LuciaPar Félix Brun - Bscnews.fr/ Photo David ignaszewski / « L’attitude que je te conseille est tout simplement la seule qui te permettra de te reconstruire, de te considérer toi-même comme une personne et non comme un élément du paysage, de te voir telle que tu es réellement et non à travers le regard d’autrui. » A travers ce livre polymorphe qui n’est entièrement ni une autofiction, ni un essai, ni un roman, ni une série d’entretiens, ni un manuel, Lucia Etxebarria va disséquer ces relations toxiques qui engagent, vampirisent, font sombrer dans l’addiction et le mal être. Elle décortique les stratégies de la domination, de la manipulation et du contrôle, en démontre leurs origines, et en particulier l’influence de l’éducation : «Si tu t’es retrouvée prise dans une relation toxique, que ce soit dans ton milieu professionnel, dans ta famille, dans ton couple, ou avec un ami(e) qui s’est révélé(e) être un vampire émotionnel, c’est parce que on ne t’a pas éduquée à être assertif (assertive), à dialoguer et à négocier, à croire en toi et à fixer les limites.»
Les relations familiales sont les ingrédients, le terreau de la surprotection, de l’hyperexigence, de la culpabilisation tacite des enfants, qui deviendront adultes acteurs de relations toxiques dans «une société qui continue comme c’est le cas aujourd’hui à répartir les rôles en fonction du genre […] une société qui encourage l’agressivité ouverte, active,[…].»
Lucia Etxebarria dénonce le mal du siècle, la société narcissique : « une société dominée par le narcissisme, et qui nourrit et récompense celui-ci, va à sa perte.[…]. La manipulation s’est professionnalisée, il existe maintenant des agences de coaching qui entraînent les hommes politiques à séduire et à mentir sans vergogne, […]. La frontière même entre mensonge et réalité s’est estompée. La corruption et l’escroquerie ont cessé d’être l’exception pour devenir la norme. C’est le triomphe du narcissisme. » Elle donne une définition sans équivoque : «Le narcissique surestime ses réalisations et ses capacités, est obsédé par le pouvoir, se sent agressé si on ne l’admire pas, surréagit à la critique, est arrogant et orgueilleux…Bref je suis en train de décrire une bonne moitié des présidents [….]»… laissons le lecteur deviner la suite !
Ecrivaine engagée aux nombreux succès dont « Amour prozac et autres curiosités», féministe sans concession, Lucia Etxebarria nous accrédite d’un livre remarquable pour ses analyses et ses recommandations. Dans une écriture simple, compréhensible, pédagogue et riche, elle passe au crible les rapports humains avec leurs difficultés, leurs ambiguïtés, leurs complexités ; elle fixe un programme, une thérapie pour retrouver la confiance perdue dans le vampirisme des relations toxiques. A lire et faire lire sans retenue.

Ton coeur perd la tête
Auteure : Lucia Etxebarria
Traducteur : Nicolas Véron
Editions : Héloïse d’Ormesson

En dédicace à la Comédie du Livre ( Montpellier) les vendredi 29 et samedi 30 mai 2015

A lire aussi:

Gastronomie : une histoire de la cuisine américaine

Le bonheur est-il dans la gourmandise et dans les festivités ?

Nathanaël Dupré La Tour : une immersion tendre au coeur du foyer familial

Grégoire Lagger : guérir du diabète de type 2

Tao et Hindouisme : deux livres pour changer d'horizon

Accepter d'aimer et d'être aimé : un pari compliqué

Sagesse : un petit guide bienvenu et bienheureux

Vivre et comment résister en 66 pages

Commentez l'article

A LA UNE

Persée : une pièce qui dynamite joyeusement le désespoir

Persée : une pièce qui dynamite joyeusement le désespoir

Publication : mardi 21 novembre 2017 15:27

  Par Eloise Bouchet - La jeune troupe « A quoi la compagnie », fondée en 2013, s’empare pour sa septième création du mythe de Persée et le revisite à sa sauce. Une sauce pimentée et concentrée. Le sous-titre allitéré, « Persée, la palpitante épopée pipée perpétuelle », qui sonne comme des paroles de Boby Lapointe, donne le ton : la pièce sera fantaisiste, (ré)créative et absurde.

Hoc,ou le Nez : une pièce qui dérange

Hoc,ou le Nez : une pièce qui dérange

Publication : lundi 20 novembre 2017 16:06

  Par Eloise Bouchet - Publiée pour la première fois en 1835 dans la revue littéraire Le Contemporain, la nouvelle fantastique de Gogol, « Le Nez », raconte l’histoire d’un homme qui perd mystérieusement son nez et qui part à sa recherche. Peinture de la société pétersbourgeoise du XIXème siècle et de ses travers, Le Nez offre également une réflexion philosophique sur la place de l’homme dans la société.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter !

Publicité

bandeau auto editionlight

 

BANNER PUBLICATION NOV2017

 

BANNER FACEBOOK NOV2017

 

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Sans langue de bois

Chômage : Pôle Emploi, une machine infernale selon Cécile Hautefeuille

Chômage : Pôle Emploi, une machine infernale selon Cécile Hautefeuille

Publication : vendredi 20 octobre 2017 10:11

  Par Romain Rougé - Cécile Hautefeuille est journaliste. De son expérience de demandeuse d’emploi est né un blog, Le Minisphère du Chômage et des Idées reçues, puis un livre, La machine infernale : Racontez-moi Pôle Emploi.

Écoutez de la musique

CARRE MUSIQUE

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Idées de voyages

BANNER VOYAGE

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer