Notre révolution intérieure d’Alex FerriniPar Mélina Hoffmann - Inspirés par cette célèbre citation de Gandhi, trois jeunes décident de remettre en cause ce qui était leur réalité jusqu’alors, et abandonnent leur quotidien et leurs habitudes de vie pour partir en voyage, à la découverte du monde.


Mais ce voyage de 18 mois à travers l’Amérique du Sud prendra rapidement une toute autre dimension, celle d’une véritable quête intérieure, de nombreuses prises de conscience, et d’un éveil spirituel.

Nous embarquons aux côtés d’Alex Ferrini, de son frère Romain et de leur ami Xavier, à bord du voilier d’un vieux loup de mer, et nous les suivons dans les découvertes, les nombreuses rencontres, et les questionnements qui vont peu à peu les amener à changer leur regard sur le monde et à revoir la définition de leurs vies.
A mesure qu’ils explorent le Brésil, le Chili, le Pérou, l’Argentine et la Bolivie, nous découvrons avec eux qu’une autre existence est possible, que d’autres modèles de vie et d’éducation renferment en eux l’essence même de la vie et la promesse d’un avenir meilleur.

A l’écran s’opposent alors notre société moderne de consommation et la vie telle que la découvrent nos trois aventuriers. Des scènes à peine caricaturées de notre quotidien défilent en accéléré et en noir et blanc,  attirant notre attention sur la manière dont cette société et ses lois contre-nature nous rendent esclaves et nous entraînent à fermer les yeux sur la vie, sur le monde. Puis la lumière revient, le rythme ralentit, les sens s’éveillent, et la caméra s’attarde quelques instants sur un oiseau dans le vent, la danse des vagues, la lumière du soleil, l’émotion peinte sur un visage, la vie en somme. La vraie.

S’il s’agit d’un film-reportage, la manière dont il est filmé ne nous positionne absolument pas en spectateur et c’est ce qui lui donne toute sa force. En créant une proximité inattendue entre nous et ce qu’ils vivent, en nous donnant le sentiment de voyager à leurs côtés et d’être les interlocuteurs des personnes qu’ils rencontrent, ces voyageurs parviennent à toucher directement nos consciences.

Et alors même que nous avons l’impression de vivre de l’intérieur ce voyage initiatique, les passages en noir et blanc viennent comme des flash-back nous rappeler notre réalité, nous obliger à la regarder droit dans les yeux, avec tout ce qu’elle comporte de déplorable.
Difficile de ne pas se sentir remué, remis en question dans sa propre identité, face à ces êtres qui, à l’autre bout du monde, semblent avoir véritablement compris le sens de l’existence.

Ce film reportage est une véritable invitation à  partir à la découverte de nous-mêmes et accéder à la liberté, à désapprendre pour mieux réapprendre afin de façonner notre propre réalité, à réintégrer la spiritualité à nos vies et à nous éduquer pour ouvrir  les yeux sur le coût invisible de chacune de nos actions. Faire les choses en conscience en somme.

On comprend fort bien que ce film ait déjà remporté des récompenses, dont le prix d’excellence de l’Impact Docs Awards Film Festival ou encore le Prix International du Mérite du Festival du Film de Jakarta. Et ce n’est certainement que le début.
Par les messages et les connaissances qu’il véhicule, ce film porte en lui le germe du changement, et en cela est un véritable message d’espoir, une ode à l’Amour et à la Vie qui s’imposent d’ailleurs jusque dans le générique. Il nous rappelle surtout que la Terre est un Paradis, à condition de savoir y vivre.

« Nous devons être le changement que nous voulons voir dans le monde ».


Sortie en salle le 18 janvier 2017.

Notre révolution intérieure – un voyage à l’essentiel
Un film d’Alex Ferrini
Avec : Alex Ferrini, Romain Ferrini, Xavier Darbaumont

 

Lire aussi dans nos critiques de film :

Un jour mon prince : une comédie fun et « enchanteresse »

Premier Contact : Denis Villeneuve vous met en lévitation

« Tu ne tueras point » : un violent sermon signé Mel Gibson

Enregistrer

Enregistrer

Commentez l'article

A LA UNE

Emmanuel Petit : l'équipe de France et les états d'âme

Emmanuel Petit : l'équipe de France et les états d'âme

Publication : samedi 16 décembre 2017 08:45

  Par Pascal Baronheid - En clamant son « attachement viscéral à l’équipe de France », Emmanuel Petit rame à contre-courant d’un univers qui désapprouve les états d’âme.

Sous la glace : une vision glaçante et ironique du monde de l’entreprise

Sous la glace : une vision glaçante et ironique du monde de l’entreprise

Publication : jeudi 14 décembre 2017 15:22

Par Eloise Bouchet - Comment trouver sa place dans un monde qui fait la part belle au profit immédiat au détriment de toute valeur humaniste ? Un monde qui porte aux nues les « winners », ceux qui n’hésitent pas à écraser les autres pour parvenir à leurs fins ?

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter !

Sans langue de bois

Laurent Obertone : "Certains médias ont le monopole de la pensée autorisée et de la morale"

Laurent Obertone : "Certains médias ont le monopole de la pensée autorisée et de la morale"

Publication : mardi 28 novembre 2017 11:23

  Par Nicolas Vidal - Depuis la parution de France Orange Mécanique en 2013, le journaliste Laurent Obertone déjoue tous les pronostics littéraires. Ses livres font fureur en librairie malgré une presse très rétive aux sujets qu’il aborde et qui ne se prive pas de dénoncer ses idées.

Écoutez de la musique

CARRE MUSIQUE

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Idées de voyages

BANNER VOYAGE

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer