Sollex tete guitarePar Nicolas Vidal - Romain Lefrançois, allias Sollex a délaissé les bancs de son école de commerce pour sortir un premier album "Sollex" en hommage à son grand-père adepte de ce moyen de transport.

Sollex propose un album de « chansons en roue libre » qui ont suscité notre adhésion. Romain Lefrançois nous en dit plus sur ce projet vivifiant.

Pourquoi avoir choisi la voie de la musique après une école de commerce ?
Excellente question ! Cependant, je crois que la véritable question est : « Pourquoi avoir suivi  une formation en école de commerce ? ». Après 2 ans de prépa, je suis arrivé en école de commerce un peu par hasard, mais j’en suis sorti par conviction. La voie de la musique, de la création en général (car je m’occupe aussi de toute la partie graphique de Sollex), est ma « voix » naturelle, celle qui raisonne, et dans laquelle je trouve un sens à ma petite vie de « t’es rien »…

Pourquoi ce nom de scène, Sollex ?
J’ai fait confiance à mon instinct, un jour que je postulais à un tremplin de chanson, j’ai choisi de m’appeler Sollex plutôt que d’inscrire mon patronyme civil. Et puis, j’ai cherché à comprendre pourquoi mon inconscient m’avait soufflé ce mot et pas un autre. J’ai compris que c’était un hommage à mon grand-père, un grand gaillard normand, qui rêvait d’être projectionniste et se baladait sur un vélomoteur qu’il a transmis à mon père… bref, avec ce nom, j’ai eu l’impression de reprendre un flambeau familial. Pourvu que ça roule !

Le thème de l'enfance semble vous tenir à coeur. Pouvez-vous nous expliquer pourquoi?
C’est un peu là que tout commence, non ?  J’ai comme le sentiment que si j’oublie complètement l’enfant que j’ai été, si j’occulte cette part de moi, alors c’est que je suis foutu, que je deviens zombie ! C’est un peu ce que dit Franquin quand il écrit « Un adulte, c’est un enfant qui a mal tourné. ». Finalement, je garde le contact avec l’enfance, par devoir de mémoire…

Vous utilisez de très nombreux instruments, certains sont usuels, d'autres plus éclectiques. Pourquoi ce choix ?
Pour ce premier « bébé » discographique, j’ai voulu expérimenter, aller au bout des idées d’arrangements… donc c’est vrai qu’on peut entendre des petits éléments sonores non usuels : une casserole (qui sonne super bien sur « Abandonné »), une sonnerie de four, des frottements sur un vieux jean pour imiter le bruit d’un train… et puis parfois je n’avais pas le choix aussi. Par exemple, comme je n’avais pas de basse, j’ai joué toutes les parties de basse sur une guitare que j’ai désaccordée pour avoir un son proche de la contrebasse en positionnant bien le micro… c’est particulier, mais ça le fait !

Un premier album autoproduit. Comment avez-vous vécu cette aventure ?
Comme une grossesse ! Sauf que j’ai mis plus que 9 mois… C’est une aventure assez dingue. Entre le moment où je me suis lancé dans l’inconnu et le soir du concert de sortie d’album (qui a eu lieu au Zèbre de Belleville), je suis passé par plusieurs phases hormonales… harmoniales ? Je pense avoir avancé et progressé à tout point de vue : l’écriture, l’arrangement, le chant, l’oreille, le jeu, le développement de projet, la gestion administrative… Depuis quelques temps, quand on me demande ce que je fais, je réponds : « artiste-entrepreneur »… autant vous dire qu’il n’y pas souvent cette case dans les questionnaires !

Quel bilan dressez-vous aujourd'hui depuis la sortie nationale de votre album en avril 2015?
Ah ! L’heure du bilan… ça me rappelle un peu l’école de commerce ça. Pour un album autoproduit et financé en partie par une campagne kisskissbankank, je trouve que Sollex s’en sort pas mal. Le projet s’est structuré, a gagné en maturité, s’est professionnalisé et a reçu un bel accueil de la part d’une partie de la famille de la chanson : Francofans, Les enchanteurs, les Chroniques de Mandor… et même une belle surprise avec une diffusion de « Coquillage et Nutella » sur France Inter !

On sent chez vous un attrait pour les textes. Les écrivez-vous vous-même ?
J’écris tous mes textes comme un grand ! J’aime ce moment magique où l’on trouve la phrase, le mot qui colle naturellement à la mélodie. Pour approfondir cette partie de mon travail j’ai eu la chance d’intégrer les ateliers d’écriture de Claude Lemesle et de participer aux dernières rencontres d’Astaffort parrainées par Oldelaf… plus le temps passe et plus je me dis que j’aimerais beaucoup proposer des textes à d’autres artistes interprètes, que l’on confronte nos visions du monde à coup de plumes et de notes !

Travaillez-vous aujourd'hui sur un autre projet, Sollex ?
En ce qui concerne Sollex, je me lance dans de nouveaux enregistrements de chansons rodées sur scènes, mais que j’ai envie de graver dans un nouvel opus phonographique qui devrait s’appeler « Rock’n roule attitude ». En parallèle, j’ai récemment écrit un spectacle pour le jeune public sur le thème de l’eau… « le voyage de Kimo », les tribulations d’un flocon de l’Himalaya qui parcourt la terre entière en suivant le cycle de l’eau, véritable clé de voûte de la faune et de la flore. J’adore ce thème tellement fédérateur ! J’espère trouver des partenaires pour donner vie à cette création qui me tient à cœur.

Où pourra-t-on vous voir sur scène prochainement ?
Toutes les dates sont sur le site www.sollex.fr ou sur notre page facebook, mais en novembre nous jouerons le 14 au Temps Perdu à Bar-le-duc, le 25 aux Chaises à Paris, le 28 au Pannonica à Nantes… vroom !

 

Sollex Chansons en roue libre - premier album auto-produit
www.sollex.fr

 

 

Lire aussi dans le Backstage :

Lartigo : Hipster Patois, un nouvel album punchy

Arthur Le Forestier : un EP romantique et textuel

Le Comptoir des Fous : de la musique et de la fête

Zo : road movie et rencontre dans les Paradis ordinaires

Dom Flemons : les racines musicales de l'Amérique

 

Commentez l'article

A LA UNE

Julien Cottereau : Imagine-toi émerveille le théâtre des Mathurins

Julien Cottereau : Imagine-toi émerveille le théâtre des Mathurins

Publication : samedi 9 décembre 2017 08:44

  Par Romain Rougé – Dans Imagine-toi, Julien Cottereau incarne un personnage poétique et lunaire. Au théâtre des Mathurins de Paris, il nous amène dans son terrier tapissé de mimes et de merveilleux.

Exit : une idée originale du Hip Hop et de sa singularité

Exit : une idée originale du Hip Hop et de sa singularité

Publication : jeudi 7 décembre 2017 16:51

  Par Eloise Bouchet - Pour la quatrième année consécutive, La Maison des Métallos s’associe au Centre chorégraphique national de Créteil et du Val de Marne dans le cadre du festival Kalypso qui invite le public à découvrir dans dix-huit espaces d’Ile-de-France des créations hip hop aussi éclectiques que surprenantes.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter !

Sans langue de bois

Laurent Obertone : "Certains médias ont le monopole de la pensée autorisée et de la morale"

Laurent Obertone : "Certains médias ont le monopole de la pensée autorisée et de la morale"

Publication : mardi 28 novembre 2017 11:23

  Par Nicolas Vidal - Depuis la parution de France Orange Mécanique en 2013, le journaliste Laurent Obertone déjoue tous les pronostics littéraires. Ses livres font fureur en librairie malgré une presse très rétive aux sujets qu’il aborde et qui ne se prive pas de dénoncer ses idées.

Écoutez de la musique

CARRE MUSIQUE

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Idées de voyages

BANNER VOYAGE

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer