alfredo rodriguez -TocororoPar Nicolas Vidal - Tocororo est le nouvel album d’Alfredo Rodriguez, pianiste et compositeur cubain, installé à Los Angeles. Son nouvel album évoque l’oiseau national de Cuba, Tocororo qui prend son envol pour partir à la découverte d’autres cultures et d’autres identités. C’est en substance le projet musical d’Alfredo Rodriguez qui a, pour l’occasion, convié entre autres Ibrahim Maalouf et Richard Bona pour porter ce message. (Crédit photos : Anna Webber )

Quel est votre rapport à la musique cubaine ?
Mon père est un chanteur et compositeur cubain, donc j’ai grandi en écoutant beaucoup de sa musique, fortement influencée par la musique cubaine. J’ai toujours eu accès à des types d’art très différents chez moi, mais la musique est resté un aspect très important de mon enfance, car j’avais l’habitude d’écouter beaucoup de musiques cubaines des années 50-60 et même avant. Il était difficile de trouver régulièrement la musique non-cubaine puisque nous n’avions pas Internet ou la télévision d’autres pays (nous avions seulement des canaux cubains) j’ai donc été réellement entouré par cette musique une bonne partie de ma jeunesse.

Est-ce important pour vous de revisiter les traditions musicales cubaines ?
Oui absolument! Cuba est ma ville natale et c’est là que mes racines sont. C’est un pays très musical. Je me souviens lorsque je marchais dans les rues, il y avait toujours de la musique ou de la danse. Et même si les étudiants n’étudient pas la musique dans les écoles, c’est comme s’ils avaient naturellement de la musique dans leur sang. De la même manière, la musique a toujours été impliquée dans mon processus de vie. Même si je vis aux États-Unis depuis un certain temps maintenant et que j’ai découvert des cultures et des sons différents à travers le monde, je reste toujours fidèle à mes racines. Je suis certainement ouvert à ce qui se passe autour de moi, mais je dois aussi rester honnête et fidèle à mes groupes et à mes traditions.

Pouvez-vous nous dire ce qu’est le Tocororo ?
Le Tocororo est l’oiseau national de Cuba, et s’il est en cage, l’oiseau meurt de tristesse, reflétant non seulement le désir de liberté, mais la nécessité pour lui d’être libre. Tout comme le Tocororo a besoin de place pour voler, ma musique a eu besoin de la plate-forme et l’occasion d’être entendu par de nombreuses personnes. Sinon j’aurais été triste si je m’étais restreint qu’à Cuba. En raison de ses nombreuses restrictions, Cuba fut ma cage et elle ne m’a pas permis de déployer mes ailes et de faire ce que j’aime à plus grande échelle. Ainsi, cet album est une personnification du peuple cubain ainsi qu’une représentation de la liberté, des voyages et de la pollinisation croisée des cultures. Je suis aux États-Unis depuis des années, mais je suis encore physiquement loin de ma ville natale; mes racines viendront toujours de Cuba et je voulais que cela transparaisse dans cet album.

Pourquoi avoir associés des artistes de nationalités différentes sur cet album ? On pense notamment à Richard Bona, à Ibrahim Maalouf …
Ce qui me plaît vraiment, c’est que nous sommes tous nés dans des pays différents, mais nous venons tous du même endroit; Les êtres humains sont tous liés d’une manière ou d’une autre, donc je le reflète dans ma musique. Mes collaborations sont ma façon de lutter pour l’unité. Je suis donc ouvert à apprendre des autres,, donc j’aime que nous nous réunissions tous ensemble pour créer une expression extérieure de l’unité. Quand je suis arrivé à Los Angeles, je me suis ouvert à de nombreuses cultures différentes. J’ai alors réalisé que les gens aux États-Unis ont la famille de partout dans le monde. Comme ma famille est cubaine, je n’ai jamais eu l’occasion de voyager et de rencontrer d’autres cultures avant ça.

Ibrahim Maalouf participe à cet album. Comment s’est passée cette collaboration ?
J’ai rencontré Ibrahim Maalouf par une amie commune, Alejandra Norambuena. Elle nous a présenté et nous avons rapidement réalisé que nous avions beaucoup de choses en commun même si nous ne nous connaissions pas. Lorsque que j’étais à Paris, je suis allé dans son studio mais il était occupé. Puis il est venu à Los Angeles et il m’a invité à jouer dans son concert. Nous avons gardé le contact et avons continué à explorer les occasions musicales ensemble, alors c’est là que j’ai appelé pour lui demander d’être sur l’album. Il est tellement musical et j’ai adoré lui faire apporter sa culture et sa saveur au mix.

De quelles influences vous êtes vous inspiré pour réaliser cet album ?
Les influences culturelles autour de moi ont inspiré l’album. Le monde est si grand et il y a tellement de choses à apprendre. Chaque artiste avait quelque chose de spécial. Je voulais mettre cela en évidence sur l’album et je suis si heureux de voir autant de différentes cultures représentées.


Quel a été l’apport de Quincy Jones sur cet album ?
Honnêtement, c’était une contribution ancienne avant même de le rencontrer. Sa musique et ses livres m’ont influencé depuis mon enfance. C’était comme si j’avais une relation musicale avec lui avant de le rencontrer réellement. Quincy Jones a toujours contribué à ma musique et à mes choix stylistiques. Par la suite,, il est devenu plus qu’un mentor; Il est aussi un ami et je suis si heureux de l’avoir comme producteur de mon album. Il m’apporte de telles connaissances et toutes ces expériences.


Comment avez-vous découvert la musique lorsque vous étiez jeune ?
La musique est quelque chose qui me constitue depuis que je suis né. Tout le monde a de la musique en lui, mais certains individus développent un amour irrépréssible pour elle parce qu’ils sont plus intéressés.. Même à 1 ou 2 ans, ma famille m’a dit que j’ai toujours essayé d’imiter les sons que j’entendais autour de moi. Qu’il s’agisse de sons ou de rythmes, je faisais de mon mieux pour les imiter. Une des raisons pour lesquelles je suis musicien aujourd’hui , réside dans le fait que j’ai toujours pensé que la musique est la meilleure façon de m’exprimer. J’avais toujours voulu être un batteur professionnel, alors mes parents m’ont inscrit à l’École de Musique Classique de La Havane où ils nous ont testés sur la musicalité et les fondements de la théorie avant de pouvoir choisir un instrument. Il a fallu choisir entre le piano et le violon.

Quel regard portez-vous sur Cuba sur le point de vue social, culturel et politique en tant qu’artiste ?
Pour les Américains, le pays s’est ouvert lentement depuis 1 ou 2 ans. Nous avons été isolés pendant tant d’années et c’est pourquoi je ne savais pas que d’autres cultures existaient jusqu’à que je quitte Cuba. Cela se produit toujours et je voudrais changer les choses, avec beaucoup d’autres règles qui sont strictement appliquées. Par exemple, je dois encore demander un visa pour aller dans mon propre pays. Il y a beaucoup d’autres choses qui ne vont pas dans mon pays, comme la liberté d’expression, alors j’aime crier cette réalité à travers ma musique. Je ne dis pas que cette expérience est la même pour tout le monde, mais elle a été été la mienne. Cela n’a pas beaucoup changé, mais j’espère que tout cela va changer parce que nous en avons besoin en tant que pays et en tant qu’êtres humains. Cependant, je pense qu’il y a eu une ouverture dans les relations musicales entre Cuba et les États-Unis. Je dis cela parce qu’il y a des musiciens cubains qui vivent à Cuba, qui viennent en Amérique pour jouer et des Américains qui vont aussi à Cuba pour jouer. Cependant, je ne vois pas beaucoup de possibilités pour les musiciens cubains comme moi, qui vivent aux États-Unis, de retourner à Cuba et de jouer pour notre peuple.

Si un seul message devait passer par cet album, quel serait-il ?
Unité. Comme je l’ai mentionné précédemment, c’est une expression de liberté. Il ne s’agit pas d’imposer des limites ou des barrières; Il s’agit de franchir les frontières. C’est une interprétation musicale que de serrer la main à des gens de différents pays en dépit de nos différences physiques.

 

Alfredo Rodriguez
Tocororo
Mack Avenue
Avec Ibrahim Maalouf, Richard Bona, R.Elizarde, M.Olivera...

 

Le site officiel d'Alfredo Rodriguez




Lire aussi dans les interviews du Jazz Club :

Tony Momrelle : le prince de la soul anglaise

Loïs Le Van : la nouvelle voix du Jazz français

Irina-R : "Sailing Home est un peu mon histoire"

Sari Kessler : une carrière tardive dans le Jazz

Lou Tavano : la révélation française du jazz vocal  

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Commentez l'article

A LA UNE

Cinémed : Dede, la force des femmes dans la Géorgie traditionnelle

Cinémed : Dede, la force des femmes dans la Géorgie traditionnelle

Publication : lundi 23 octobre 2017 09:46

  Par Romain Rougé – Dans la catégorie des longs métrages de la compétition officielle du Cinémed de Montpellier, il y a souvent de petites pépites qui émergent. C’est le cas de Dede, un premier film géorgien de Mariam Khatchvani.

Cinémed : Razzia de Nabil Ayouch, une photographie sublime du Maroc

Cinémed : Razzia de Nabil Ayouch, une photographie sublime du Maroc

Publication : dimanche 22 octobre 2017 18:55

  Par Romain Rougé – Le réalisateur franco-marocain Nabil Ayouch a fait sensation lors de la présentation de Razzia, en ouverture du 39ème Cinémed de Montpellier. Le film a d’ores et déjà été choisi pour représenter le Maroc aux oscars 2018.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter !

Sans langue de bois

Chômage : Pôle Emploi, une machine infernale selon Cécile Hautefeuille

Chômage : Pôle Emploi, une machine infernale selon Cécile Hautefeuille

Publication : vendredi 20 octobre 2017 10:11

  Par Romain Rougé - Cécile Hautefeuille est journaliste. De son expérience de demandeuse d’emploi est né un blog, Le Minisphère du Chômage et des Idées reçues, puis un livre, La machine infernale : Racontez-moi Pôle Emploi.

Idées de voyages

BANNER VOYAGE

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Écoutez de la musique

CARRE MUSIQUE

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicité

bandeau auto editionlight

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer