la cheffe roman d une cuisiniere par marie ndiaye  - Editions GallimardPar Marc Emile Baronheid - Très à la mode en ce moment, Magritte se plairait à dire que ceci n’est pas une métaphore de l’écrivaine. Même si la protagoniste trouve dans la création une raison de vivre, même si la solitude est un morceau de bravoure à répétition, même si ses clients la portent aux nues, même si sa créature finit par  la trahir. 

Plutôt une allégorie ? Vous en jugerez, à travers  l’ histoire simple d’une gamine touchée à 16 ans par la grâce des fourneaux. La morgue universitaire  la qualifierait d’ autodidacte, parce qu’elle échappe à toute manipulation. Le narrateur, vestale maladroite qui l’accable d’une encombrante piété,  l’appelle la Cheffe, comme c’est l’usage dans les sphères toquées. Petite bonne sachant lire mais écrivant à peine, elle hérite la responsabilité des papilles et des ventres de ses patrons, le jour où la cuisinière en titre choisit de prendre du recul. La future cheffe est-elle  inconsciente ou mue par l’assurance culottée que donne une longue sédimentation subreptice ? Son irrésistible et si maîtrisée ascension peut commencer. Pour dire le fracas silencieux de l’autosatisfaction, la réticence aléatoire avec laquelle on salue sa propre progression, le silice de l’acharnement à trouver l’assaisonnement indiscutable, la traque sisyphienne de saveurs aux mariages insoupçonnés, MD (à ne pas confondre avec feue la pasionaria des bobos) lance son héroïne sur un chemin de Damas pavé d’intentions absolues, de tentations retorses, au gré de phrases frôlées par un frisson proustien.  
En filigrane, une voix avance que l’aboutissement de toute entreprise créatrice a pour prix la terre brûlée sentimentale. La Cheffe jouit à sa manière de sa première étoile dans le Guide. Marie Ndiaye en a déjà obtenu deux (Femina 2001, Goncourt 2009, en plus d’une pièce entrée au répertoire de la Comédie-Française). Une troisième ?  Cherchez l’indice. La Cheffe a fait un cheval de Troie de son emblématique gigot d’agneau en habit vert. Serait-ce éventer un secret que  l’imaginer mitonné  à l’huile de palme(s) académique(s) ? Tentation ou pied-de-nez ? Quos vult perdere Jupiter dementat.

 

« La cheffe, roman d’une cuisinière », Marie Ndiaye, Gallimard. 17,90 euros

 

Lire aussi dans les chroniques de romans :

Catherine Cusset : la maîtrise élégante de madame nostalgie

Charles Jackson : le jeu dangereux de l’ivresse

Smith Henderson : un premier roman déroutant

Zijian Chi : immersion chez les Evenk

 

Commentez l'article

Le BSC NEWS Magazine du mois

COUV BSCNEWS DECEMBRE2017

 

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

A LA UNE

Mona Leu Leu : « Le grenier, une histoire de transition et de famille »

Mona Leu Leu : « Le grenier, une histoire de transition et de famille »

Publication : jeudi 18 janvier 2018 16:10

Par Nicolas Vidal - Incontournable et talentueuse artiste, Mona Leu Leu a bluffé la rédaction du BSC NEWS avec son magnifique ouvrage “Le grenier” !

Pierrat Brothers : du bon usage des pièces à conviction

Pierrat Brothers : du bon usage des pièces à conviction

Publication : jeudi 18 janvier 2018 15:18

Par Marc-Emile Baronheid - Les Pierrat Brothers sont les nouveaux Dupont Dupond. Sauf qu’avec eux c’est du sérieux. Pour preuve, leur livre à quatre mains, fondé sur le bon usage de pièces à conviction dans quantité d’affaires criminelles.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter !

Soutenez Putsch !

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicité

KO1

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Sans langue de bois

Laurent Obertone : "Certains médias ont le monopole de la pensée autorisée et de la morale"

Laurent Obertone : "Certains médias ont le monopole de la pensée autorisée et de la morale"

Publication : mardi 28 novembre 2017 11:23

  Par Nicolas Vidal - Depuis la parution de France Orange Mécanique en 2013, le journaliste Laurent Obertone déjoue tous les pronostics littéraires. Ses livres font fureur en librairie malgré une presse très rétive aux sujets qu’il aborde et qui ne se prive pas de dénoncer ses idées.

Écoutez de la musique

CARRE MUSIQUE

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Idées de voyages

BANNER VOYAGE

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer