LES CONFESSIONS de Roberto AndoPar Mélina Hoffmann - Les responsables du G8 se retrouvent le temps d’un week-end dans un palace en bord de mer, en Allemagne, pour discuter d’un projet crucial qui pourrait avoir des répercussions dramatiques sur certains pays européens. Une rencontre secrète, à laquelle participent – aux côtés des ministres - trois invités : une romancière pour adolescents, une rock star et un moine italien.

Ce dernier a été convoqué à la demande du directeur du FMI, le français Pascal Roché (Daniel Auteuil), afin de lui permettre de se confesser.  Mais tout va basculer lorsque, le lendemain matin de sa confession, Roché est retrouvé mort dans sa chambre.
S’agit-il d’un suicide ou d’un assassinat ? Quelles informations potentiellement compromettantes le directeur du FMI a-t-il livrées au moine avant de mourir ? Quel impact aura cette disparition sur la suite des évènements ? Malgré la pression de plus en plus forte des autorités, le moine refuse de rompre le secret de la confession et donc de dévoiler quoi que ce soit de leurs échanges.

La politique, l’économie, la philosophie, l’humanisme et la religion se cotoîent ainsi, l’espace d’un week-end, dans un huit-clos où secrets, complots, crimes et doutes viennent donner à l’ensemble une atmosphère avec un petit quelque chose d'Agatha Christie.
Et contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, le personnage du moine italien ne s’impose pas comme un moralisateur face aux économistes, même si leurs conceptions respectives de la vie s’opposent inévitablement.
En effet, ce sont les économistes eux-mêmes qui, au fur et à mesure du film, se laissent aller à reconnaître par petites touches le cynisme et le vide que dissimulent certains des concepts qu’ils manipulent en permanence. Et c’est finalement davantage par ses silences que le moine a le plus d’impact.

Les Confessions : un film à la fois déroutant et fascinant

Déroutant parce que Roberto Andò ne nous emmène jamais là où le spectateur s’attend à aller. Il pose des questions qui restent sans réponse, et il aborde l’histoire à la manière d’une fable dont la compréhension est loin d'être aussi évidente.
Fascinant parce que, à lui seul, l’acteur Toni Servillo donne une dimension absolument hypnotique au film. Que l’on comprenne ou non les nombreuses références culturelles et spirituelles, que l’on saisisse ou non la dimension métaphysique du film, et que l’on soit convaincu ou non par le scénario et l’angle sous lequel il est abordé, il est difficile de ne pas être captivé par le jeu magistral et un brin malicieux de l’acteur.

Si des flashbacks réguliers viennent distiller chaque fois quelques informations supplémentaires sur la fameuse nuit qui a mené Roché à la mort, le rythme du film n’en reste pas moins très lent et nous laisse un peu sur notre faim. L’ensemble a de quoi séduire, grâce à son casting notamment, mais l’excessive subtilité du scénario et les inombrables références culturelles rendent  le film assez difficilement accessible.

 

Les Confessions
Un film de Roberto Andò
Avec : Toni Servillo, Daniel Auteuil, Connie Nielsen, Marie-Josée Croze, Pierfransesco Favino
Sortie en salle le 25 janvier 2017.

 

Lire aussi dans nos critiques cinéma :

 Tempête de Sable : Elite Zexer revendique l’émancipation des femmes orientales

Jackie Kennedy : le portrait morose d’une veuve éplorée

Dalida : Sveva Alviti fait rayonner la Bambina

La mécanique de l'ombre : un polar sobre mais séduisant

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Commentez l'article

A LA UNE

Cinémed : Dede, la force des femmes dans la Géorgie traditionnelle

Cinémed : Dede, la force des femmes dans la Géorgie traditionnelle

Publication : lundi 23 octobre 2017 09:46

  Par Romain Rougé – Dans la catégorie des longs métrages de la compétition officielle du Cinémed de Montpellier, il y a souvent de petites pépites qui émergent. C’est le cas de Dede, un premier film géorgien de Mariam Khatchvani.

Cinémed : Razzia de Nabil Ayouch, une photographie sublime du Maroc

Cinémed : Razzia de Nabil Ayouch, une photographie sublime du Maroc

Publication : dimanche 22 octobre 2017 18:55

  Par Romain Rougé – Le réalisateur franco-marocain Nabil Ayouch a fait sensation lors de la présentation de Razzia, en ouverture du 39ème Cinémed de Montpellier. Le film a d’ores et déjà été choisi pour représenter le Maroc aux oscars 2018.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter !

Sans langue de bois

Chômage : Pôle Emploi, une machine infernale selon Cécile Hautefeuille

Chômage : Pôle Emploi, une machine infernale selon Cécile Hautefeuille

Publication : vendredi 20 octobre 2017 10:11

  Par Romain Rougé - Cécile Hautefeuille est journaliste. De son expérience de demandeuse d’emploi est né un blog, Le Minisphère du Chômage et des Idées reçues, puis un livre, La machine infernale : Racontez-moi Pôle Emploi.

Idées de voyages

BANNER VOYAGE

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Écoutez de la musique

CARRE MUSIQUE

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicité

bandeau auto editionlight

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer