BEAUVOIRPar Marc Emile Baronheid - Sacrée Beauvoir ! Elle continue d’aimanter des groupies et non des moindres. Comme si quantité de lectrices étaient définitivement frappées de cécité. Aujourd’hui une autre voix se fait entendre, salubre et dissonante, révélant une reine dépouillée de ses leurres.

Parmi les vestales historiques, Julia Kristeva : « La vie et l’œuvre de Simone de Beauvoir (1908-1986) cristallisent une révolution anthropologique majeure, préparée collectivement de longue date par les deux sexes, et qui ne cesse de produire des effets imprévisibles sur nos destins personnels et sur l’avenir politique de la planète ». Telle est la bande de lancement de la réédition de quatre études consacrées à l’aristocrate, philosophe existentialiste, symbole de la cause féministe. La suite est à l’avenant, les lignes les moins enthousiastes promettant « des lectures personnelles et des commentaires admiratifs ou critiques que suscite en moi une expérience fondatrice dont les nuances et l’actualité n’ont pas fini de nous interpeller et de nous surprendre ».

L’approche de Marie-Jo Bonnet conjugue rigueur et liberté d’en découdre avec le mythe  de la grande intellectuelle,  femme libre, transparente et épanouie. Il s’agit ici de dévoiler celle qui n’assumait pas ses gourmandises et dont les paravents dissimulaient un narcissisme démiurgique, un clivage mesquin entre la clarté de l’énoncé philosophique et une vie aux multiples désirs, aux appétits insatiables. Jusqu’à penser sans vergogne que la justification de sa vie tiendrait indéfiniment dans son œuvre ? La correspondance de cette Emma Beauvoiry regorge de jalousie, de faux-fuyants, d’orgueilleux désir d’exclusivité malgré l’acquiescement à des étreintes interchangeables, de manipulations piteuses. Elle qui adorait plastronner en tête de gondole dans les cortèges dévoués à la cause du peuple féminin jouerait assurément des coudes, aujourd’hui, parmi les hétaïres dépoitraillées et réclamerait la tête de Marcela Iacub.
Lire Marie-Jo Bonnet, c’est adhérer à une opération de salubrité morale.   

Le féminin accapare l’attention de Gérard Pommier, psychiatre et psychanalyste. Son essai part de l’interrogation fondamentale d’Aristote sur l’existence d’une âme féminine, pour rejoindre une Annie Le Brun, exemple de lucidité face aux pantalonnades du féminisme guerrier (« la bêtise militante »). Tout au long de son essai, Pommier considère quantité de prismes fondamentaux, avançant subtilement des pions suivis de points d’interrogation, lorsqu’il lève quelque lièvre. Et ce n’est pas rare, conférant  une qualité certaine à cette exploration littéraire et politique qui a le bon goût et la clairvoyance de privilégier le féminin au féminisme, de préférer l’original à la caricature.


« Beauvoir présente », Julia Kristeva, Pluriel. 6,50 euros
« Simone de Beauvoir et les femmes », Marie-Jo Bonnet, Albin Michel. 22 euros
« Feminin, révolution sans fin », Gérard Pommier, Pauvert. 19 euros


Lire aussi dans Notre sélection :

Léonard de Vinci : un ouvrage complet et passionnant

Ernest Hemingway : un texte original agrémenté d'inédits

Colette : " Paris, je t'aime"

Joris-Karl Huysmans : ses chroniques de Paris

Commentez l'article

Le BSC NEWS Magazine du mois

COUV BSCNEWS DECEMBRE2017

 

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

A LA UNE

Laëtitia Eïdo : "La série Fauda montre l’horreur d’un conflit sans fin"

Laëtitia Eïdo : "La série Fauda montre l’horreur d’un conflit sans fin"

Publication : mercredi 17 janvier 2018 16:19

Par Antoine Coste Dombre - Des yeux noirs perçants et une voix assurée, Laëtitia Eïdo paraît sûre d’elle. Un caractère bien trempé qui tranche avec une sensibilité évidente.

Amandine Dhée : « Le père est une mère très acceptable »

Amandine Dhée : « Le père est une mère très acceptable »

Publication : mardi 16 janvier 2018 15:52

Par Marc Emile Baronheid - « Hors de question que je couve en silence » : le sois ronde et tais-toi n’a pas cours, dans ce brûlot marqué au fer du féminisme subtil.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter !

Soutenez Putsch !

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicité

KO1

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Sans langue de bois

Laurent Obertone : "Certains médias ont le monopole de la pensée autorisée et de la morale"

Laurent Obertone : "Certains médias ont le monopole de la pensée autorisée et de la morale"

Publication : mardi 28 novembre 2017 11:23

  Par Nicolas Vidal - Depuis la parution de France Orange Mécanique en 2013, le journaliste Laurent Obertone déjoue tous les pronostics littéraires. Ses livres font fureur en librairie malgré une presse très rétive aux sujets qu’il aborde et qui ne se prive pas de dénoncer ses idées.

Écoutez de la musique

CARRE MUSIQUE

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Idées de voyages

BANNER VOYAGE

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer