Street ArtPar Julie Cadilhac - Bscnews.fr/ Eduardo Kobra a débuté sa carrière en 1987 dans la banlieue Sao Paulo. Il nous explique l’évolution du street-art au Brésil, des commencements qui lui ont causé de nombreuses visites au poste de police jusqu’à aujourd’hui où ses oeuvres se sont rapidement propagées, même hors de la ville. Son travail explose de couleurs et de lumières, se pare de formes géométriques et se nourrit de visages expressifs, de flashbacks et de clins d’oeil à des artistes célèbres du monde entier. Certaines de ses peintures murales, en trois dimensions, permettent même au public d’interagir avec son travail. Rencontre avec un brésilien de talent qui a notamment peint, dans le jardin de l’îlot d’Amarantes, au cœur du quartier de la Guillotière à Lyon, une oeuvre sur le thème de l’immigration, d'après une photo (datant de 1900) d'une famille italienne originaire de Corleone...

 

Comment a commencé l'aventure graphique d'Eduardo Kobra?
J'ai commencé en 1987 avec "pichação" (une forme particulière de graffiti dans laquelle vous signez votre nom, ou le nom du groupe auquel vous appartenez, sur les murs) dans la ville de Sao Paulo. Toute mon histoire s'est passée dans les rues, à la périphérie de Sao Paulo, j'ai été impliqué dans "pichação" pendant 10 ans, je dois avouer que c'est quelque chose que j'admire à ce jour, j'avais l'habitude de signer « Kobra », et je faisais partie d'un groupe appelé "zone 1", puis on a commencé à faire des graffitis à l'aide des lettres et caractères de la culture hip-hop, c'était autour de 1990, c’était illégal et j'ai été arrêté trois fois à cause de vandalisme. Le studio Kobra, en fait, est venu seulement 10 ans plus tard, avec le besoin d'organiser  mon studio.

Quelles sont vos sources d'inspiration? Avez-vous des mentors en Street Art?
J’aime le travail d’Andy Warhol, Basquiat, Gustav Klimt et Diego Rivera. Du Street Art, j’aime  Banksy, Sheppard Farey et Mr. Brainwash.

Diriez-vous que la ville de Sao Paulo s'adaptait à votre expression artistique ?
Dans le passé, les gens avaient l’habitude de passer avec leurs voitures et quand ils me voyaient peindre, ils n'hésitaient pas à crier des choses comme «Trouve un job, Bum!". Ma famille était contre cette activité, j'ai même été arrêté plus de trois fois. Aujourd'hui, après plus de 20 ans de pratique, j'ai déjà peint les chambres de deux postes de police , mes peintures murales sont dans des endroits comme l'avenue Paulista (le coeur financier de Sao Paulo), ma famille a visité mes œuvres, il y a sans aucun doute une percée et une évolution.

Vous travaillez sur des bâtiments publics... votre travail nécessite donc en permanence un travail préalable de démarche auprès des instances administratives et territoriales pour récupérer des supports adéquats?
Cela dépend en grande partie de la nature de chaque boulot, parfois vous avez juste besoin de l'autorisation du propriétaire du site pour faire la peinture, d'autres fois vous devez avoir l'autorisation du conseil de ville, un comité des résidents, ou quelque chose comme ça.

Question triviale : peindre de grandes surfaces nécessite des locations d'échafaudage, beaucoup de peintures etc... des frais qui sont à votre charge ou vous avez toujours des accords avec les mairies?
Cela varie aussi selon chaque projet. Parfois, nous pouvons nous associer avec des entreprises qui fournissent les matériaux et la structure pour effectuer la peinture. Parfois, par exemple, lorsque nous sommes invités à peindre à l'étranger, le personnel qui nous invite prend soin d'obtenir toute la structure nécessaire, mais il y a aussi des projets où nous finissons par payer tous les frais, seulement pour voir la peinture réalisée.

Avec quels outils et matières travaillez-vous?
J'utilise beaucoup de techniques et de matériaux différents, en fonction de la difficulté de la conception et du type de surface, mais sans aucun doute, les couleurs et la commodité de la peinture à l’aérosol sont irremplaçables.
Dans quelles villes et pays avez-vous eu l'occasion d'exercer votre Street Art?
Je suis allé à plusieurs endroits. En Grèce, j’ai peint à Athènes,aux  États-Unis, j'ai des œuvres à Lexington, Kentucky, et aussi à Miami et Los Angeles, ainsi qu’une grande fresque à New York et une autre à Palm Beach. Récemment, j'ai peint des murs en Italie, à Rome, à San Miguel de Allende et à la Playa del Carmen, au Mexique. En France, j'ai peint une fresque dans Lyon. A Londres, j'ai peint un panneau dans le quartier classique de Candem et enfin, en Russie, j'ai peint une fresque près du Bolchoï à Moscou.

Avez-vous déjà en tête des images que vous souhaitez dessiner ou c'est le lieu qui vous inspire le dessin ?
Pendant longtemps, j'ai fait en amont dans les bibliothèques et les musées brésiliens, mais récemment, j'ai réalisé que rien ne remplace une première visite sur le lieu où l’on va peindre. Explorer la ville en marchant dans ses rues, rencontrer les gens est irremplaçable.

Dans le cas de la deuxième possibilité, pourriez-vous nous donner un exemple de travail que vous avez conçu parce que le lieu vous inspirait cette image en particulier?
Quand je suis arrivé à New York pour la première fois, comme tout bon touriste, j'ai été impressionné par la grandeur de Times Square, puis je me suis souvenu d'un livre avec 50 scènes iconiques mondiales, avec la scène de la VJ-DAY, alors j'ai fait des recherches d'autres images de Times Square en 1945. À Lexington, par exemple, nous avons fait Abraham Lincoln, qui est né dans l'état du Kentucky. A Moscou, le mur est proche du Théâtre du Bolchoï, nous avons peint Maya Plisetskaia, qui est considérée comme la plus grande ballerine russe. Quoi qu'il en soit, j'essaie toujours de faire en sorte que le mur a un lien fort avec le lieu où il se trouve.

Vous pratiquez aussi la technique de la 3D : quels principes de base faut-il respecter pour réussir de troles œuvres?
Outre l'étude de la perspective, il y a toutes les autres questions qui impliquent la peinture murale, comme l'étude de la conception, les couleurs et les images.

De nombreuses de vos fresques figuratives ont quelque chose de nostalgique, donnent à voir des êtres d'une autre époque...vous appelez cela " Muros de Memoria" ; une façon de donner à l'art le devoir de ne pas faire oublier le passé?
Je suis un collectionneur de vieilles photos, j'aime créer des « portails » à une ville qui n'existe plus, j'aime faire des réinterprétations de ces photos qui sont souvent stockées dans des musées et des collections privées. Je tiens à le faire dans les rues, et à mettre ces images « au goût du jour », créant ainsi des points de contraste. C'est comme si les murs étaient des portes vers une ville qui n'existe plus, mais dont nous devrions tous nous rappeler, car elle fait partie de notre patrimoine.

Certaines mêmes, dans la série "Murais" , sont des reproductions personnalisées d'oeuvres célèbres ( photos, tableaux)...Une façon de montrer aussi que le Street Art ne rejette pas l'art classique et s'en nourrit?
Dans mon cas, tout à fait. Dans tous mes voyages, je visite les musées, j'apprends toujours des grands maîtres. Je peins avec ma propre inspiration, mais sans oublier d'où nous venons, et pourquoi nous sommes dans les rues aujourd'hui.

Et avez-vous des expositions en perspective? Qu'y verra-t-on?
Je prévois une grande exposition à Los Angeles, peut-être au début de 2015. En ce qui concerne l'exposition à Dorothy Circus, qui vient de s’achever à l'ambassade du Brésil à Rome, l'idée était de proposer, à travers la réinterprétation des personnalités emblématiques qui ont combattu pour la paix , une réflexion sur les moyens d'améliorer la vie et le monde dans lequel nous vivons par la promotion de la paix.


Le site officiel d’Eduardo Kobra
www.eduardokobra.com

A lire aussi:

Reto Albertalli et ses Girls of Kabul

Les photographes de Circulation(s) s'invitent à l'exposition WAVE : regards sur un monde meilleur

Des trompe-l'oeil poétiques qui nous transportent dans le monde de la nuit et du rêve

Les Clergues d'Arles : photos souvenirs

Le Louvre Abu Dhabi : une très belle collection à étoffer

 

Commentez l'article

A LA UNE

Sous la glace : une vision glaçante et ironique du monde de l’entreprise

Sous la glace : une vision glaçante et ironique du monde de l’entreprise

Publication : jeudi 14 décembre 2017 15:22

Par Eloise Bouchet - Comment trouver sa place dans un monde qui fait la part belle au profit immédiat au détriment de toute valeur humaniste ? Un monde qui porte aux nues les « winners », ceux qui n’hésitent pas à écraser les autres pour parvenir à leurs fins ?

Neymar : du FC Barcelone au PSG, toujours une valise d'avance

Neymar : du FC Barcelone au PSG, toujours une valise d'avance

Publication : jeudi 14 décembre 2017 10:13

  Par Pascal Baronheid - Fashion victims par excellence, mercenaires, sales gosses, les protagonistes du football sont peu suspects de fidélité, sauf à leur valise, élément fondamental de la panoplie de première nécessité.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter !

Sans langue de bois

Laurent Obertone : "Certains médias ont le monopole de la pensée autorisée et de la morale"

Laurent Obertone : "Certains médias ont le monopole de la pensée autorisée et de la morale"

Publication : mardi 28 novembre 2017 11:23

  Par Nicolas Vidal - Depuis la parution de France Orange Mécanique en 2013, le journaliste Laurent Obertone déjoue tous les pronostics littéraires. Ses livres font fureur en librairie malgré une presse très rétive aux sujets qu’il aborde et qui ne se prive pas de dénoncer ses idées.

Écoutez de la musique

CARRE MUSIQUE

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer