Les derniers parisiens, film de Hamé Bourokba et Ekoué Labitey, avec Reda Kateb et Mélanie LaurentDe Florence Yeremian - Nasser travaille chez son grand frère Areski dans un bar de Clichy. Mis aux arrêts pour une sale histoire, il vient de passer vingt-quatre mois en prison et a décidé de refaire sa vie. À l'occasion d'une rencontre, il se lance dans l'organisation de soirées DJ persuadé de pouvoir y trouver une échappatoire à sa morne existence. La tête pleine d'espérance mais le cœur candide, il part à la conquête des nuits parisiennes...

Ce long métrage de Hamé et Ekoué (membres du groupe de rap La Rumeur) peut de prime abord nous faire penser à un banal épisode de Série B : les conversations ne volent pas haut, la provocation y est gratuite, quant à l'intrigue, elle est quasiment inexistante. Il y a pourtant une belle énergie qui se dégage de ce scénario à travers son jargon des rues et sa nostalgie de Paname. De facture très masculine, cette oeuvre possède une patine brute et une trame authentique qui accentuent le côté « live » de ses prises de vue. La complicité entre les réalisateurs et les acteurs est évidente:il faut dire que c'est un film de potes quasiment tourné dans leur ancien QG de Pigalle.


Au coeur de ce casting amical se distinguent essentiellement Slimane Dazi qui joue les grands frères protecteurs ainsi que l'excellent Reda Kateb qui incarne Nas, le personnage  principal. Très à l’aise dans son interprétation, Reda Kateb nous laisse l’impression de vivre son rôle sans rien avoir à composer : dissimulant les sentiments de son protagoniste derrière ses lunettes noires, il parvient à créer une figure rebelle pétrie de pudeur autant que d’ambition. Pour compléter cette fratrie, l’on remarque aussi l'énergique comédienne Mélanie Laurent qui joue les accompagnatrices pénitentiaires du héros tout en batifolant avec son ainé.

En mettant en scène les déambulations urbaines de ce trio, les réalisateurs ont souhaité ressusciter l'atmosphère de Pigalle avec ses sans-papiers, ses sex-shops, ses vendeurs de boubous et ses vagabonds. A travers leur objectif abrupt et maladroit, ils nous invitent ainsi à côtoyer une faune marginale en phase de disparition : celle des "Derniers Parisiens". Ces Parisiens dont ils parlent, ce sont en fait les ultimes résidents des quartiers populaires, les rescapés d'une France pauvre et métissée qui n’a plus les moyens de rester intra-muros et se retrouve peu à peu reléguée au-delà du Périph.
A travers cette chronique crue et sans complaisance, Hamé et Ekoué dressent finalement un constat amer mais réaliste : pour pouvoir vivre à Paname aujourd’hui, il faut le mériter.


Les Derniers Parisiens
Un film de Hamé Bourokba et Ekoué Labitey
Avec : Reda Kateb, Slimane Dazi, Mélanie Laurent, Constantine Attia, Bakary Keita, Willy L’Barge, Yassine Azzouz, Lola Dewaere
Musique de Damon Pepper Island
France 2017 - 105 min
Sortie nationale: le 22 février 2017

 

Lire aussi dans nos actualités cinématographiques :

Miss Sloane : John Madden dévoile les dessous des lobbys américains

Rock’n’roll : la farce amère de Guillaume Canet

"Les Fleurs Bleues" : Andrzej Wajda, l'art contre la dictature

"Silence" : le questionnement mystique de Martin Scorsese

Enregistrer

Enregistrer

Commentez l'article

A LA UNE

Julien Cottereau : Imagine-toi émerveille le théâtre des Mathurins

Julien Cottereau : Imagine-toi émerveille le théâtre des Mathurins

Publication : samedi 9 décembre 2017 08:44

  Par Romain Rougé – Dans Imagine-toi, Julien Cottereau incarne un personnage poétique et lunaire. Au théâtre des Mathurins de Paris, il nous amène dans son terrier tapissé de mimes et de merveilleux.

Exit : une idée originale du Hip Hop et de sa singularité

Exit : une idée originale du Hip Hop et de sa singularité

Publication : jeudi 7 décembre 2017 16:51

  Par Eloise Bouchet - Pour la quatrième année consécutive, La Maison des Métallos s’associe au Centre chorégraphique national de Créteil et du Val de Marne dans le cadre du festival Kalypso qui invite le public à découvrir dans dix-huit espaces d’Ile-de-France des créations hip hop aussi éclectiques que surprenantes.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter !

Sans langue de bois

Laurent Obertone : "Certains médias ont le monopole de la pensée autorisée et de la morale"

Laurent Obertone : "Certains médias ont le monopole de la pensée autorisée et de la morale"

Publication : mardi 28 novembre 2017 11:23

  Par Nicolas Vidal - Depuis la parution de France Orange Mécanique en 2013, le journaliste Laurent Obertone déjoue tous les pronostics littéraires. Ses livres font fureur en librairie malgré une presse très rétive aux sujets qu’il aborde et qui ne se prive pas de dénoncer ses idées.

Écoutez de la musique

CARRE MUSIQUE

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Idées de voyages

BANNER VOYAGE

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer