Tigran Hamasyan - Photo - Shadow Theater - 2013Par Nicolas Vidal - BSCNEWS.FR / On l’appelle Tigran dans le milieu et parmi les connaisseurs du fascinant et jeune pianiste arménien. Auréolé de très nombreuses récompenses prestigieuses depuis son tout jeune âge,

Tigran Hamasayn n’arrête pas d’impressionner le public et le monde du Jazz tant il ne semble jamais s’arrête d’écrire, de composer et de repousser les frontières de sa propre création en réussissant tout ce qu’il entreprend. Son nouvel album est à la mesure de son incroyable talent et de son insatiable audace musicale. Nous devions le rencontrer pour qu’il nous en dise plus.

Pouvez-vous nous donner les clés de cet album au titre énigmatique " Shadow theater" ?
L'album a été inspiré par le théâtre arménien traditionnel qui a un sens philosophique fort . L'idée est que les gens paient leur place pour assister à une pièce de théâtre qui est pour ainsi dire "fausse" et "irréelle". Ce sont juste des ombres que les spectateurs vont voir parce qu’ils souhaitent se comprendre eux-mêmes et mieux comprendre la vérité sur le monde.

Cet album est une nouvelle fois à la confluence des genres. Qu'est-ce que vous aimez le plus Tigran, mélanger, confronter ou confondre les genres ? Ou les trois à la fois?
J’ai vraiment aimé la guitare et la musique rock en général !

Malgré votre reconnaissance et votre célébrité, vous donnez l'impression d'avoir toujours créé en fonction de votre sensibilité et de vos envies ?
J’ai toujours créé ce que j’aimais faire et jouer pour cela. À mon sens, c’est la chose la plus importante pour moi.

Cet album ressemble à une nouvelle passerelle à l'intérieur de votre univers musical. Est-ce le cas ?
Oui, tout à fait, c’est le cas pour ce nouvel album « Shadow Theater».

Comment avez-vous fait pour donner une homogénéité à cet album avec tant de rythmes et d'influences dans un seul album?
C'est le premier album sur lequel j’ai passé beaucoup de temps à produire. Je l'ai traité comme un véritable album de pop-rock. Toute la musique de cet album a été préécrite et préalablement disposée et agencée comme si c'était de la musique classique, mais avec un son rock / electro / pop.

Ce projet a-t-il été préparé dans ce sens ou est-ce que cela est apparu au fur et à mesure de l'avancement ?
Oui, tout à fait, cet album a été préparé dans cet objectif.

Quelle est votre réaction a l'idée que "Tigran" serait devenue au fil du temps une marque di jazz actuel ?
Pour être tout fait franc, je ne prête pas attention à ma carrière et mon nom. Ce qui m’importe, c’est d’apprendre et de continuer à rechercher ce que je suis dans la musique et dans la vie. C’est tout.

Plus personnellement, quand et comment a germé l'idée de cet album Tigran ?
J'ai écrit beaucoup de musique pour 5 personnes, dont la voix et le saxophone ou encore la guitare depuis plus de sept ans maintenant.
Après «Red Hail» j'avais beaucoup de compositions que je souhaitais enregistrer avec le même groupe, mais j'ai décidé d'enregistrer avant un album solo avant de pouvoir travailler ensemble. La plupart de ces compositions ont été écrites lors des 5-6 dernières années. Par exemple, les deux thèmes principaux de la chanson appelée Erishta ont été écrits il y a déjà 6 ans, mais j'ai ajouté et réarrangé pendant tout ce temps et finalement cela a abouti à la version finale qui se trouve dans l'album.

Comment réagissez-vous lorsque certains de nos confrères qualifient votre musique d’inclassable?
C’est tout simplement qu’ils n’ont pas trouvé la bonne formulation, ni le nom exact. Moi, j’appelle cela le progternative folk électro-acoustique.

Il y a eu de très nombreuses collaborations autour de ce nouvel album. Comment se sont-elles articulées autour de vous ?
Je ne fais de collaborations qu’avec des musiciens avec lesquels je ressens de profondes connexions et affinités musicales comme Arve Henàçriksen, Dhafer Youssef, Ari Hoenig...

Si vous deviez définir cet album en deux mots, quels seraient-ils, Tigran ?
Shadow Theater.


Les prochaines dates de Tigran Hamasyan

31 janvier 2014 - Auditorium de Lyon ( France )

5 février 2014 - Da Roma - Anvers ( Belgique)

6 février 2014 - Cinéma le Parc - Liège ( Belgique )

7 février 2014 - Auditorio National Madrid ( Espagne)

11 février - L’avant scène - Colombes ( France )

12 février 2014 - Centre culturel Soissons ( France)

14 février - Théâtre Lino Ventura - Nice ( France)

 

> Shadow Theater de TIGRAN HAMASYAN
(VERVE Records )

Le site de Tigran Hamasyan

Crédits photo : KAREN MIRZOYAN


Lire aussi :

Kat Edmonson: une texane qui dépoussière le jazz vocal avec assurance et candeur

Laborie Jazz : le label qui monte

Leila Olivesi : Un amour profond pour le jazz et la philosophie

orTie : le nouveau et talentueux duo du Jazz français

Champian Fulton : la fille du Jazz

 

Commentez l'article

Le BSC NEWS Magazine du mois

COUV BSCNEWS DECEMBRE2017

 

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

A LA UNE

Laëtitia Eïdo : "La série Fauda montre l’horreur d’un conflit sans fin"

Laëtitia Eïdo : "La série Fauda montre l’horreur d’un conflit sans fin"

Publication : mercredi 17 janvier 2018 16:19

Par Antoine Coste Dombre - Des yeux noirs perçants et une voix assurée, Laëtitia Eïdo paraît sûre d’elle. Un caractère bien trempé qui tranche avec une sensibilité évidente.

Amandine Dhée : « Le père est une mère très acceptable »

Amandine Dhée : « Le père est une mère très acceptable »

Publication : mardi 16 janvier 2018 15:52

Par Marc Emile Baronheid - « Hors de question que je couve en silence » : le sois ronde et tais-toi n’a pas cours, dans ce brûlot marqué au fer du féminisme subtil.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter !

Soutenez Putsch !

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicité

KO1

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Sans langue de bois

Laurent Obertone : "Certains médias ont le monopole de la pensée autorisée et de la morale"

Laurent Obertone : "Certains médias ont le monopole de la pensée autorisée et de la morale"

Publication : mardi 28 novembre 2017 11:23

  Par Nicolas Vidal - Depuis la parution de France Orange Mécanique en 2013, le journaliste Laurent Obertone déjoue tous les pronostics littéraires. Ses livres font fureur en librairie malgré une presse très rétive aux sujets qu’il aborde et qui ne se prive pas de dénoncer ses idées.

Écoutez de la musique

CARRE MUSIQUE

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Idées de voyages

BANNER VOYAGE

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer