Par Julie Cadilhac - Bscnews.fr/ What does the Body Does Not Remember ,le premier spectacle de Wim Vandekeybus, fut créé en 1987 et connut un succès international. 25 ans plus tard, avec une nouvelle équipe, le spectacle repart faire une tournée mondiale. Cette pièce est admirable aussi bien pour l'originalité de son esthétique - qui n'a pris une ride en un quart de siècle! - que pour l'impressionnante performance des danseurs qui sont tout à la fois comédiens expressifs, circassiens talentueux jouant avec l'équilibre et les manipulations d'objets et danseurs investis.

What does the Body Does Not Remember s'ouvre sur des "danseurs-djembé" qui interagissent sous l'impulsion des percussions de deux mains-soleil. Immédiatement c'est la tonicité et la complicité qui crèvent le plateau. Durant 1h30, ces jeunes danseurs ne cessent de jouer avec les contrastes, oscillent entre Concentration / Equilibre et Agitation/ Désordre. Tout s'enchaîne avec une précision métronomée remarquable: le ballet perpétuel des allées et venues en tenues de bains, en habits de ville sont le prétexte génial à un ballet entraînant de gestes quotidiens. Des serviettes, disposées autour des cheveux ou des hanches, ou encore enroulées sous le bras, offrent ainsi une chorégraphie où les couleurs, les mouvements et la bande-son se répondent en symbiose.

What does the Body Does Not Remember crée à partir de la notion de jeu et la jeunesse des interprètes ajoute encore au plaisir de ce concept. La scène des "femmes en croix" est particulièrement troublante à ce titre : plusieurs couples oscillent entre attraction et répulsion, sensualité débordante et frigidité, immobilité et mouvement. Plus tard, le jeu devient une affaire de groupe où, à partir d'une chaise et d'une question d'angles et de points de vue, on s'imite, on renchérit, en déclinant des dizaines de possibilités de placements autour d'une chaise ,faisant naître des tableaux aussi singuliers que visuellement superbes.
What does the Body Does Not Remember est un ballet qui mêle l'humour et l'émotion avec grâce et intelligence. On ne saurait que trop vous le recommander!

What does the Body Does Not Remember
Mise en scène, chorégraphie, scénographie: Wim Vandekeybus

Interprétation : Jorge Jauregui Allue, Germán Jauregui Allue, Pavel Mašek, Guilhem Chatir, Aymara Parola, Revé Terborg, Claire Lamothe, Léa Dubois, Nicolas Grimaldi Capitello ou Rob Hayden


Musique originale : Thierry De Mey et Peter Vermeersch
 
Directeur des répétitions : Eduardo Torroja


Stylisme : Isabelle Lhoas
 / assistant stylisme : Frédérick Denis


Coordination technique : Davy Deschepper
 Création lumière : Francis Gahide / 
Régie lumière : Davy Deschepper / 
Régie son : Davy Deschepper, Bram Moriau

Dates des représentations:

- Du 9 au 15 avril 2015 au 104 ( Paris)

- Les 5 et 6 mai 2015 à la Scène Nationale de Sète (34)

A lire aussi:

Nesma : "la musique est l’âme de la chorégraphie"

La magie de Béjart n’a rien perdu de son charme … et Le Presbytère de son attrait!

Echappée irlandaise avec Celtic Legends 2015

En Filigrane: un pas de deux inattendu entre un danseur de Hip-Hop et une violoncelliste

Pixel : le ballet synesthésique superbe de Mourad Merzouki

Nova vous fait danser

Rocio Molina : la puissance et le charme magnétiques d’un coup de talon

Untitled de Sciarroni? Une performance physique autour de l’art de la jongle

Commentez l'article

A LA UNE

Sous la glace : une vision glaçante et ironique du monde de l’entreprise

Sous la glace : une vision glaçante et ironique du monde de l’entreprise

Publication : jeudi 14 décembre 2017 15:22

Par Eloise Bouchet - Comment trouver sa place dans un monde qui fait la part belle au profit immédiat au détriment de toute valeur humaniste ? Un monde qui porte aux nues les « winners », ceux qui n’hésitent pas à écraser les autres pour parvenir à leurs fins ?

Neymar : du FC Barcelone au PSG, toujours une valise d'avance

Neymar : du FC Barcelone au PSG, toujours une valise d'avance

Publication : jeudi 14 décembre 2017 10:13

  Par Pascal Baronheid - Fashion victims par excellence, mercenaires, sales gosses, les protagonistes du football sont peu suspects de fidélité, sauf à leur valise, élément fondamental de la panoplie de première nécessité.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter !

Sans langue de bois

Laurent Obertone : "Certains médias ont le monopole de la pensée autorisée et de la morale"

Laurent Obertone : "Certains médias ont le monopole de la pensée autorisée et de la morale"

Publication : mardi 28 novembre 2017 11:23

  Par Nicolas Vidal - Depuis la parution de France Orange Mécanique en 2013, le journaliste Laurent Obertone déjoue tous les pronostics littéraires. Ses livres font fureur en librairie malgré une presse très rétive aux sujets qu’il aborde et qui ne se prive pas de dénoncer ses idées.

Écoutez de la musique

CARRE MUSIQUE

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Idées de voyages

BANNER VOYAGE

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer