Gumguts FreeRiver 2

Par Nicolas Vidal - Lorsque des passionnés de musique cherchent à trouver le meilleur moyen de rapprocher les artistes du public, ils commencent à les filmer dans les salles de concert. Puis une idée germe : organiser des concerts au coeur même de petits appartements afin de regrouper les artistes et le public à même le carrelage du salon pour une session live.

A l’origine de ce projet, Franck Revouy nous présente avec passion GumGuts et sa philosophie musicale de la proximité. Passionnant !


D’où vient le nom de Gumguts ? Et la genèse du concept ?
Gumguts vient de la contraction des deux mots anglais Gum et Guts. Le premier désigne la mâchoire, le second les tripes. Il n’y a pas de sens littéral même si ça sonne bien ! C’est surtout l’idée de faire les choses avec le cœur. Nous sommes des passionnés de musique et nous mobilisons toute notre énergie pour la partager.
Notre but c’est d’aider les groupes de musique régionaux à se professionnaliser. Pour un artiste, il est indispensable de disposer de vidéos live de qualité pour se «vendre» auprès des programmateurs de salles de concerts et de festivals. A Montpellier, il y a beaucoup de musiciens talentueux mais très peu d’aide à la création vidéo (hormis le festival 34 Tours). Gumguts offre ce service professionnel aux artistes émergents dans un lieu atypique une fois par mois.

Des concerts en appartement, quelles sont les grandes lignes de ce concept original ?
Avant les « concert en appart » nous filmions les groupes dans les salles de concert de Montpellier. Nous avions envie de rapprocher les artistes et le public, de mettre davantage en avant l’aspect humain, de filmer dans un cadre chaleureux.
La Blogothèque a été précurseur à Paris dès 2006 en filmant les groupes en acoustique dans des lieux incongrus mais rarement en public (cage d’escalier, ascenseur, cour d’immeuble). Ils ont inventé les concerts à emporter. Nous avons poussé le concept plus loin en investissant une fois par mois des appartements privés pour des live amplifiés en public !

Ces propositions musicales chez des particuliers rencontrent du succès. A quoi attribuez-vous cela ?
La proximité avec les artistes est la principale raison. Ce n’est pas très fréquent de voir des musiciens jouer à un mètre de soi. Pour eux aussi c’est particulier de voir le public d’aussi près.
On peut discuter avant et après le concert avec les musiciens, ils ne restent pas cloîtrés dans leur loge. On partage une soirée dans un intérieur cosy avec des gens qu’on ne connaît pas forcément.  C’est une expérience d’autant plus forte qu’elle est éphémère. On prend garde à ne pas revenir dans les mêmes endroits. C’est très excitant de découvrir de nouveaux lieux, de voir comment les gens vivent. Nous sommes tous un peu voyeurs; non ?

Ndobo-emma - Nice & Easy - concert en appart @ Montpellier from GUMGUTS on Vimeo.

Ndobo-emma - Nice & Easy - concert en appart @ Montpellier
Extrait du concert en appartement d'Ndobo-emma (ex-Endie Miralee) dans le quartier des Beaux-Arts à Montpellier.
https://soundcloud.com/ndobo-emma

Afin de nous éclairer, quelles sont les grandes étapes de l’organisation d’un concert dans un appartement ? Comment trouvez-vous les appartements ? Quelle est l’organisation technique de l’espace ? La gestion du public ? L’attribution des réservations ?
On démarre par la recherche de palettes en bois dans le centre-ville la veille des concerts. On empile trois hauteurs de palettes pour faire la scène dans les apparts ; autant pour insonoriser le lieu que pour surélever les musiciens. Et puis ça donne un côté « fait maison » qui est aussi notre marque de fabrique. Le jour du concert on mobilise une quinzaine de bénévoles pour venir déplacer les meubles dans l’appartement, installer la scène, le son, la lumière, la vidéo. En fin d’après-midi on installe la tireuse pour faire déguster la bière locale et on prépare le catering. Le lendemain du concert on vient tout nettoyer et on réagence même l’appartement !
La gestion des réservations est une grosse partie du travail. On ne peut pas accueillir tout le monde alors on a mis en place un système de réservation par Internet. Les réservations sont ouvertes dès qu’on publie l’information sur notre page facebook. On prévient aussi tous nos adhérents par newlsetter (400 à jour de cotisation en 2015, plus de mille destinataires). Les plus rapides à répondre sont les premiers servis !
Jusqu’à présent ce sont les personnes qui viennent au concert qui nous proposent à leur appartement ou jardin. Mais ce n’est pas suffisant. Ce n’est pas évident de trouver un appartement avec une grande pièce de 40m2 facile à vider. Avis aux heureux propriétaires !

Les groupes sont promus par Gumguts. Comment se passe la sélection des formations musicales ? Y-a-t-il des critères musicaux ?
Nous sélectionnons les groupes dans tout le champ des musiques actuelles en essayant d’alterner les styles à chaque concert. Nous privilégions la création musicale au détriment des groupes de reprise. Bien sûr, il faut que ça nous plaise, qu’il y ait quelque chose d’original dans la musique, les compositions, le charisme du chanteur ou de la chanteuse.Mais nous avons aussi des contraintes techniques. Si un groupe comporte plus de cinq musiciens c’est difficile de lui faire de la place dans un petit appartement et de le filmer et sonoriser correctement. Et puis niveau bruit c’est compliqué de programmer du rock amplifié en plein centre-ville ! Mais on aimerait bien...

Comment Gumguts est-il perçu dans le milieu musical notamment par les salles de concerts et les maisons de production ?
C’est à eux qu’il faudrait poser la question. Mais ils devraient nous voir plutôt d’un bon œil. Nous sommes complémentaires.
La plupart des salles de concerts et des maisons de production n’a pas les moyens d’engager des équipes professionnelles pour filmer les groupes en live. Avec le montage vidéo c’est plusieurs milliers d‘euros de prestations que nous offrons par concert. Nos vidéos sont totalement gratuites et disponibles sur le net. Certaines salles s’en servent déjà pour faire la promotion des jeunes artistes qu’ils programment.
En 4 ans et demi et 36 concerts en appart, nous n’avons jamais programmé deux fois un même groupe... Il faut forcément aller dans les salles et les festivals pour les revoir ! Notre action en faveur des artistes régionaux profite à tout le secteur.

Comment est financé Gumguts ? En somme, quel est votre modèle économique ?
En tant qu’association loi 1901 nous sommes financés par les adhésions de nos membres et les recettes de notre buvette les soirs de concerts. Nous nepercevons pas de subvention publique et nous n’avons pas encore de mécène... On réfléchit à des moyens complémentaires de financement. Nous devons trouver un local pour stocker notre matériel et acheter un nouveau camion pour tout transporter, nos ressources d’exploitations ne vont pas suffire.

Les labels sont-ils sensibles aux découvertes musicales que vous proposez ?
Nous ne sommes pas directement en contact avec les labels. Il est vrai que la plupart des groupes que nous programmons sont auto-produits mais nous intervenons plus sur le live que sur la production. Nous suivons l’évolution des groupes et nous sommes heureux lorsqu’ils trouvent des dates de concert et des festivals. Si nos vidéos les aident en plus à convaincre les labels et les distributeurs pour leur futur disque tant mieux !

Comment les artistes et les groupes appréhendent-ils ces concerts «privés» puisqu’il semble logique que la mise en place technique et les éclairages sont différents de la scène ?
Les retours des groupes sont très positifs. Leur sensation est vraiment différente par rapport à une grande scène. Les musiciens doivent se serrer et jouer avec les escaliers, les poutres, les toits pentus...  On installe beaucoup plus de lumière pour obtenir de belles images et il peut faire très chaud ! Et puis l’auditoire est éclairé, les réactions sur les visages se voient tout de suite. C’est parfois plus de stress pour les groupes.
Mais ce qui semble les troubler le plus, c’est la présence des quatre ou cinq caméras autour d’eux ! Au final c’est très formateur.

Vous semblez accorder une attention toute particulière à filmer les concerts. Qu’est ce qu’un appartement apporte à un teaser vidéo à la différence de la scène ?
La proximité ! On est vraiment proches des artistes lorsqu’on filme, on peut capturer les détails, les expressions sur le visage, le jeu sur les instruments. Les plans serrés sur le public apportent beaucoup de chaleur humaine à un morceau.
Parallèlement on accorde une grande attention à la structure musical lors  du montage vidéo. Lorsqu’on regarde nos vidéos on a l’impression d’être à l’intérieur du groupe. C’est aussi ça la touche Gumguts !

Pouvez-vous nous citer quelques artistes Gumguts ?
Free River, Paper Boat Sailors, Poussin, ces artistes ont fait leur tout premier live avec nous. D’autres avaient déjà quelques dates derrière eux mais aucune vidéo live professionnelle : N3rdistan, Oz Corporation, Tana & The Pocket Philharmonic, Reverso Mecanic, Ndobo-Emma, Océanic Memory, Eve & The Travelers, Muhadib, Flou-Fantôme, Julien Fortier, etc.  

Quels sont les prochaines dates des concerts Gumguts ?
On va organiser deux concerts d’ici la fin de l’année 2015. Un concert en appart fin octobre ou début novembre et un événement un peu particulier début décembre. Mais c’est encore trop tôt pour communiquer dessus. Il faut surveiller notre page facebook ou adhérer à la newsletter sur notre site Internet, rubrique concert en appart !

www.gumguts.com

Proposez votre appartement à GumGuts ici > Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Lire aussi :

Sarah Lancman : quand le jazz fait appel au crowdfunding

Sollex : un artiste-entrepreneur qui roule bien

Lartigo : Hipster Patois, un nouvel album punchy

Arthur Le Forestier : un EP romantique et textuel

Le Comptoir des Fous : de la musique et de la fête

 

 

 

 

Commentez l'article

A LA UNE

Sous la glace : une vision glaçante et ironique du monde de l’entreprise

Sous la glace : une vision glaçante et ironique du monde de l’entreprise

Publication : jeudi 14 décembre 2017 15:22

Par Eloise Bouchet - Comment trouver sa place dans un monde qui fait la part belle au profit immédiat au détriment de toute valeur humaniste ? Un monde qui porte aux nues les « winners », ceux qui n’hésitent pas à écraser les autres pour parvenir à leurs fins ?

Neymar : du FC Barcelone au PSG, toujours une valise d'avance

Neymar : du FC Barcelone au PSG, toujours une valise d'avance

Publication : jeudi 14 décembre 2017 10:13

  Par Pascal Baronheid - Fashion victims par excellence, mercenaires, sales gosses, les protagonistes du football sont peu suspects de fidélité, sauf à leur valise, élément fondamental de la panoplie de première nécessité.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter !

Sans langue de bois

Laurent Obertone : "Certains médias ont le monopole de la pensée autorisée et de la morale"

Laurent Obertone : "Certains médias ont le monopole de la pensée autorisée et de la morale"

Publication : mardi 28 novembre 2017 11:23

  Par Nicolas Vidal - Depuis la parution de France Orange Mécanique en 2013, le journaliste Laurent Obertone déjoue tous les pronostics littéraires. Ses livres font fureur en librairie malgré une presse très rétive aux sujets qu’il aborde et qui ne se prive pas de dénoncer ses idées.

Écoutez de la musique

CARRE MUSIQUE

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Idées de voyages

BANNER VOYAGE

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer