La revue littérairePar Pascal Baronheid - BSCNEWS.FR / Les revues vont-elles redevenir des laboratoires, des viviers, des baromètres, des arbitres de l’élégance littéraire, des cimetières pour illusions perdues, des symptômes de l’air du temps,  des lieux où l’on s’escrime à faire entendre des voix que personne ne demande ?


La plupart d’entre elles sont éphémères, et c’est très bien car la durée engendre un confort malencontreux ou cède à la tentation du fleuret moucheté.

L’éditeur Léo Scheer ne se contente pas d’héberger La Revue littéraire. Il s’y investit, signant des chroniques ou stigmatisant « La conjuration des crétins », provoquée par un ouvrage de Richard Millet. Une revue sans polémique courrait le risque de la confidence. Scheer place ses pions, dans la perspective d’une publication à paraître en 2016 sous sa bannière. C’est de bonne guerre. Quelques pages de son Journal (1978-1979) en disent plus long sur Millet que bien des affrontements périphériques. Ainsi, la relation d’une visite à Pascal Quignard est un modèle de condescendance hypertrophiée pour quelques contemporains, dont Jean d’Ormesson. On pense au Portrait de Dorian Gray : «  Mieux vaut ne pas différer de ses compagnons ».

 

Lire aussi :

Théâtre(s) : un nouveau magazine de théâtre vient d'éclore

On achève bien les crayons

Art dans l'aiR : un magazine pour l'Art en Languedoc-Roussillon

Julien Dérôme et la fin de la revue Borborygmes

Lire : un numéro consacré à Marguerite Duras

Commentez l'article

A LA UNE

Emmanuel Petit : l'équipe de France et les états d'âme

Emmanuel Petit : l'équipe de France et les états d'âme

Publication : samedi 16 décembre 2017 08:45

  Par Pascal Baronheid - En clamant son « attachement viscéral à l’équipe de France », Emmanuel Petit rame à contre-courant d’un univers qui désapprouve les états d’âme.

Sous la glace : une vision glaçante et ironique du monde de l’entreprise

Sous la glace : une vision glaçante et ironique du monde de l’entreprise

Publication : jeudi 14 décembre 2017 15:22

Par Eloise Bouchet - Comment trouver sa place dans un monde qui fait la part belle au profit immédiat au détriment de toute valeur humaniste ? Un monde qui porte aux nues les « winners », ceux qui n’hésitent pas à écraser les autres pour parvenir à leurs fins ?

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter !

Sans langue de bois

Laurent Obertone : "Certains médias ont le monopole de la pensée autorisée et de la morale"

Laurent Obertone : "Certains médias ont le monopole de la pensée autorisée et de la morale"

Publication : mardi 28 novembre 2017 11:23

  Par Nicolas Vidal - Depuis la parution de France Orange Mécanique en 2013, le journaliste Laurent Obertone déjoue tous les pronostics littéraires. Ses livres font fureur en librairie malgré une presse très rétive aux sujets qu’il aborde et qui ne se prive pas de dénoncer ses idées.

Écoutez de la musique

CARRE MUSIQUE

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Idées de voyages

BANNER VOYAGE

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer