FLAVIA COSTEDe Florence Yérémian - L’heure est grave au Royaume des Fées: la Belle au Bois Dormant sommeille depuis presque cent ans et aucun Prince Charmant n’est venu la réveiller. Si un baiser ne la sort pas de ses songes, elle disparaîtra à jamais et entrainera avec elle tous les personnages des contes. Voilà pourquoi la Reine Titiana missionne deux de ses fées afin de trouver en urgence un galant à la Belle: Blondine et Mélusine sont ainsi expédiées à Paris, ville des amoureux, en plein XXIe siècle. Malgré leur enthousiasme, les deux fées vont bientôt déchanter en constatant qu’il y a vraiment pénurie de Princes dans la capitale.

Avec ce premier long métrage, la réalisatrice Flavia Coste nous entraine dans une comédie romantique un peu déjantée qui mise pertinemment sur l’humour de ses principales actrices : en envoyant deux fées québécoises à la recherche du Prince Charmant, le ton - et surtout l’accent - est donné. Il faut dire que les deux comédiennes canadiennes sont charmantes et qu’elles s’en donnent à coeur joie pour mener leur quête: entre Mylène Saint-Sauveur qui nous offre une Mélusine pleine de fausse candeur et Sarah-Jeanne Labrosse qui transforme sa Blondine en une boit-sans-soif, le spectateur ne s’ennuie pas un instant.
Même si l’une s’amourache naïvement d’un humain et l’autre de sa bouteille, ces demoiselles découvrent peu à peu les véritables facettes de la gente masculine contemporaine : tandis qu’elles sondent un candidat beau, noble, fidèle et courageux, elles ne font que tomber sur des rustres, des pauvres hères en manque d’émotions. Agitant leurs baguettes magiques à tout va, Blondine et Mélusine réussissent néanmoins à envoyer une sélection personnelle de prétendants auprès de la Belle au Bois Dormant : entre des footballeurs du « Parc des Princes », quelques prêtres, une brochette de pompiers et un homosexuel, toutes sortes de mâles atterissent devant Aurore sans pourtant parvenir à la séduire. On comprend cependant les caprices de cette Belle Endormie car en 99 années de célibat, elle a eu largement le temps de réfléchir au futur homme de sa vie…


Un jour mon prince par TOUSCOPROD

Vous l’avez deviné, Un jour mon Prince est une comédie pleine de fantaisie menée par une réalisatrice à l’ironie mordante. Grace à sa touche kitch, son accent québécois et son humour décalé, ce conte contemporain séduira petits et grands. On vous niaise pas, nous autres : c’est tout simplement « fun » !

Un jour mon prince
Un film de Flavia Coste
Avec Sarah-Jeanne Labrosse, Mylène Saint-Sauveur, Pierre-François Martin-Laval, Catherine Jacob, Jean-Luc Couchard, Hugo Becker, Flavia Coste et Margaux Van Den Plas
Sortie nationale: le 11 janvier 2017
1h22 - France-Canada - 2016

 

Lire aussi dans nos critiques de cinéma :

Premier Contact : Denis Villeneuve vous met en lévitation

« Tu ne tueras point » : un violent sermon signé Mel Gibson

Inferno de Ron Howard : une descente aux Enfers qui manque de Foi

Snowden : le film d'Oliver Stone va vous rendre paranoïaque

 

Enregistrer

Commentez l'article

A LA UNE

Nolwenn Leroy : Gemme, un retour pop lumineux

Nolwenn Leroy : Gemme, un retour pop lumineux

Publication : mardi 17 octobre 2017 12:04

Par JC Mary - Après le succès des albums « Bretonne » et «Ô filles de l’eau» Nolwenn Leroy fait son grand retour pop avec « Gemme ». Autant dire que cet album fait figure de soleil printanier au milieu de la production grisâtre qui sort ces jours-ci.

Montpellier : coup d’envoi du 39ème Cinémed

Montpellier : coup d’envoi du 39ème Cinémed

Publication : lundi 16 octobre 2017 11:53

  Par Romain Rougé – Le festival de cinéma méditerranéen (Cinémed) revient du 20 au 28 octobre 2017 à Montpellier. Avant son coup d’envoi, l’équipe a essaimé les lieux culturels montpelliérains pour présenter cette 39ème édition.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter !

Sans langue de bois

Alexis Lévrier :  le journalisme à l’épreuve de l’endogamie avec la politique

Alexis Lévrier : le journalisme à l’épreuve de l’endogamie avec la politique

Publication : vendredi 7 juillet 2017 11:12

Par Nicolas Vidal - Alexis Lévrier nous livre son analyse sur les liens étroits que les journalistes politiques entretiennent avec les sphères du pouvoir depuis l’Ancien Régime. «Le contact et la distance» est un ouvrage passionnant qui aborde l’ensemble de ces questions et réfléchit sur cette endogamie entre le monde de la presse et de la politique.

Evénement

AnnonceBCSBonnaffeu300x300

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Festival

EncartPub Jazzebre BCSnews300x300

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Idées de voyages

BANNER VOYAGE

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicité

PUB SONGEUR

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Écoutez de la musique

CARRE MUSIQUE

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicité

bandeau auto editionlight

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer