?
Je suis intéressé par l’exploration du R&B pour le moment. Je pense que «The Dreamer», «For All We Know», «Yesterday I Had the Blues», et mon travail sur la bande sonore Fifty Shades Darker dit tout ce que je veux dire sur le jazz traditionnel.

 


 
Vous évoquez beaucoup l’amour dans ce nouvel album avec une certaine candeur et une réalisme parfois dur. C’est un thème qu’il vous tenait à coeur de développer ?
C’est ma vie. Cet album résume les trois dernières années de ma vie en tournée, l’amour, le rock & roll et la musique. Tout est dedans. J’ai écris ce que je connaissais.
 
Pouvez-vous nous parler de votre première idée qui était de faire un double album avec une partie consacrée à la folie qui envahit la société ?
Au début, je voulais consacrer une partie de l’album à la «folie» dont nous nous trouvons entourés - le racisme et la violence perpétués envers les Américains noirs et les personnes de couleur, le sexisme, la misogynie, la xénophobie - mais je les ai finalement trouvés épuisants et inutiles à retranscrire artistiquement parlant. Je préfère offrir une solution, qui est l’amour dans une période de folie.

Vous abordez l’amour sous des formes très diverses : le couple, les mensonges, le célibat, les doutes ? Que vous a apporté personnellement l’écriture de cet album ?
N’oubliez pas le divorce, la dépendance, l’obsession! Je ne pense pas qu’il y ait beaucoup de célibat là-bas, bien que haha. J’ai donné de ma vie, qui a été la plupart du temps vécue dans les chambres d’hôtel, les avions et les étapes du monde entier. La musique est devenue ma vie entière et peu de gens le comprennent finalement.Mais par dessus tout,  cet album parle de mon amour viscéral de la musique.

Est-ce l’un de vos albums les plus intimistes de votre carrière?
Absolument. J’espère qu’il apporte beaucoup de réponses à la question « Qui est José James?».  En tout cas, je l’ai certainement fait pour moi.

 


 
Pouvez-vous vous expliquer en quelques mots ce qu’évoque pour vous le titre de cet album ?
Il s’agit d’essayer de trouver un sentiment de paix en période de détresse. C’est aussi simple que d’avoir une dure journée de travail, puis de rentrer à la maison boire un verre de vin et écouter un album Nina Simone. Ou écouter Aretha Franklin un dimanche matin avant de sortir avec des amis pour prendre le café. La musique nous aide à nous concentrer sur un lieu, que ce lieu soit physique ou émotionnel.
 
Vous ne refusez jamais le mélange des genres dans vos albums. Est-ce que le fait que vous ayez grandi à Minneapolis a influencé votre manière d’être ?
Probablement, mais je pense que c’est aussi la génération dans laquelle j’ai grandi. Robert Glasper a grandi à Houston mais il a la même ouverture à la musique. La génération Millenial a grandi en entendant les rappeurs chanter et vice versa. Les limites étaient plus fluides et nous le retrouvons dans la musique.
 
On vous connaît une culture musicale impressionnante. Quels artistes nous conseilleriez-vous de découvrir en ce moment ? Autrement dit, quels sont vos coups de coeur ?
À l’heure actuelle, j’aime beaucoup Kehlani, The Internet, Anderson Paak, My Brightest Diamond et Andrew Bird. Ce sont des gens cools.


José James
Love in a Time of Madness
Blue Note

> Le site officiel de José James

 

Lire aussi dans nos interviews Jazz Club :

Leo Sidran : un artiste multifacette entre chien et loup

Vincent Peirani : le magicien de l’accordéon

Cécilia Bertolini : une carrière Jazz sur le tard

Sarah Lenka : " On ne chante pas Bessie Smith par hasard "

 

Commentez l'article

A LA UNE

Sous la glace : une vision glaçante et ironique du monde de l’entreprise

Sous la glace : une vision glaçante et ironique du monde de l’entreprise

Publication : jeudi 14 décembre 2017 15:22

Par Eloise Bouchet - Comment trouver sa place dans un monde qui fait la part belle au profit immédiat au détriment de toute valeur humaniste ? Un monde qui porte aux nues les « winners », ceux qui n’hésitent pas à écraser les autres pour parvenir à leurs fins ?

Neymar : du FC Barcelone au PSG, toujours une valise d'avance

Neymar : du FC Barcelone au PSG, toujours une valise d'avance

Publication : jeudi 14 décembre 2017 10:13

  Par Pascal Baronheid - Fashion victims par excellence, mercenaires, sales gosses, les protagonistes du football sont peu suspects de fidélité, sauf à leur valise, élément fondamental de la panoplie de première nécessité.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter !

Sans langue de bois

Laurent Obertone : "Certains médias ont le monopole de la pensée autorisée et de la morale"

Laurent Obertone : "Certains médias ont le monopole de la pensée autorisée et de la morale"

Publication : mardi 28 novembre 2017 11:23

  Par Nicolas Vidal - Depuis la parution de France Orange Mécanique en 2013, le journaliste Laurent Obertone déjoue tous les pronostics littéraires. Ses livres font fureur en librairie malgré une presse très rétive aux sujets qu’il aborde et qui ne se prive pas de dénoncer ses idées.

Écoutez de la musique

CARRE MUSIQUE

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Idées de voyages

BANNER VOYAGE

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer