Librairie Ferin à Lisbonne, interviewPar Nicolas Vidal - La librairie Ferin est l’une des plus vieilles institutions littéraires à Lisbonne. Nichée au coeur du Chiado, en contrebas de la Rue Nova de Almada, à quelques centaines de mètres de la Fnac, la librairie Ferin résiste au temps et à la désaffection de la lecture. Malgré tout, elle est soutenue par des lecteurs encore fidèles et passionnés. Lorsqu’on passe le pas de la porte, pas de bling bling et de mises en place tapageuses, des livres ici et là, de vieilles étagères en bois, au fond des livres, sur la droite encore des livres. João Paulo Dias Pinheiro nous en dit plus sur cette librairie qui continue à défendre une politique littéraire d’exigence et de passion.


Depuis combien de temps existe la librairie Ferin à Lisbonne ?
La Librairie Ferin existe depuis 1840 à Lisbonne. Tout commença avec Mademoiselle Ferin qui créa un Cabinet de lecture en 1839 dans le quartier du Chiado.


Pourquoi avoir fait le choix de cette portée francophone en proposant des ouvrages français à vos clients ?
Madame Ferin était la fille de Jean-Baptiste Ferin, né en Belgique à Poupuelles. Un grand nombre de Belges et Français sont venus à cette époque s’installer à Lisbonne, à la suite des Guerres de Napoléon dans toute l’Europe. C’est donc naturellement que la librairie s’est ouverte à la clientèle de langue française. De plus, la culture française était très à la mode dés le XVIIIème siècle et le restera jusqu’à la fin du XXe siècle. À la librairie il y a toujours eu des livres français et des livres portugais.
 
La librairie est installée dans le quartier très vivant du Chiado de Lisbonne. Quel est le profil de vos clients ?
Les clients de la librairie sont essentiellement des intellectuels, des femmes et des hommes politiques, des écrivains, des philosophes, qui fréquentent également des théâtres, et les grands clubs, notamment le “ Grémio Literário ” et le Club “ Tauromatico ”, où l’on discute des grandes questions qui agitent le pays. Il y a aussi des gens qui passent, séduits par les vitrines, généralement thématiques.
 
En tant que libraire, quel constat dressez-vous de la situation du livre et de la lecture au Portugal ? Constatez-vous par exemple une baisse du nombre de lecteurs et donc de la vente de livres ?
Oui, c’est un fait, il y a une baisse de la lecture au Portugal. Il y a encore une “ élite ” qui lit beaucoup et qui réfléchit.
La jeunesse, malgré la démocratisation de la lecture, de l’enseignement, de la culture, préfère aller chercher l’information sur internet ainsi que les réseaux sociaux et lit de moins en moins.
Beaucoup de librairies ferment leurs portes, faute de rentabilité, et les grandes surfaces qui, pendant quelques décennies ont fait concurrence aux librairies, ne vendent plus autant de livres. Les éditeurs se plaignent et de façon légitime.
 
Aujourd’hui, quels auteurs se vendent-ils le mieux dans votre librairie ?
Dans la Librairie Ferin, nous proposons un large choix de biographies. Nous travaillons également les livres d’Art et d’Histoire ainsi que des thèmes très spécifiques qu’on ne retrouve nulle part. On cherche à faire la différence sur la qualité de nos propositions littéraires.
 
Peut-on considérer le peuple portugais comme une nation de lecteurs ?
Malgré nos grands écrivains, Camões, Eça de Queiroz, Pessoa, Lobo Antunes, Eduardo Lourenço, Saramago (Prix Nobel de Littérature en 1998), la réalité est, à notre avis, très différente. Mais nous restons convaincus que la lecture et la réflexion feront la différence dans l’Europe et dans le monde de demain.
 
Quelle analyse faites-vous du marché du livre numérique ? Avez-vous une stratégie au sein de la librairie Ferin avec la vente sur internet ?
Le marche du livre numérique est incontrôlable. C’est une révolution complète, qui nous fait penser à l’époque où Guttenberg découvrit le caractère typographique. Les librairies ne peuvent pas passer à côté de ces changements. Nous avons, bien sûr, un site et nous effectuons des ventes par internet. Mais les librairies indépendantes, ne peuvent pas offrir un service compétitif comme le fait Amazon ou wook.pt au Portugal (Groupe Porto Editora). Nous sommes donc obligées d’être très bons sur des thèmes très spécifiques.
 
Quels sont les livres que vous décidez de mettre en avant au sein de votre librairie ?
Dans la Librairie Ferin, nous misons sur le livre d’Art, d’Histoire, du Patrimoine mais aussi des livres introuvables dans d’autres points de vente.
Nous offrons un très large choix de livres en Français mais aussi en Anglais.
 
Est-ce que l’Etat portugais propose des aides aux librairies afin de soutenir votre activité ?
L’Etat Portugais ne donne pas d’aides spécifiques pour les librairies. Le budget du Ministère de la Culture est très réduit au Portugal. Mais, nous avons “ la loi du Prix unique du Livre ”. Cela est déjà une bonne aide pour nous.
 
A votre avis, quel avenir attend les libraires dans les années à venir au Portugal ?
L’avenir, c’est la grande question, Il faudra être très attentif aux changements du secteur, dans l’Europe, et dans le Monde et faire preuve dans les années à venir de beaucoup de créativité et de beaucoup de travail.     
 
Librairie Ferin
Rua Nova do Almada 72, 1249-098 Lisboa, Portugal
Le site officiel de la librairie Ferin : ici

(Crédit Photo : DR)

 

Lire aussi dans nos chroniques Voyage culturel :

Wroclaw : une cérémonie de clôture sous le signe de la démocratie et des troubles politiques en Pologne

Wroclaw : les 8 piliers de la Capitale européenne de la culture

Wroclaw : une capitale culturelle au carrefour de l’Europe

Enregistrer

Commentez l'article

A LA UNE

Cinémed : Dede, la force des femmes dans la Géorgie traditionnelle

Cinémed : Dede, la force des femmes dans la Géorgie traditionnelle

Publication : lundi 23 octobre 2017 09:46

  Par Romain Rougé – Dans la catégorie des longs métrages de la compétition officielle du Cinémed de Montpellier, il y a souvent de petites pépites qui émergent. C’est le cas de Dede, un premier film géorgien de Mariam Khatchvani.

Cinémed : Razzia de Nabil Ayouch, une photographie sublime du Maroc

Cinémed : Razzia de Nabil Ayouch, une photographie sublime du Maroc

Publication : dimanche 22 octobre 2017 18:55

  Par Romain Rougé – Le réalisateur franco-marocain Nabil Ayouch a fait sensation lors de la présentation de Razzia, en ouverture du 39ème Cinémed de Montpellier. Le film a d’ores et déjà été choisi pour représenter le Maroc aux oscars 2018.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter !

Sans langue de bois

Chômage : Pôle Emploi, une machine infernale selon Cécile Hautefeuille

Chômage : Pôle Emploi, une machine infernale selon Cécile Hautefeuille

Publication : vendredi 20 octobre 2017 10:11

  Par Romain Rougé - Cécile Hautefeuille est journaliste. De son expérience de demandeuse d’emploi est né un blog, Le Minisphère du Chômage et des Idées reçues, puis un livre, La machine infernale : Racontez-moi Pôle Emploi.

Écoutez de la musique

CARRE MUSIQUE

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicité

bandeau auto editionlight

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer