Corner etudesPar Julie Cadilhac - Bscnews.fr / Crédit-photo: Emanuel Gat/ Parce que c'est son credo, Emanuel Gat a voulu, pour cette 33ème édition du Festival Montpellier Danse, donner au public la possibilité de voir une chorégraphie se créer: de la première répétition à la dernière mise au point technique. Corner Etudes est composé de quatre pièces ; cette année, le chorégraphe associé au Festival a créé, en présence du public, le dernier volet de cette chorégraphie : The surprising complexity of simple pleasures.  Au Corum, a été présentée ensuite la pièce complète. Invité à monter sur le plateau dans une pénombre apaisante, le spectateur s'est assis autour d'un cercle de lumière représentant ainsi physiquement les limites du plateau pour les danseurs. Naît immédiatement de cette proximité choisie ( ce "close up"), une émotion particulière et une attention accrue. Impliqué, tendu vers l'oeuvre qui se dessine sous ses yeux, le public jouit de chaque geste, a l'opportunité de mieux voir la précision des mouvements, la vélocité des enchaînements et les efforts fournis par les interprètes. Tout semble partir de consignes initiales simples et précises : les danseurs créent à partir d'un jeu qu'Emanuel Gat imagine pour eux, leur laisse une grande liberté d'expression, permet de profiter de la singularité créative de chacun mais offre cependant une synchronie générale harmonieuse. Voilà ce qui est admirable en effet : les "Duet", "Quartet" et autres compositions de groupe qui nous sont présentés fourmillent d'inventivité et de divergences mais ils sont tenus par un fil invisible - que l'on perçoit nettement ! -  qui transcende l'ensemble. L'improvisation dirigée d'Emanuel Gat se nourrit des richesses de chaque danseur dont chaque mouvement est un mélange complexe de reproduction de gestes quotidiens, théâtrals et émotionnels ; Hervé Chaussard, Michaël Löhr, Pansun Kim, Philippe Mesia, Geneviève Osborne, François Przybylski, Milena Twiehaus, Amala Dianor, Aurore di Bianco et Sara Wilhelmsson ont une complicité palpable sur le plateau et l'on est happé par leur travail de "prolongement du geste"...S'affranchissant " du désir de vouloir contrôler le résultat final de l'oeuvre", Emanuel Gat nous offre une composition originale conçue " comme un exercice pratique visant à perfectionner un aspect particulier d'une technique". On y touche de près l'émotion fugace mais puissante de surprendre des instants de grâce où les corps fusent, subliment un mouvement et atteignent une acmé de perfection puis fléchissent, tâtonnent à nouveau...éternel cycle du vivant dont la beauté sublime n'est accessible qu'à ceux qui ont la patience et la curiosité de se poser et de regarder...

Corner Etudes

Chorégraphies: Emanuel Gat

Collaboration avec Samson Milcent, Guillaume Février

Conception son en collaboration avec Frédéric Duru

Dates de représentation:

Lundi 1er juillet 2013 à 14h et à 20h et mardi 2 juillet à 16h et à 22h à l'Opéra-Berlioz- Corum / Montpellier

A voir aussi:

Virus: la compagnie Dairakudakan transfigure les hommes-monstres qu'engendre l'humanité

Les mille et une nuits d'Angelin Preljocaj : un hommage délicieux rendu à la sensualité

Desh : un songe indien la tête dans les étoiles et les pieds entaillés

Mathilde Monnier : Danser après tout

Commentez l'article

A LA UNE

Sous la glace : une vision glaçante et ironique du monde de l’entreprise

Sous la glace : une vision glaçante et ironique du monde de l’entreprise

Publication : jeudi 14 décembre 2017 15:22

Par Eloise Bouchet - Comment trouver sa place dans un monde qui fait la part belle au profit immédiat au détriment de toute valeur humaniste ? Un monde qui porte aux nues les « winners », ceux qui n’hésitent pas à écraser les autres pour parvenir à leurs fins ?

Neymar : du FC Barcelone au PSG, toujours une valise d'avance

Neymar : du FC Barcelone au PSG, toujours une valise d'avance

Publication : jeudi 14 décembre 2017 10:13

  Par Pascal Baronheid - Fashion victims par excellence, mercenaires, sales gosses, les protagonistes du football sont peu suspects de fidélité, sauf à leur valise, élément fondamental de la panoplie de première nécessité.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter !

Sans langue de bois

Laurent Obertone : "Certains médias ont le monopole de la pensée autorisée et de la morale"

Laurent Obertone : "Certains médias ont le monopole de la pensée autorisée et de la morale"

Publication : mardi 28 novembre 2017 11:23

  Par Nicolas Vidal - Depuis la parution de France Orange Mécanique en 2013, le journaliste Laurent Obertone déjoue tous les pronostics littéraires. Ses livres font fureur en librairie malgré une presse très rétive aux sujets qu’il aborde et qui ne se prive pas de dénoncer ses idées.

Écoutez de la musique

CARRE MUSIQUE

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Idées de voyages

BANNER VOYAGE

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer