Printempsdescomediens articlePar Nicolas Vidal -  Pour sa 31ème édition, le Printemps des Comédiens continue d’enchanter le public montpelliérain en affirmant une exigence artistique combinée à une volonté louable de faire découvrir de nouvelles scènes. Le Festival n’a cessé au fil des années de se transformer et d’évoluer pour devenir une place forte de l’art vivant en région.


Jean Varela, homme de théâtre sous toutes ses formes et directeur du Festival ( également directeur du Théâtre Sortie Ouest) continue de faire des propositions audacieuses et passionnantes, déployées sur un focus très large de compagnies, de pièces et de créations.

Printemps des Comédiens : La loi NOTRe a semé le doute

Malgré la période de grande confusion générée par la loi NOTRe, concernant le transfert de compétences ( dont fait partie entre autres la culture) entre le département de l’Hérault et la Métropole, la situation semble s’éclaircir. Philippe Saurel, président de la Montpellier Métropole et Maire de Montpellier a assuré la pérennité de trois principaux festivals soutenus par le Conseil Général : Arabesques, les nuits d’O et le Printemps des Comédiens.
Pour sa dernière année sous l’égide du Département, cette nouvelle édition s’appuie sur un programme très alléchant et parfaitement équilibré entre des metteurs en scène et des comédiens de renom et des propositions plus alternatives et locales qui réservent régulièrement de très belles surprises. On pense notamment à l’ébouriffante pièce Nobody de Cyril Teste présentée en 2013, succès considérable pour cette pièce auprès du public.

Une 31ème édition riche en proposition avec des familiers du Festivals, des nouveaux et des affiches de très haut niveau

Cette nouvelle édition ne déroge pas à la règle dans son articulation et sa quintessence artistique. Le théâtre du Soleil d’Ariane Mouchkine sera assurément un moment incontournable du festival avec « Une chambre en Inde » présentée dans le Théâtre Jacques Carrière. Nous mettrons également une petite pièce sur cet alléchant Terabak de Kyiv mis en scène par Stéphane Ricordel et interprété par les Dark Daugthers qui pourrait s’immiscer dans le rang des belles surprises du Printemps.  
Le théâtre Dromesko revient au Printemps en 2017 pour présenter « le Jour du Grand jour » mis en scène par Igor Dromesko et Lily Lavina. On peut lire que la proposition sera multiforme, mélancolique et loufoque pensée comme « une série de cérémonies, qui, dans la réalité, sont un théâtre où les acteurs, mariés, enterrés, baptisés et autres médaillés, n’interprètent que des scènes qui jalonnent leur propre vie ».  Mais ce n’est pas tout, le Théâtre Dromesko proposera également « le Dur désir de durer » qui repose sur un postulat simple et clair « notre prochaine création, démarrera là où s’est arrêté le jour du Grand jour, balayant les dernières traines de mariées, faisant table rase du banquet pour aller ailleurs. «
Eric Lacascade est également un habitué de la Pinède du Domaine d’O. Cette année, il viendra présenter «  Les Bas-Fonds » de Maxime Gorki qui plonge le spectateur dans la Russie du début XXème dans un groupe de déclassés et de marginaux.
Une certaine impatience à voir également la nouvelle pièce de Romeo Castellucci et sa réflexion autour de la démocratie avec «  Democracy in America » et «  les conclusions possibles autour de celle-ci » selon le metteur en scène. La présentation de cette pièce a quelque chose de séduisant. Espérons qu’elle incitera à la réflexion autour de nos systèmes politiques et notre libre-arbitre de citoyen . Gageons aussi que « Democracy in America » parvienne à s’extraire de la trumpisation et puisse donner à voir une idée plus globale de l’utilisation qu’ont les peuples de la démocratie.  
Comme chaque année, une célébrité foule la pinède du Festival pour une lecture. Cette année, Isabelle Huppert viendra lire « Juliette et Justine, le vice et la vertu » de Sade le samedi 24 juin, un ensemble de textes compilés par Raphaël Enthoven. Pour finir, il est à noter que Marie Molliens revient sur le Printemps avec la compagnie Rasposo pour jouer « La dévorée » que nous vous recommandons tant leur univers recèle une incroyable poésie, un cachet et une identité ébouriffante entre la grâce, la beauté et l’inattendu.

Cette 31ème édition présente des atouts magnifiques pour satisfaire l’appétence artistique du plus grand nombre autour d’un festival remarquablement riche, loin des planches parisiennes, portée par une programmation de haut vol.
On vous recommande également avant ou après les spectacles de vous balader sous la pinède pour prendre un verre sous les poutres du bar temporaire, haut lieux des discussions d’après spectacles où les avis divergent, se rejoignent et s’entrechoquent. Nous vous conseillons d’aller discuter avec Laurent le pétillant libraire, véritable icône du Printemps des Comédies à la verve débordante et joviale.

 

Le printemps des comédiens
du 31 mai au 1er Juillet 2017
Retrouvez le programme détaillé sur www.printempsdescomediens.com


Présentation du programme du Printemps des... par Departement-Herault

 

Lire aussi dans nos actualités culturelles :

Débat : " Faut-il habiter Paris pour se cultiver ?"

Bastia : la BD mise à l’honneur en Corse

Saint-Germain-des-Prés : un festival jazz plein de promesses

Colcoa 2017 : le cinéma français parade à Los Angeles

 

Enregistrer

Enregistrer

Commentez l'article

Le BSC NEWS Magazine du mois

COUV BSCNEWS DECEMBRE2017

 

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

A LA UNE

Michel Moatti : réflexion sur l’irrémédiable dégradation des repères sociaux

Michel Moatti : réflexion sur l’irrémédiable dégradation des repères sociaux

Publication : dimanche 21 janvier 2018 09:02

Par Marc Emile Baronheid - Blogs, réseaux sociaux, journalisme classique et information à la sauce internet sous-tendent l’odyssée d’un sociopathe particulièrement féroce.

Mona Leu Leu : « Le grenier, une histoire de transition et de famille »

Mona Leu Leu : « Le grenier, une histoire de transition et de famille »

Publication : jeudi 18 janvier 2018 16:10

Par Nicolas Vidal - Incontournable et talentueuse artiste, Mona Leu Leu a bluffé la rédaction du BSC NEWS avec son magnifique ouvrage “Le grenier” !

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter !

Soutenez Putsch !

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicité

KO1

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Sans langue de bois

Laurent Obertone : "Certains médias ont le monopole de la pensée autorisée et de la morale"

Laurent Obertone : "Certains médias ont le monopole de la pensée autorisée et de la morale"

Publication : mardi 28 novembre 2017 11:23

  Par Nicolas Vidal - Depuis la parution de France Orange Mécanique en 2013, le journaliste Laurent Obertone déjoue tous les pronostics littéraires. Ses livres font fureur en librairie malgré une presse très rétive aux sujets qu’il aborde et qui ne se prive pas de dénoncer ses idées.

Écoutez de la musique

CARRE MUSIQUE

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Idées de voyages

BANNER VOYAGE

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer