Jack Savoretti, "Sleep No More", BMG Par Manon Bricard - Avec « Written in Scars », Jack Savoretti a connu un véritable succès, se positionnant disque d’or au Royaume-Uni. Son nouvel album, « Sleep No More », sort en France le 31 mars 2017 et continue d'asseoir la notoriété du songwriter anglo-italien.

 

Dans votre biographie, on peut lire que votre précédent album « Written in Scars » a été écrit à partir de vos luttes personnelles. Comment est né votre nouvel album « Sleep No More » ? Pourquoi ce titre ?
« Sleep No More » parle de la prise de conscience que grandir est inévitable. Chaque chanson que j’entendais et chaque film que je voyais l’année dernière parlaient de rencontres ou de ruptures, mais je voulais écrire sur ce qui se passait entre ces deux moments. Sur ce qui est réel. Les nuits où on ne dort pas car on essaie de rester jeune et libre, suivies des nuits où on ne dort pas car on se réveille toutes les heures à cause de son enfant. En d’autres termes, Sleep No More (« ne plus dormir »).

Comment est-ce que vous définiriez « Sleep No More », en opposition avec votre précédent album ?
Il y a un moment dans la vie où vous réalisez que le monde ne tourne pas autour de vous. Vous vous rendez-compte de l’importance des gens proche de vous. De l’importance de l’amour. Et plus que tout, de l’importance de prendre ses responsabilités.
 
Vous êtes anglo-italien : quelle place avez-vous laissé à votre héritage italien dans cet album, et dans votre musique en général ?
Mon père est italien, j’ai donc grandi en écoutant beaucoup de musique italienne. J’ai été inspiré par cette façon merveilleuse de raconter des histoires propres aux musiques méditerranéennes. Je suis aussi très mélancolique, mais cela c’est très italien.
 
Pour écrire cet album, vous vous êtes fixé une règle : finir chaque chanson en une journée. Pourquoi ce choix, et comment s’est déroulée la création de cet album ?
Ce n’était pas vraiment une règle, mais plutôt une manière d’apprécier le travail. Je voyage beaucoup, et lorsque je suis à la maison, j’aime me consacrer à ma famille le plus possible, donc la manière de trouver du temps pour écrire a changé. J’aime désormais garder tout à l’intérieur de moi, et attendre jusqu’à ce que mon réservoir d’idées soit rempli, puis je vais en studio et je laisse tout sortir.
 
Le clip de votre single « C’était juste Hier (when we were lover) » est un duo franco-anglais avec la chanteuse Rose. Pourquoi avoir choisi de travailler avec cette artiste et pourquoi ce mélange des langues ?
J’ai toujours été fan de Serge Gainsbourg, donc j’ai toujours aimé le mélange du français et de l’anglais dans les chansons. J’ai été présenté à Rose grâce à un ami français avec qui je travaille également (Thomas Haimovici), et je suis tombé immédiatement amoureux de sa voix et de ce qu’elle dégageait. Elle a compris très rapidement ce que j’essayais de raconter avec cette chanson. Cette chanson, ça parle de regarder en arrière, mais aussi de venir à bout des défis qui se présentent devant nous.


 
On vous compare souvent à Paolo Nutini et George Ezra : est-ce que ce sont des artistes qui vous inspirent ou y en a-t-il d’autres qui vous influencent davantage ?
Je prends ça comme un compliment. Nous travaillons souvent avec les mêmes producteurs et les mêmes musiciens, ça peut expliquer cette comparaison. En tant qu’artiste, je pense que George et Paolo sont uniques. Enfin, je suppose que souvent les musiciens qui jouent de la guitare sont mis dans le même panier.
 
Votre précédent album, « Written in Scars » a connu un véritable succès en Angleterre en se positionnant dans le top 10 des ventes. Alors que vous aviez envisagé un temps d’arrêter la musique, comment avez-vous vécu ce succès ?
C’était merveilleux. A l’époque, j’aurais adoré avoir un coup de main, mais finalement nous avons réussi  avec les gens avec qui j’ai commencé à l’époque. C’est génial de savoir exactement comment on l’a fait… « Sleep No More » a aussi été dans le Top 10, et aussi merveilleux que ce soit, ce n’est pas la raison pour laquelle nous y sommes arrivés. On a travaillé très dur pour créer une manière de travailler que nous aimons, et j’en suis très fier.

Pour finir, que prévoyez-vous après la sortie de ce nouvel album ? Y aura-t-il une tournée ou un nouvel album en chantier ?
Absolument… Un album et une tournée, j’espère… Ces derniers jours, j’ai l’impression qu’on ne s’arrête jamais de faire des tournées, de jouer, d’écrire de nouvelles musiques. C’est peut-être pour ça qu’on est heureux. On arrive à faire ce qu’on aime. Donc aussi longtemps que les gens voudront écouter mes chansons, je serais heureux de les jouer pour eux.

 

Jack Savoretti, « Sleep No More », sortie le 31 mars 2017, BMG Rights Management (UK) Ltd.

Le site du chanteur : www.jacksavoretti.com

(Crédit photo : Pip)

 

Lire aussi dans nos interview musicales :

The Slow Show : la pop Dream Darling, made in Manchester

Deluxe : des trottoirs d’Aix-en-Provence au podium

Branko Galoic : un artiste en exil

The Hot Sardines : Miz Elizabeth réinvente le jazz à New York

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Commentez l'article

A LA UNE

Nolwenn Leroy : Gemme, un retour pop lumineux

Nolwenn Leroy : Gemme, un retour pop lumineux

Publication : mardi 17 octobre 2017 12:04

Par JC Mary - Après le succès des albums « Bretonne » et «Ô filles de l’eau» Nolwenn Leroy fait son grand retour pop avec « Gemme ». Autant dire que cet album fait figure de soleil printanier au milieu de la production grisâtre qui sort ces jours-ci.

Montpellier : coup d’envoi du 39ème Cinémed

Montpellier : coup d’envoi du 39ème Cinémed

Publication : lundi 16 octobre 2017 11:53

  Par Romain Rougé – Le festival de cinéma méditerranéen (Cinémed) revient du 20 au 28 octobre 2017 à Montpellier. Avant son coup d’envoi, l’équipe a essaimé les lieux culturels montpelliérains pour présenter cette 39ème édition.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter !

Sans langue de bois

Alexis Lévrier :  le journalisme à l’épreuve de l’endogamie avec la politique

Alexis Lévrier : le journalisme à l’épreuve de l’endogamie avec la politique

Publication : vendredi 7 juillet 2017 11:12

Par Nicolas Vidal - Alexis Lévrier nous livre son analyse sur les liens étroits que les journalistes politiques entretiennent avec les sphères du pouvoir depuis l’Ancien Régime. «Le contact et la distance» est un ouvrage passionnant qui aborde l’ensemble de ces questions et réfléchit sur cette endogamie entre le monde de la presse et de la politique.

Evénement

AnnonceBCSBonnaffeu300x300

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Festival

EncartPub Jazzebre BCSnews300x300

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Idées de voyages

BANNER VOYAGE

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicité

PUB SONGEUR

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Écoutez de la musique

CARRE MUSIQUE

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicité

bandeau auto editionlight

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer