Dictionnaire Amoureux de ParisPar Marc Emile Baronheid - A quoi bon une littérature hédoniste par temps de barbarie? Pour faire pièce à la violence, à l’aveuglement, pour réaffirmer que Paris n’a plus rien à prouver, sinon qu’elle demeure insubmersible,

quand bien même on y croiserait « au détour d’un sentier une charogne infâme »  (Baudelaire). Dernier en date de ses soupirants, Nicolas d’Estienne d’Orves ne pouvait deviner, début octobre, à quel point sa déclaration d’amour trouverait une démonstration par l’absurde et même par l’infâme : « Si je suis amoureux de Paris ? Et comment ! Amoureux partial, amoureux nostalgique, amoureux terroriste » …
Nouveau fleuron d’une collection qui les accumule comme à la parade, son Dictionnaire illustre et revendique une subjectivité à saute-mouton. Il est constitué d’arpentages intimes, de rappels historiques, de sensations fortes, d’odeurs, d’impatiences, d’apologies maîtrisées autant que possible. Tout avait  commencé dans la vastitude minuscule de deux chambres de bonne : « J’ai beau n’y avoir passé qu’une année, ces douze mois sont gravés dans ma mémoire comme le lent déroulement d’un immense dépucelage. Une sorte d’âge d’or où je découvrais la vie, en bloc, tout à trac ».

 

« Dictionnaire amoureux de Paris », Nicolas d’Estienne d’Orves, Plon, 25 euros

 

Lire aussi dans notre sélection littéraire :

Sapiens : le livre audacieux de Yuval Noah Harari

Ingrid Naour : un court roman où chaque ligne est un sourire

Vélo : le petit lexique impertinent du cyclisme

Le goût des mots : les houspilleurs et les caresseurs du verbe

Pef : un virevoltant éloge de la lecture 

Commentez l'article

A LA UNE

Cinémed : Dede, la force des femmes dans la Géorgie traditionnelle

Cinémed : Dede, la force des femmes dans la Géorgie traditionnelle

Publication : lundi 23 octobre 2017 09:46

  Par Romain Rougé – Dans la catégorie des longs métrages de la compétition officielle du Cinémed de Montpellier, il y a souvent de petites pépites qui émergent. C’est le cas de Dede, un premier film géorgien de Mariam Khatchvani.

Cinémed : Razzia de Nabil Ayouch, une photographie sublime du Maroc

Cinémed : Razzia de Nabil Ayouch, une photographie sublime du Maroc

Publication : dimanche 22 octobre 2017 18:55

  Par Romain Rougé – Le réalisateur franco-marocain Nabil Ayouch a fait sensation lors de la présentation de Razzia, en ouverture du 39ème Cinémed de Montpellier. Le film a d’ores et déjà été choisi pour représenter le Maroc aux oscars 2018.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter !

Sans langue de bois

Chômage : Pôle Emploi, une machine infernale selon Cécile Hautefeuille

Chômage : Pôle Emploi, une machine infernale selon Cécile Hautefeuille

Publication : vendredi 20 octobre 2017 10:11

  Par Romain Rougé - Cécile Hautefeuille est journaliste. De son expérience de demandeuse d’emploi est né un blog, Le Minisphère du Chômage et des Idées reçues, puis un livre, La machine infernale : Racontez-moi Pôle Emploi.

Idées de voyages

BANNER VOYAGE

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Écoutez de la musique

CARRE MUSIQUE

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicité

bandeau auto editionlight

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer