JACK SAVORETTI - Written in ScarsPar Nicolas Vidal -  La jeune carrière de Jack Savoretti , musicien mi-anglais mi-italien est une histoire de racines, de musique, de rencontres et de pugnacité à avancer malgré l’adversité. Pour ce nouvel album, Written in Scars, nous avons rencontré Jack Savoretti qui nous prouve que l’abnégation fait aussi partie de la réussite d’un musicien.

Dans quelle mesure ce nouvel album repose sur vos origines anglaises et italiennes?
Les vieux chanteurs etcompositeurs italiens, les goûts de Battisti, Guccini, Dalla et d’André ont été vraiment importants pour moi. L’aspect de la narration de la musique italienne est presque impossible à reproduire, mais je passerai ma vie à essayer de m’en approcher. Je vis et je travaille à Londres. Les gens qui ont collaboré avec moi sur «Written in Scars» sont pour la plupart à Londres, ce qui  a eu un grand impact aussi.

Après votre conflit avec votre ancien management, comment s’est passée la création de ce nouvel album?
C’était il y a longtemps. Depuis j’ai enregistré plusieurs albums. Cela n’a pas eu aucun effet sur ce projet.

Pouvez-vous nous présenter les musiciens qui vous entourent pour « Written in Scars » ?
Sur scène, je suis rejoint par Pedro Vitor Vieira De Souza à la guitare, Mr. John Bird Jr. qui vient d’Irlande à la basse, au piano Henry Bowers-Broadbent notre gentleman anglais et à la batterie, le danois, Jesper Lind. Sur l’album, j’ai travaillé avec un certain nombre de musiciens, y compris ceux que je viens de mentionner et aussi des collaborateurs de longue date comme Sam Dixon et Matty Benbrook .

Quelle est le signification du titre de votre album ?
Je voulais que le titre soit un peu en rapport avec le triomphe. Oui, je me suis fait botté les fesses. Je suis couvert de cicatrices mais je suis ici pour raconter cette histoire. Je voulais que tout cela soit dans l’album. Car Written in Scars doit donner envie de se surpasser et réaliser les choses que l’on a envie de faire. Comme un album où « il n’y a rien d’impossible », c’est exactement ce genre d’album. Je sais que ça sonne un peu ringard mais … mais je voulais avoir le même effet que la musique de Rocky lorsque je l’écoute. La musique dit : « Wow, nous l’avons fait, nous avons survécu, nous avons fait un autre album ». Le titre dit tout.

 

" Je voulais que le titre soit un peu en rapport avec le triomphe. Oui, je me suis fait botté les fesses. Je suis couvert de cicatrices mais je suis ici pour raconter cette histoire "

 

On vous attribue beaucoup d’influences musicales ou d’artistes dont vous vous rapprochez. On parle notamment de Paolo Nuttini ou encore Georges Ezra. Quel est votre avis à ce sujet ?
C’est flatteur mais c’est vrai. Je pense que les gens essaient toujours de comparer les artistes, mais en réalité, tout le monde est différent.

Qu’est ce qui vous plaît dans l’écriture de chansons ? Quels sont les thèmes que vous aimez aborder ?
J’écris à partir des influences du quotidien. Les choses qui m’arrivent et qui arrivent autour de moi. L’écriture doit être honnête. Et le quotidien est la meilleure source d’inspiration pour cela.

 

 

On a cru comprendre en lisant  votre biographie que votre carrière n’a pas toujours été très simple. Vous aviez même envisagé d’arrêter. Aujourd’hui avec la sortie de ce nouvel album, quel regard portez-vous sur votre carrière ?
Cet album parle beaucoup d’où je suis maintenant et comment j’y suis arrivé. On a du faire face à beaucoup d’obstacles sur notre chemin mais cela nous a pas arrêté. Aujourd’hui, nous sommes ici en faisant ce que nous avons toujours fait. C’est mon quatrième album et je travaille sur le suivant, je préfère aller de l’avant.

Quelle place a cet album dans votre carrière au vu de son succès ?
C’est aux autres de le dire. J’en suis vraiment fier et j’aime le fait que beaucoup de gens en aient déjà entendu parlé. Mais le succès, c’est aux autres d’en décider...

Vos morceaux couvrent un très large horizon musical passant du folk à des sons beaucoup plus électriques. Comment expliquez-vous cela ?
Tout dépend comment se passent les choses en studio. Je ne pense pas qu’un son peut être jouer seulement d’une manière. Le son va là où il a besoin d’aller.

Où pourra-t-on vous voir sur scène dans les semaines à venir, Jack Savoretti  ?
Nous sommes pas sur les routes pour le moment mais nous allons revenir en Europe et Angleterre en début d’année prochaine. On va jouer aux « Etoiles » à Paris le mardi 8 mars 2016.

Pour finir, préparez-vous déjà un nouvel album ?
Je suis actuellement en studio où je prépare déjà mon nouvel album.

Written In Scars
JackSavoretti
( BMG / Pias )
www.jacksavoretti.com
( Crédit photo - Rebecca Miller Jack )

 


Lire aussi dans le BackStage :

Gumguts : des concerts live en appartement

Sarah Lancman : quand le jazz fait appel au crowdfunding

Sollex : un artiste-entrepreneur qui roule bien

Lartigo : Hipster Patois, un nouvel album punchy

 

Commentez l'article

A LA UNE

Sous la glace : une vision glaçante et ironique du monde de l’entreprise

Sous la glace : une vision glaçante et ironique du monde de l’entreprise

Publication : jeudi 14 décembre 2017 15:22

Par Eloise Bouchet - Comment trouver sa place dans un monde qui fait la part belle au profit immédiat au détriment de toute valeur humaniste ? Un monde qui porte aux nues les « winners », ceux qui n’hésitent pas à écraser les autres pour parvenir à leurs fins ?

Neymar : du FC Barcelone au PSG, toujours une valise d'avance

Neymar : du FC Barcelone au PSG, toujours une valise d'avance

Publication : jeudi 14 décembre 2017 10:13

  Par Pascal Baronheid - Fashion victims par excellence, mercenaires, sales gosses, les protagonistes du football sont peu suspects de fidélité, sauf à leur valise, élément fondamental de la panoplie de première nécessité.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter !

Sans langue de bois

Laurent Obertone : "Certains médias ont le monopole de la pensée autorisée et de la morale"

Laurent Obertone : "Certains médias ont le monopole de la pensée autorisée et de la morale"

Publication : mardi 28 novembre 2017 11:23

  Par Nicolas Vidal - Depuis la parution de France Orange Mécanique en 2013, le journaliste Laurent Obertone déjoue tous les pronostics littéraires. Ses livres font fureur en librairie malgré une presse très rétive aux sujets qu’il aborde et qui ne se prive pas de dénoncer ses idées.

Écoutez de la musique

CARRE MUSIQUE

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Idées de voyages

BANNER VOYAGE

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer