Yael NaimPar Nicolas Vidal - BSCNEWS.FR / Beaucoup connaissent Yael Naim pour son titre New Soul (faites appel à Google et vous verrez ....) sorti il y a déjà 7 ans. La vie est passée par là avec ses petits bonheurs, ses tragédies, et ses victoires. Aujourd’hui, Yael Naim revient avec Older réalisé avec David Donation son compagnon de toujours. C’est un album polymorphe, coloré, envoûtant et tendrement folk qui trace des cercles de couleur sur les récifs de l’existence. Yael Naim ne déçoit pas. Au contraire, elle continue d’enchanter. À découvrir de toute urgence !

Yael Naim, un nouvel album et toujours autant d’influences et d’éclectisme dans votre style. Si vous deviez définir ce nouvel album en seulement deux mots, quels seraient-ils ?
De la pop métisse !

Doit-on comprendre que ce titre « Older » résonne avec une maturité musicale plus affirmée chez vous ?
Older est le titre d’une chanson qui parle de quelqu’un qui quitte sa vie… Beaucoup de chansons dans cette album parle de devenir mère… Aussi David et moi célébrons plus de 10 ans de collaboration … On a senti que ce nouvel album « older » était le mot pour décrire toutes les différentes expériences et les sentiments ressentis durant cette année d’enregistrement.

Pourriez-vous nous dire quelques mots sur la complicité musicale qui vous lie à David Donatien ?
C’est une chance énorme d’être aussi complémentaire … On vient d’environnement musicaux très différents, et nous sommes également des personnes très différentes. J’aime son calme et sa vision de la musique et de la vie. On a tous les deux nos studios à la maison et nous jouons de plusieurs instruments. On aime prendre du temps pour faire de la musique.

Vous déclariez récemment chez nos confrères du Point que cet album incarnait quelque part le Cycle de la vie à bien y regarder l’enchaînement de plusieurs chansons (Coward, Trapped ou She Said…). Pensez-vous que cet album Olders marque un tournant de votre carrière et de votre vie d’adulte, Yael Naim ? Autrement dit, est-ce que la musique est-elle indissociable de votre identité et de votre évolution ?
J’ai l’impression que la vie est en changement perpétuelle… C’est quelque chose qu’on ne peut pas éviter. Quand c’est pour donner la vie ou la perdre cela crée des changements encore plus importants. J’ai changé et « Older » a été écrit durant cette période de changement. Toutes ces choses se diffusent dans ma musique.

Ainsi, ce nouvel album vous a-t-il permis d’évoluer ou c’est parce que vous avez gagné en maturité que cet album est né ?
La musique est quelque fois comme une thérapie. Cela me permet d’exprimer des choses de mon inconscient et cela me permet de contrôler mes émotions. Moi et David faisons de la musique depuis que nous sommes enfants (David avait 6 ans et moi 9 ans quand on a commencé) c’est quelque chose très important dans ce qui nous arrive.

Olders est composé de tellement de variations différentes qu’on a bien du mal à lui apposer un genre en particulier. Quel est votre avis à ce sujet, Yael Naim ?
J’ai le sentiment en tant qu’humain, on est aussi fait de différentes façons selon la variations des choses. La musique en est le reflet.

Une question sur la belle pochette de l’album : qui a décidé de l’apparence graphique ?
C’est une collaboration avec toute les personnes qui ont travaillé sur l’album. On voulait une portrait fort avec un symbole sur nos têtes en utilisant la faune et la flore. Les pétales expriment le fait que nous sommes éphémères ainsi que le cycle de la vie, le hibou symbolyse dans de nombreuses cultures le passage entre la vie et la mort. On est aussi sensible à l’art en général. Nous sommes heureux de collaborer avec des photographes aussi talentueux qu’Isabelle Chapui, le graphiste Jerome Witz et les illustrateurs Alex et Marine.

On sait que vous dessinez sur un carnet de croquis que vous gardez avec vous. Est-ce que le dessin complète votre art du chant ? Dans quelle mesure  cela peut-il être un équilibre (ou une autre piste) dans votre carrière ?
Un de mes rêves et de mes besoins était de peindre. Je n’ai pas de technique à part entière. C’est frustrant mais j’adore peindre et je garde ça en tant qu’expression personnelle.

Si vous deviez jeter un regard en arrière depuis New Soul, qu’est ce qui a changé en profondeur musicalement ? Est-ce une histoire seulement de maturité ?
Quelque chose s’est passé depuis New Soul … La voix, l’énergie, la collaboration entre moi et David se sont renforcées. Nous avons beaucoup appris.

Vous chantez en hébreu, votre langue maternelle. Pourquoi ce choix ?
Ce n’est pas un choix conscient. C’est arrivé comme cela. Une chanson arrive comme elle arrive. C’est un changement que d’avoir différents langages et différentes cultures pour s’exprimer. J’ai simplement laissé venir cette langue à moi.

 

Yael Naim - Older
Totoutard Records

 

Le site officiel de Yael Naim

(Crédit : Photo ZORIAH)

 


Lire aussi :

Orianne Moretti : une intellectuelle romantique et passionnée

Yana Bibb : la fille (indépendante) de son père

Fraser Anderson : un songwriter écossais pas si maudit que cela

Flo Morrissey et Jérémy Kapone : la jeune garde entre modernité et tradition

Rose Betty Klub : une fièvre du Swing envahit Montpellier

Jawhar : un univers musical fait de folk et de chaâbi

Commentez l'article

A LA UNE

Sous la glace : une vision glaçante et ironique du monde de l’entreprise

Sous la glace : une vision glaçante et ironique du monde de l’entreprise

Publication : jeudi 14 décembre 2017 15:22

Par Eloise Bouchet - Comment trouver sa place dans un monde qui fait la part belle au profit immédiat au détriment de toute valeur humaniste ? Un monde qui porte aux nues les « winners », ceux qui n’hésitent pas à écraser les autres pour parvenir à leurs fins ?

Neymar : du FC Barcelone au PSG, toujours une valise d'avance

Neymar : du FC Barcelone au PSG, toujours une valise d'avance

Publication : jeudi 14 décembre 2017 10:13

  Par Pascal Baronheid - Fashion victims par excellence, mercenaires, sales gosses, les protagonistes du football sont peu suspects de fidélité, sauf à leur valise, élément fondamental de la panoplie de première nécessité.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter !

Sans langue de bois

Laurent Obertone : "Certains médias ont le monopole de la pensée autorisée et de la morale"

Laurent Obertone : "Certains médias ont le monopole de la pensée autorisée et de la morale"

Publication : mardi 28 novembre 2017 11:23

  Par Nicolas Vidal - Depuis la parution de France Orange Mécanique en 2013, le journaliste Laurent Obertone déjoue tous les pronostics littéraires. Ses livres font fureur en librairie malgré une presse très rétive aux sujets qu’il aborde et qui ne se prive pas de dénoncer ses idées.

Écoutez de la musique

CARRE MUSIQUE

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Idées de voyages

BANNER VOYAGE

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer