Le GOUTS DES MOTS - Editions Mercure de FrancePar Pascal Baronheid -  « Toutes les aurt histoires dites au râlement elles ont pas été tant chanjées et maudit  fiées au fil des ans. Elles sont toutes en mil morts sots en blips et toutes en tremêl ». C’est du riddleyspeak traduit en parénigm et paru en 2013. L’auteur : Russel Hoban.


« Do mon pétiot ; do ma dodotte…/Te viens d’teffondrer su’ l’ crottoir/comme un bestiau à l’abattoir/ou comme un qui s’rait en ribotte » (Jehan Rictus, 1914).
Des inventeurs de langue, des houspilleurs du verbe, des marteleurs, des caresseurs. On  trouve d’autres charmeurs de mots, dans ce recueil  qui célèbre par ailleurs Apollinaire, Raymond Devos, Allais, Rimbaud, Lycophron, Queneau et autres saltimbanques d’exception. Une folle sarabande dont les participants érudits, poétiques, enfiévrés, ludiques invitent à revisiter Babel. Ils sont 37, sans nulle présence féminine. L’apprivoisement des mots a-t-il un sexe ?

 

« Le goût des mots », textes choisis et présentés par Elsa Gribinski, Mercure de France, 9 €

 

 

 

 

 

 

 

Lire aussi :

Pef : un virevoltant éloge de la lecture

Jean-Philippe Toussaint : paradoxes du ballon rond

Alison Jean Lester : une brillante et redoutable maturité

Les dictionnaires : les serruriers du monde (2/2)

 

Commentez l'article

Le BSC NEWS Magazine du mois

COUV BSCNEWS DECEMBRE2017

 

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

A LA UNE

Laëtitia Eïdo : "La série Fauda montre l’horreur d’un conflit sans fin"

Laëtitia Eïdo : "La série Fauda montre l’horreur d’un conflit sans fin"

Publication : mercredi 17 janvier 2018 16:19

Par Antoine Coste Dombre - Des yeux noirs perçants et une voix assurée, Laëtitia Eïdo paraît sûre d’elle. Un caractère bien trempé qui tranche avec une sensibilité évidente.

Amandine Dhée : « Le père est une mère très acceptable »

Amandine Dhée : « Le père est une mère très acceptable »

Publication : mardi 16 janvier 2018 15:52

Par Marc Emile Baronheid - « Hors de question que je couve en silence » : le sois ronde et tais-toi n’a pas cours, dans ce brûlot marqué au fer du féminisme subtil.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter !

Soutenez Putsch !

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicité

KO1

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Sans langue de bois

Laurent Obertone : "Certains médias ont le monopole de la pensée autorisée et de la morale"

Laurent Obertone : "Certains médias ont le monopole de la pensée autorisée et de la morale"

Publication : mardi 28 novembre 2017 11:23

  Par Nicolas Vidal - Depuis la parution de France Orange Mécanique en 2013, le journaliste Laurent Obertone déjoue tous les pronostics littéraires. Ses livres font fureur en librairie malgré une presse très rétive aux sujets qu’il aborde et qui ne se prive pas de dénoncer ses idées.

Écoutez de la musique

CARRE MUSIQUE

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Idées de voyages

BANNER VOYAGE

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer