Reda SeddikiPar Mélina Hoffmann - Vous vous demandez où sont passées la fraternité, la tolérance et le respect ? Ne cherchez plus et allez plutôt voir le spectacle de ce jeune artiste aussi grand par sa taille que par son talent.

Après 18 mois passés dans la salle intimiste du Théâtre La Cible – un lieu qui lui allait à merveille – c’est une version retravaillée et affinée de son spectacle ‘Lettre à France’ que nous offre Réda Seddiki sur la péniche de La Nouvelle Seine.

Le jeune homme, combattant de la pensée unique, met son intelligence, son esprit critique, sa culture et sa finesse d'esprit au service d'un seul en scène original dans lequel il décrypte la société française, ses dérives et ses imperfections, sans langue de bois mais toujours avec beaucoup de tendresse, de lucidité, d’humour et une bonne dose d’ironie.

Réda Seddiki : une approche différente sur notre société et ses valeurs

Par une approche intelligente et pertinente qui ne cède ni à la vulgarité ni aux raccourcis faciles, Réda Seddiki nous amène à réfléchir différemment sur notre société et ses valeurs, sur l’immigration, sur les rapports que nous entretenons avec le monde, entre autres. Il raconte sa rencontre avec cette France peut-être un peu trop idéalisée, comme l’est toujours un premier amour… Cette France qu’il aime tout autant que son Algérie natale même s’il taquine gentiment les clichés auxquels il s’est trouvé confronté à son arrivée il y a quelques années. Son talent de conteur nous fait voyager d’un pays à l’autre, d’une culture à l’autre, au gré des rencontres, des anecdotes, des belles surprises et des espoirs déçus qui ont jalonné son parcours.

Le jeune homme a l'art et la manière de désacraliser les sujets les plus épineux, de mettre de la légèreté au sein des thèmes les plus pesants et d’ouvrir notre esprit à une réflexion plus large. Hilarant dans le rôle du professeur de maths intégriste, dans son imitation de Nicolas Sarkozy, ou encore quand il nous explique que l'arabe est une langue symétrique ; émouvant quand il nous parle de son amour pour la France et de cette notion malmenée de fraternité, Réda Seddiki est avant tout d'un naturel et d'une simplicité qui le rendent attachant.
Pendant 1h, on rit, on sourit, on réfléchit, on voyage, on partage… et on tangue aussi un peu au gré des remises en question qu’il nous propose.
Attendez-vous cependant à vous sentir plus “fromage” que “français” en sortant de son spectacle ! Mais vous verrez que l’idée qui se cache derrière ça est très très loin d’être mauvaise…

 

La Nouvelle Seine (péniche sur berge), 75005 Paris,
Tous les mercredis, à 20h www.lanouvelleseine.com

 

Lire aussi nos critiques de spectacles sur Paris :

Laurent Cussinet : l'équation habile et sans tabou de la masculinité

Pigments : esquisse théâtrale d’une thérapie amoureuse

Le jeu de l'amour et du hasard : un chassé-croisé pop rock

 

 

Enregistrer

Commentez l'article

A LA UNE

Patrick Poivre d'Arvor : " Il faut que nous soyons nombreux à reprendre le flambeau"

Patrick Poivre d'Arvor : " Il faut que nous soyons nombreux à reprendre le flambeau"

Publication : lundi 11 décembre 2017 11:35

Par Emmanuelle de Boysson - Journaliste, homme de télévision et de radio, animateur à Radio classique et à CNews de « Vive les livres », acteur, metteur en scène d’opéras, Patrick Poivre d’Arvor est avant tout un écrivain (prix Interallié pour « L’irrésolu » en 2000) et un amoureux de la littérature. Longtemps, la lecture fut sa consolation. Elevé en Bretagne, l’enfant timide et solitaire disait déjà « mes seuls amis sont les livres ».

Julien Cottereau : Imagine-toi émerveille le théâtre des Mathurins

Julien Cottereau : Imagine-toi émerveille le théâtre des Mathurins

Publication : samedi 9 décembre 2017 08:44

  Par Romain Rougé – Dans Imagine-toi, Julien Cottereau incarne un personnage poétique et lunaire. Au théâtre des Mathurins de Paris, il nous amène dans son terrier tapissé de mimes et de merveilleux.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter !

Sans langue de bois

Laurent Obertone : "Certains médias ont le monopole de la pensée autorisée et de la morale"

Laurent Obertone : "Certains médias ont le monopole de la pensée autorisée et de la morale"

Publication : mardi 28 novembre 2017 11:23

  Par Nicolas Vidal - Depuis la parution de France Orange Mécanique en 2013, le journaliste Laurent Obertone déjoue tous les pronostics littéraires. Ses livres font fureur en librairie malgré une presse très rétive aux sujets qu’il aborde et qui ne se prive pas de dénoncer ses idées.

Écoutez de la musique

CARRE MUSIQUE

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Idées de voyages

BANNER VOYAGE

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer