LIVE BY NIGHT - BEN affleckPar Jonathan Rodriguez – Au temps de la prohibition, le nouveau film de Ben Affleck semble affirmer la posture très marquée du cinéaste à Hollywood. L’adaptation du roman « Ils vivent la nuit » de Dennis Lehane - décidément très apprécié des cinéastes américains – a des allures de grand projet.

Le classicisme grandiloquent des films de Ben Affleck lançait entre espoir et crainte. Live by night confirme le savoir faire d’un cinéaste qui y démontre tout de même ses propres limites. Manifestement, quelque chose cloche dans ce quatrième film.  
Pourtant, dès le début, le film montre rapidement les muscles et se donne les moyens de son ambition : des décors grandioses, une lumière sombre, une reconstitution soignée des années 20 et la réalisation ample à coup d’impressionnantes courses poursuites et d’autres plans larges tape-à-l’œil. On y suit le destin tourmenté d’une petite frappe de Boston qui deviendra grand. Inspiré des maitres qui ont fait le genre, Live by night ne parvient pas à s’en extirper pour livrer une œuvre singulière et puissante. Comme un air de déjà vu. Et une question intervient alors : mais où est la patte de Ben Affleck ?

Depuis ses débuts, le cinéaste ne s’est pas démarqué par son originalité. Dès Gone baby gone puis avec The Town et Argo, Ben Affleck s’en est toujours tiré avec les honneurs, suffisamment pour susciter l’adhésion (et trois oscars au passage pour Argo), avec des factures classiques et efficaces. Malgré son savoir-faire indiscutable pour ce genre de production, Live by night plait sans emporter, et finit par ne pas réellement convaincre. Le choix de Ben Affleck de s’auto-attribuer le premier rôle est un très mauvais choix. Fade et sans profondeur, le gangster ne trouve pas l’incarnation espérée et cède le pas à un personnage sans saveur. Les différentes têtes d’affiches sont d’ailleurs l’un des gros points négatifs du film. Leurs relations, surfaites et sans épaisseur, est un écueil majeur pour croire aux ficèles narratives et dramatiques. C’est dommage. Les ressorts du scénario de Dehane laissait présager une œuvre plus spectaculaire, haletante et grandiose. Il n’en est qu’un produit honnête sans trop de saveur, qui manque de cœur et de vigueur.

 

Live by night
De Ben Affleck
Avec Ben Affleck, Zoe Saldana, Elle Fanning, Sienna Miller
2h09 / Warner Bros

www.livebynight.movie

 

Lire nos critiques cinéma :

Les confessions : un thriller déroutant au coeur du G8

Tempête de Sable : Elite Zexer revendique l’émancipation des femmes orientales

Jackie Kennedy : le portrait morose d’une veuve éplorée

Dalida : Sveva Alviti fait rayonner la Bambina

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Commentez l'article

Le BSC NEWS Magazine du mois

COUV BSCNEWS DECEMBRE2017

 

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

A LA UNE

Michel Moatti : réflexion sur l’irrémédiable dégradation des repères sociaux

Michel Moatti : réflexion sur l’irrémédiable dégradation des repères sociaux

Publication : dimanche 21 janvier 2018 09:02

Par Marc Emile Baronheid - Blogs, réseaux sociaux, journalisme classique et information à la sauce internet sous-tendent l’odyssée d’un sociopathe particulièrement féroce.

Mona Leu Leu : « Le grenier, une histoire de transition et de famille »

Mona Leu Leu : « Le grenier, une histoire de transition et de famille »

Publication : jeudi 18 janvier 2018 16:10

Par Nicolas Vidal - Incontournable et talentueuse artiste, Mona Leu Leu a bluffé la rédaction du BSC NEWS avec son magnifique ouvrage “Le grenier” !

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter !

Soutenez Putsch !

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicité

KO1

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Sans langue de bois

Laurent Obertone : "Certains médias ont le monopole de la pensée autorisée et de la morale"

Laurent Obertone : "Certains médias ont le monopole de la pensée autorisée et de la morale"

Publication : mardi 28 novembre 2017 11:23

  Par Nicolas Vidal - Depuis la parution de France Orange Mécanique en 2013, le journaliste Laurent Obertone déjoue tous les pronostics littéraires. Ses livres font fureur en librairie malgré une presse très rétive aux sujets qu’il aborde et qui ne se prive pas de dénoncer ses idées.

Écoutez de la musique

CARRE MUSIQUE

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Idées de voyages

BANNER VOYAGE

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer