JACKYDe Florence Yeremian - Le film débute à Hyannis Port dans la résidence d’été de John Kennedy. Assise derrière une table, l'élégante Jackie fait face à un journaliste pour lui dicter "sa" version officielle de l'assassinat de JFK. Afin de couper court à toute interprétation des médias, la First Lady brode une image héroïque et chevaleresque de son défunt époux. Au fil de l’interview - qu’elle dirige de bout en bout - la jeune veuve se remémore amèrement le drame de Dallas, la complexité des funérailles, sans oublier son départ précipité de la Maison-Blanche en compagnie de ses deux enfants…

Ce long métrage de Pablo Larrain n'est absolument pas un biopic consacré à la vie de Jacqueline Bouvier. Basé sur ses mémoires et leur adaptation, il se penche uniquement sur la période de deuil de la Première Dame. Entre l’assassinat de novembre 1963 et l’organisation des obsèques de JFK, le réalisateur explore pas à pas la dépression post traumatique de Jackie et nous entraîne avec elle dans un sombre gouffre émotionnel.

Bien que la performance de Natalie Portman soit excellente, elle s’attache beaucoup trop a l'aspect iconique de Miss Kennedy au détriment de la personnalité réelle de Jackie. Engoncée dans sa maladresse et ses petits tailleurs Chanel, sa protagoniste ressemble d’avantage à une gourde inculte qu’à une grande dame revendiquant sa place de First Lady. Paradant dans des cocktails ou décorant gentiment la White-House, elle nous fait songer à une petite fille idéaliste dont les caprices n’ont de cesse d’énerver ou de faire sourire les pontifes du gouvernement. Mais où est passé l’esprit de Jacqueline Bouvier? Qu’est-il advenu de son aisance, sa classe, son glamour, sa maitrise des langues étrangères, sa culture ? Certes le scénario se focalise sur le deuil de cette pauvre femme mais ce n’est pas une raison suffisante pour mettre tout cela de côté.

En composant un film sur le désarroi de Jackie Kennedy, Pablo Larrain n’a réussi qu’à nous livrer un portrait larmoyant et ennuyeux de la Première Dame. Ses travellings sont maitrisés, son casting est un sans-faute, ses costumes sont parfaits mais son sujet ne présente vraiment aucun intérêt. Pourquoi s’est-il concentré sur le spectacle d’une veuve éplorée au lieu de mettre en avant l’impact et le parcours d’une des figures politiques féminines les plus adulées des années 70 ? Ce parti-pris est assez incompréhensible. Il en résulte un drame morose dont le script insipide s’enlise de surcroit dans une musique nauséeuse. Condoléances…  

Jackie ? Un film aussi déprimant qu’un enterrement

Jackie
Un film de Pablo Larrain
Avec Natalie Portman, Greta Gerwig, Peter Sarsgaard, Max Casella, Beth Grant
USA - Drame - 1h40
Sortie nationale: le 2 février 2017

 

Lire aussi nos critiques cinéma :

 Dalida : Sveva Alviti fait rayonner la Bambina

La mécanique de l'ombre : un polar sobre mais séduisant

Divines : le premier film audacieux de Houda Benyamina

Notre révolution intérieure : un film qui porte en lui le germe du changement

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Commentez l'article

A LA UNE

Emmanuel Petit : l'équipe de France et les états d'âme

Emmanuel Petit : l'équipe de France et les états d'âme

Publication : samedi 16 décembre 2017 08:45

  Par Pascal Baronheid - En clamant son « attachement viscéral à l’équipe de France », Emmanuel Petit rame à contre-courant d’un univers qui désapprouve les états d’âme.

Sous la glace : une vision glaçante et ironique du monde de l’entreprise

Sous la glace : une vision glaçante et ironique du monde de l’entreprise

Publication : jeudi 14 décembre 2017 15:22

Par Eloise Bouchet - Comment trouver sa place dans un monde qui fait la part belle au profit immédiat au détriment de toute valeur humaniste ? Un monde qui porte aux nues les « winners », ceux qui n’hésitent pas à écraser les autres pour parvenir à leurs fins ?

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter !

Sans langue de bois

Laurent Obertone : "Certains médias ont le monopole de la pensée autorisée et de la morale"

Laurent Obertone : "Certains médias ont le monopole de la pensée autorisée et de la morale"

Publication : mardi 28 novembre 2017 11:23

  Par Nicolas Vidal - Depuis la parution de France Orange Mécanique en 2013, le journaliste Laurent Obertone déjoue tous les pronostics littéraires. Ses livres font fureur en librairie malgré une presse très rétive aux sujets qu’il aborde et qui ne se prive pas de dénoncer ses idées.

Écoutez de la musique

CARRE MUSIQUE

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Idées de voyages

BANNER VOYAGE

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer