Fabrice Luchini - Comédié françaisePar Nicolas Vidal - Recevoir le nouveau livre d’une moderne/petite/grande/éphémère ou nouvelle célébrité a toujours suscité en moi l’aversion brutale du préjugé. Même en me faisant violence, je ne peux m’empêcher d’y voir plus de promotion que de profondeur littéraire. Mais Fabrice Luchini a bousculé vigoureusement ces préjugés. Et tant mieux.

Pendant les premières minutes,  alors même que le livre est encore à moitié enfoui dans l’enveloppe, «Comédie française» n’a pas échappé à ce verdict. Jusqu’à ce que je l’ouvre et que mes yeux filent à toute vitesse au bas de la première page. Le plaisir est donc là, présent, incontournable et goguenard. La verve de Luchini a fait le reste jusqu’à la dernière page du livre qui se termine par «ce serait peut-être même le secret du métier d’acteur ...».
Le chapitre sur Guermantes (on notera la référence à la Duchesse du même nom et à sa notion flamboyante de la distinction ) où l’acteur explique son apprentissage de la «langue vivante» adossé à cette délicieuse anecdote du «Tu te dérobes ?» alors qu’il crânait et zonait avec sa bande du quartier des Abbesses.
Avec Luchini, on glisse sur les mots tout en se confrontant à des auteurs de son répertoire. On a envie de lire et de relire Céline, plonger dans l’oeuvre de Molière ou parcourir à grandes enjambées la poésie de Rimbaud.  C’est à la fois la philosophie du rien qui insuffle la passion du mot, du vers et de la strophe.  La malice de Fabrice Luchini (car l’homme est malicieux) déconstruit le mot en retournant le terreau fertile de son imagination pour mieux éclairer ces oeuvres.
Qu’est-ce que ça veut dire « production brève, dans le champ amoureux, d’une contre-image de l’objet aimé ?»  Ce qui est exemplaire, chez Barthes, c’est la tentative d’une sur-précision du senti, une formulation de la sensation, qui pourrait frôler la préciosité et qui pourrait provoquer l’irritation, et qui, par le biais du sensible, fait qu’il échappe à ces deux défauts.


Fabrice Luchini entre dans Barthes avec envie et passion. Il trie le texte pour en extraire la substantifique moelle. Elle est à la fois sucrée et compréhensible.  À la lecture, les textes finissent par scintiller si l’on se donne la peine d’y prêter quelques attentions. Il finit par avouer ce trop plein d’obsession qui le hante :
"Je suis tellement sûr de mes écrivains - Céline, Flaubert, La Fontaine, Molière - que je suis inébranlable, inconstestable."

Incontestable. Voilà la force d’un mot qui le campe et  définit le comédien au plus près.

Il serait malvenu d’omettre que l’une des grandes vérités de cet ouvrage repose aussi sur l’identité du comédien parfait et juste dans son essence la plus pure, le jeu. Luchini s’affronte en bloc et de toute sa personne au rôle de l’acteur. Le rôle dans ce que cette fonction a de plus profond jusqu’à la transcendance du texte

Quand tu joues du Henry Bernstein, tu peux apporter ton casse-croûte, ta psychanalyse, ton Oedipe, car les personnages sont à peine esquissés. C’est l’auberge espagnole ; chacun y ajoute ce qu’il veut, et c’est très bien. Mais quand tu joues Molière, il faut que tu te dégages de tout apport personnel.

Tout porte à la pénétration du texte chez Luchini. Comment dit-on, comment respire-t-on et quel est le rythme juste pour dire les vers de Molière ou encore la question cruciale qu’il pose sur l’alexandrin ? Il cite plus loin  Jouvet  «Pour être comédien, il faut se montrer» (...) « pour bien pratiquer ce métier l’important est dans le renoncement de soi pour l’avancement de soi-même

Enfin Luchini réfléchit aussi de façon poussée à la notion de l’enfantement déroulée comme un fil rouge tout au long du livre et il avance l’exigence du mérite «  Mon seul mérite éventuellement : me laisser enfanter. Ça n’a l’air de rien, mais ce n’est pas évident de se laisser enfanter. Ce serait peut-être même le secret du métier d’acteur...»

Comédie française est un livre passionnant, très drôle et brillant.


Comédie française
Ça a débuté comme ça...
Fabrice Luchini
Editions Flammarion
19 euros

 ( Crédit photo Dominique Isserman )

 

Lire aussi dans notre sélection de livres :

Simone de Beauvoir : entre symbole du féminisme et narcissisme

Léonard de Vinci : un ouvrage complet et passionnant

Ernest Hemingway : un texte original agrémenté d'inédits

Colette : " Paris, je t'aime"

Joris-Karl Huysmans : ses chroniques de Paris

 

Commentez l'article

Le BSC NEWS Magazine du mois

COUV BSCNEWS DECEMBRE2017

 

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

A LA UNE

Laëtitia Eïdo : "La série Fauda montre l’horreur d’un conflit sans fin"

Laëtitia Eïdo : "La série Fauda montre l’horreur d’un conflit sans fin"

Publication : mercredi 17 janvier 2018 16:19

Par Antoine Coste Dombre - Des yeux noirs perçants et une voix assurée, Laëtitia Eïdo paraît sûre d’elle. Un caractère bien trempé qui tranche avec une sensibilité évidente.

Amandine Dhée : « Le père est une mère très acceptable »

Amandine Dhée : « Le père est une mère très acceptable »

Publication : mardi 16 janvier 2018 15:52

Par Marc Emile Baronheid - « Hors de question que je couve en silence » : le sois ronde et tais-toi n’a pas cours, dans ce brûlot marqué au fer du féminisme subtil.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter !

Soutenez Putsch !

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicité

KO1

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Sans langue de bois

Laurent Obertone : "Certains médias ont le monopole de la pensée autorisée et de la morale"

Laurent Obertone : "Certains médias ont le monopole de la pensée autorisée et de la morale"

Publication : mardi 28 novembre 2017 11:23

  Par Nicolas Vidal - Depuis la parution de France Orange Mécanique en 2013, le journaliste Laurent Obertone déjoue tous les pronostics littéraires. Ses livres font fureur en librairie malgré une presse très rétive aux sujets qu’il aborde et qui ne se prive pas de dénoncer ses idées.

Écoutez de la musique

CARRE MUSIQUE

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Idées de voyages

BANNER VOYAGE

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer