LIBRAIRIE Prix Libr'à nous

Par Emmanuelle de Boysson - C’est Anne Herduin, de la librairie Page 50, à Strasbourg qui m’a parlé de ce prix des libraires. Le 3 mars, je suis allée au Centre Wallonie- Bruxelles dans le 4e arrondissement. Dans une salle de spectacle bondée de libraires passionnés, j’ai assisté à la remise des Prix Libr’à nous, comme aux Césars !

Des prix libres et exigeants, remis par des libraires solidaires. Pour la troisième année, les prix Libr’à nous ont récompensé sept titres dans sept catégories. 240 libraires francophones ont livré sur la page Facebook dédiée leurs coups de cœur parmi les titres publiés en 2016. Les prix ont été remis vendredi 3 mars au Centre Wallonie-Bruxelles, à Paris.
 Les lauréats 2017 sont :

    •    Littérature francophone: Une bouche sans personne de Gilles Marchand (Aux forges de Vulcain)
    •    Littérature étrangère: N’essuie jamais de larmes sans gants de Jonas Gardell, traduit du suédois par Jean-Baptiste Coursaud et Léna Grumbac (Gaïa)
    •    Polar: L’affaire Léon Sadorski de Romain Slocombe (Laffont, «La bête noire»)
    •    Imaginaire: La destinée, la mort et moi, comment j’ai conjuré le sort de Scott G. Browne, traduit de l’anglais par Morgane Saysana (Agullo)
    •    Bande dessinée: Kobane calling de Zerocalcare, traduit de l’italien par Brune Seban (Cambourakis)
    •     Roman Ado: Dans le désordre de Marion Brunet (Sarbacane, «Exprim’»)
    •    Album Jeunesse: Le monstre du placard existe et je vais vous le prouver d’Antoine Dole, illustré par Bruno Salamone (Actes Sud Junior)


Prix Libr’à Nous : un mouvement spontané de libraires

Le Prix Libr’à Nous est un mouvement spontané et libre de libraires voulant mettre en avant dans différentes catégories leurs coups de cœur. C’est un prix où tous les libraires francophones du monde entier en poste (ayant exercé au moins 4 mois durant l’année en cours) peuvent voter à tous les tours via notre groupe internet secret, que l’on travaille en petite, grande librairie indépendante, spécialisée ou généraliste, dans une chaîne, maison de presse, Espace Culturel. Il n’y a aucun clivage. Chaque libraire a le même poids. Cette année, 240 libraires de France, Belgique, Suisse, Québec, Brésil, Chili, Etats-Unis, Grande Bretagne et Roumanie ont participé.
Audrey Andriot, (Librairie Jonas, Paris 13ème) une des fondatrices et organisatrices du Prix nous raconte cette belle aventure : « Nous avons créé ce Prix il y a trois ans avec Valérie Caffier, libraire au Divan (Paris, 15ème), dès la deuxième année Sonia Petit qui travaille régulièrement aux Arpenteurs (Paris, 9ème) et qui a pour projet d’ouvrir sa librairie nous a rejoint et nous est devenue indispensable. D’autres libraires ont suivi : Delphine Cambet, libraire à Lunel, organisatrice du Salon Du Rouge au Noir, Marie Musy, gérante de la librairie du Midi à Oron la ville en Suisse et créatrice du festival l’Amérique à Oron, Myriam Robert du Hall du Livre à Nancy, Catherine Rambaud qui aimerait monter une librairie spécialisée photos à Paris. Nous participons toutes bénévolement et n’avons aucune aide financière, aucun mécène, nous travaillons pour trouver des subventions. Les libraires cette année encore se sont cotisés afin de réunir des fonds pour l’organisation de la soirée de remise des prix où nous nous retrouvons entre professionnels du métier, libraires, auteurs, traducteurs, éditeurs, relations libraires, commerciaux et passionnés des livres. Et certains libraires se rencontrent pour la première fois en «vrai» alors qu’ils ont échangé et débattu tout au long de l’année autour de leurs coups de coeur ! »

L’objectif de ce prix est de communiquer la passion de notre métier de «passeurs de mots» mais aussi de nous enrichir des choix de chacun, de mettre en lumière des livres et de les défendre au delà des librairies où nous travaillons. C’est un mouvement spontané de libraires et peu importe le lieu de travail, maison de la presse, librairie de gare, de centre-ville, librairie de quartier, généraliste ou spécialisée, grande enseigne..., en ville, province, partout en France mais aussi dans d’autres pays comme la Suisse, Belgique, Grande Bretagne, Québec, Brésil, Chili, États-Unis et Roumanie, chacun est libre de participer. C’est important pour nous, un libraire n’est pas meilleur du fait de son lieu de travail qui peut être dû à un hasard de vie. C’est un prix de libraires francophones et nous souhaitons comme le dit Valérie «porter au-delà des librairies où nous travaillons notre passion pour ce métier et pour les livres, les faire vivre plus loin et plus fort, c’est l’envie commune de faire connaître les goûts et coups de coeur des libraires».
Avec ce prix, je peux dire que nous n’avons jamais autant lu et découvert de «pépites» ! Il y a de véritables échanges entre nous, puis avec nos clients, nos amis. Un livre lu et aimé est un livre partagé. Et le partage est le fondement de notre métier ! »
Les libraires ont la parole. Audrey Andriot (Librairie Jonas, Paris 13ème) a eu la gentillesse de demander à des libraires amis et participants du Prix ce que représente le Prix Libr’à nous pour eux. « Apres notre troisième édition, notre envie n’a pas faibli, bien au contraire, elle a été galvanisée par les retours de libraires participants dont voici quelques exemples » :

- Sonia Petit qui fait partie du comité d’organisation et travaille régulièrement aux Arpenteurs (Paris, 9ème) : «Nous ne pouvons pas tout lire, malgré toute la volonté du monde, on fait des choix. Et grâce à ces échanges avec des libraires parfois très différents de nous, alors que nous n’avions pas remarqué un titre, l’enthousiasme d’un autre l’emporte, nous aussi avons envie de lire ce titre qui fait palpiter d’autres libraires, alors qu’il n’était même pas dans notre pile ! C’est ça la force de ce Prix, des libraires passionnés qui se donnent envie d’en découvrir toujours plus, dans des genres parfois où on ne va pas !

- Pour Olivier Le Corbac Vanderbecq (Librairie Humeurs Noires à Lille), Monica (Librairie de la Comédie, Bordeaux) et Anne Herdouin (Librairie Page 50 à Strasbourg), ils participent «enfin à un prix totalement indépendant qui demande aux libraires leur avis, que l’on soit employé, gérant ou stagiaire, sans distinction de lieu ou d’enseigne. Un prix qui montre que contrairement à ce que les gens peuvent penser nous restons les premiers lecteurs et les seuls à en parler spontanément. On n’est peut être pas des critiques littéraires mais nous sommes des passionnés qui partageons notre passion et la propageons au quotidien. Il est vivant et ouvert plein d’échanges et de partages et surtout, surtout c’est nous qui proposons nos choix.»

- Pascale Farges (librairie Landru à Chamonix) : «C’est un prix qui nous ressemble, qui nous rassemble, c’est le prix ‘Libr’à Nous’... c’est le prix de notre indépendance. Bravo pour cette belle initiative cette belle réussite.»

- Pour Letizia Frisina (Librairie de l’Hotel de Ville à Bron) : «Un prix authentique, fruit d’une vraie passion pour le livre et le métier de libraire. Un réel échange, un partage et de belles découvertes !»

- Aurélie, libraire à Nice : «Un prix qui, de par son déroulement, laisse sa chance à chaque parution de l’année. Une petite étincelle peut enflammer le coeur de dizaines de libraires et au final c’est vraiment la qualité du texte, sa sensibilité, qui prime et qui fait la différence.»

- Pour les libraires d’Ouvrir L’Oeil à Lyon : «Pour nous, c’est le seul prix qu’on a toujours envie de défendre, parce qu’il n’y a pas de triche, parce que le «fight» est toujours intéressant, parce qu’on a choisi les livres qui vont concourir, parce que les petits éditeurs sont à égalité avec les gros, et que pour les libraires c’est pareil : un libraire = une voix. Et surtout que chaque année le palmarès est quand même super.»


Libr’à Nous est une association loi 1901 créée par Valérie Caffier et Audrey Andriot associées pour l’organisation à Valérie Sonia Petit pour la promotion d’un prix littéraire et de toutes formes de littératures. Notre désir : « Porter au-delà des librairies où nous travaillons notre passion pour ce métier et pour les livres, faire vivre plus loin et plus fort, l’envie de faire connaître les goûts et les coups de cœur des libraires ».
Peu de contraintes pour ce prix, juste que les livres proposés soient publiés dans l’année (du 1er janvier au 28 novembre) et ne soient pas des rééditions ou des passages en poche.  Ce prix se déroule en 3 tours :
* Premier tour - du 1er septembre au 28 novembre : chaque personne peut proposer un ou plusieurs titres par catégorie. Clôture des inscriptions au Prix.
*Deuxième tour – du 1er décembre au 2 janvier : les 10 titres ayant obtenu le plus de voix seront sélectionnés et remis aux votes : chacun pourra alors voter pour 1 seul titre dans chaque catégorie.
* Troisième tour - du 4 janvier au 30 janvier : dernière sélection des 3 titres en tête pour chaque catégorie.
 * Clôture des votes le 30 janvier.
Les catégories proposées : Littérature francophone, Littérature étrangère, Jeunesse (2 catégories) : Roman ado (10-15 ans) et Album jeunesse (4-12 ans), Bande-Dessinée adulte, Polars, Imaginaire.  Longue vie à ces Prix et vive les libraires !

 

Lire aussi dans les chroniques d'Emmanuelle de Boysson :

Publier son roman : le parcours du combattant

Rentrée littéraire de janvier : les romancières se sont donné le mot

Prix littéraires : les petites maisons d'édition ont-elles une chance ?

Les prix littéraires : l'assurance d'un succès ?

 

 

Enregistrer

Commentez l'article

A LA UNE

David Gilmour : un "Live at Pompéii" incontournable

David Gilmour : un "Live at Pompéii" incontournable

Publication : dimanche 22 octobre 2017 10:26

Par Jean-Christophe Mary - Quarante cinq ans après avoir avoir joué avec Pink Floyd dans le mythique amphithéâtre romain, David Gilmour était de retour pour deux nuits dans le cadre de sa tournée de promotion de son album « Rattle That Lock ». Ces deux concerts étaient les premiers spectacles face un public depuis que les gladiateurs y avaient combattu au premier siècle après JC.

Chômage : Pôle Emploi, une machine infernale selon Cécile Hautefeuille

Chômage : Pôle Emploi, une machine infernale selon Cécile Hautefeuille

Publication : vendredi 20 octobre 2017 10:11

  Par Romain Rougé - Cécile Hautefeuille est journaliste. De son expérience de demandeuse d’emploi est né un blog, Le Minisphère du Chômage et des Idées reçues, puis un livre, La machine infernale : Racontez-moi Pôle Emploi.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter !

Sans langue de bois

Chômage : Pôle Emploi, une machine infernale selon Cécile Hautefeuille

Chômage : Pôle Emploi, une machine infernale selon Cécile Hautefeuille

Publication : vendredi 20 octobre 2017 10:11

  Par Romain Rougé - Cécile Hautefeuille est journaliste. De son expérience de demandeuse d’emploi est né un blog, Le Minisphère du Chômage et des Idées reçues, puis un livre, La machine infernale : Racontez-moi Pôle Emploi.

Idées de voyages

BANNER VOYAGE

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Écoutez de la musique

CARRE MUSIQUE

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicité

bandeau auto editionlight

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer