MUSEE SECONDE GUERRE MONDIALE - GDANSKPar Nicolas Vidal - ( Depuis Gdansk) le Musée de la Seconde guerre mondiale ouvrira ses portes dans le courant du mois de mars 2017 au public dans sa forme actuelle si la ville de Gdansk gagne son combat contre le Ministre de la Culture polonais (voir l'article ici). Avec 5000 mètres carré, 2500 objets, 5 étages et 3 niveaux inférieurs, le Musée est une passionnante immersion au plus profond de la Seconde guerre mondiale.

Érigé dans le centre ville de Gdansk, Il fait partie des 5 plus grands musées du monde réalisé autour d'une architecture aérienne et épurée. Il a été pensé comme une reconstitution de la Seconde guerre mondiale dans son ensemble avec une inclinaison assumée et nécessaire autour de la Pologne et de son histoire. Le propos est global car la période choisie démarre à  l'année 1910 jusqu'à l'élection de Donald Trump en 2016. Une salle évoque aussi la Syrie et la crise ukrainienne, deux pays où la Russie est impliquée au premier chef sur ces théâtres d'opérations.

Musée de la Seconde Guerre mondiale de Gdansk : l'histoire singulière et tragique de la Pologne au coeur du conflit

Il y est décortiqué une histoire du XXeme siècle pour son impact brutal et pérenne sur de nombreux pays. Le Musée est bâti autour d'un immense couloir central qui distribue de part et d'autres différentes thématiques sur le conflit et ses conséquences dans le monde entier. Une première partie de l'exposition permanente revient sur la première guerre mondiale ainsi que sur la montée des fascismes allemands et autrichiens. Puis au fur et à mesure de la visite, des grandes thématiques se dessinent conformément à la scénographie élaborée par la société belge Tempora. On notera notamment une large évocation de la terreur sous l'occupation allemande puis russe ainsi que la résistance du peuple polonais à ces deux armées d'occupations. Comme dans de nombreux musées situés en Europe de l'Est, la documentation est toujours très riche et ne souffre d'aucune censure portant sur l'horreur de la guerre (voir article sur le Musée de l'insurrection à Varsovie) à la différence de la France ou d'autres pays européens où on préfère la suggestion et l'écrit plutôt que la photographie et la vidéo . Car l'Histoire aussi besoin d'images fortes et de balises aussi tragiques soient elles. Des habitants de Gdansk ont également contribué en donnant des objets au Musée de Gdansk pour enrichir l'exposition. Le Musée de la Seconde guerre mondiale est une formidable opportunité pour les européens de découvrir l'histoire singulière de la Pologne victime de deux invasions lors de la Seconde guerre mondiale. Après l'occupation allemande, ce sont les russes qui ont envahi la Pologne en 1945. On se souvient de l'épisode tragique de l'Insurrection de Varsovie contre les nazis. Alors que les polonais se faisaient massacrer dans les rues de la capitale, l'armée russe attendait de l'autre côté de la Vistule fusils au pied.
À la lumière de ces éléments historiques, on comprend mieux pourquoi ce Musée a toute sa place à Gdansk et qu'il revendique ce positionnement historique. Lorsqu'on interroge Isabelle Benoit dans les couloirs du Musée, elle insiste sur le fait que " cette exposition donne le point de vue de l'Europe centrale sur cette guerre alors que jusqu'à présent, les versions et les regards historiques provenaient de l'Europe de l'ouest et de l'Est". Plus loin, Bogdan Borusewicz déambulait avec son épouse dans les dédales du Musée, lui qui fut avec Lech Walesa et 3 autres les leaders du mouvement Solidarnosc en 1980 depuis le chantier naval de Gdansk. Preuve que la naissance de ce nouveau Musée de la Seconde Guerre Mondiale incarne un acte historique fort et précieux pour la Pologne et pour son peuple.

Dans son prologue , Pawel Machcewicz , le directeur du Musée, insiste sur le fait que "cette exposition devienne une voix polonaise du conflit (...) ce n'est pas seulement historique mais également un message sur les conséquences qu'amène la guerre".

À noter également qu'une partie de l'exposition est dédiée aux enfants à travers un appartement d'une famille, élaboré sur 3 séquences. L'enfant, ainsi, s'aperçoit du changement de vie au sein du foyer familial imposé par la guerre. Ces reconstitutions sont présentées en grandeur nature afin que les plus jeunes se confrontent à une réalité de la guerre.  Il sera possible également de se rafraîchir ou de se réchauffer selon la saison au 5 étage depuis la terrasse panoramique et profiter d'une vue imprenable sur Gdansk.

 

Musée de la Seconde Guerre mondiale de Gdansk
52 Walowa St. 80-858 Gdansk
www.muzeum1939.pl

 

Lire aussi dans notre sélection de voyages culturels :

Gdansk : le Musée de la Seconde Guerre mondiale au cœur d'un conflit politique

Salzbourg : Direction Mozart et l’Autriche

Librairie Ferin : la résistance littéraire au coeur de Lisbonne

Wroclaw : une cérémonie de clôture sous le signe de la démocratie et des troubles politiques en Pologne

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Commentez l'article

A LA UNE

Cinémed : Dede, la force des femmes dans la Géorgie traditionnelle

Cinémed : Dede, la force des femmes dans la Géorgie traditionnelle

Publication : lundi 23 octobre 2017 09:46

  Par Romain Rougé – Dans la catégorie des longs métrages de la compétition officielle du Cinémed de Montpellier, il y a souvent de petites pépites qui émergent. C’est le cas de Dede, un premier film géorgien de Mariam Khatchvani.

Cinémed : Razzia de Nabil Ayouch, une photographie sublime du Maroc

Cinémed : Razzia de Nabil Ayouch, une photographie sublime du Maroc

Publication : dimanche 22 octobre 2017 18:55

  Par Romain Rougé – Le réalisateur franco-marocain Nabil Ayouch a fait sensation lors de la présentation de Razzia, en ouverture du 39ème Cinémed de Montpellier. Le film a d’ores et déjà été choisi pour représenter le Maroc aux oscars 2018.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter !

Sans langue de bois

Chômage : Pôle Emploi, une machine infernale selon Cécile Hautefeuille

Chômage : Pôle Emploi, une machine infernale selon Cécile Hautefeuille

Publication : vendredi 20 octobre 2017 10:11

  Par Romain Rougé - Cécile Hautefeuille est journaliste. De son expérience de demandeuse d’emploi est né un blog, Le Minisphère du Chômage et des Idées reçues, puis un livre, La machine infernale : Racontez-moi Pôle Emploi.

Écoutez de la musique

CARRE MUSIQUE

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicité

bandeau auto editionlight

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer