GuillaumePar Julie Cadilhac - Bscnews.fr/ "Réapprenons à nous ennuyer" nous dit Guillaume Bianco. Le secret de l'imagination galopante est là, au creux de ses heures paresseuses durant lesquelles l'esprit commence d'abord par trépigner d'impatience et souhaiter qu'arrive - enfin!- quelque chose…Oui, c'est là que naissent les plus épatantes histoires, les plus beaux voyages et tous ceux qui ont oublié de cultiver leur don de trouble-vue l'ignorent. Pour son troisième tome, Billy Brouillard, doté de ce "super-pouvoir", nous entraîne  dans une nouvelle épopée de son imaginaire, peuplée de sirènes dangereusement séduisantes et de baignades excitantes. Et on ne résiste pas!
Guillaume Bianco est auteur de bandes dessinées pour petits et grands enfants, un "Zoo-Encyclo-Anatomo-Myco-Botano-Paléonto-Poète" des grands chemins comme on aimerait en croiser plus souvent en littérature. Les opus de Billy Brouillard respirent l'espièglerie, l'intelligence et un goût aiguisé pour les surprises et  les sciences cabalistiques. Sur l'air du journal intime d'un môme singulier, en notes tantôt  fantaisistes tantôt savantes, chevauche l'Idée délicieuse qu'avec trois bouts de ficelle, un peu de papier et un stylo, on peut emporter à bord d'une trière enfantine une foule d'esprits lecteurs et les exposer au chant des sirènes…Guillaume Bianco est un magicien, on ne vous a pas dit?

L'automne est là, l'hiver menace: voilà qui devrait satisfaire Billy….et Guillaume?
J'aime particulièrement la fin du mois de septembre. J'habite en provence, l'été y est très chaud... Lorsque vient l'automne, les journées sont encore belles, les couleurs changent ,les nuits sont plus fraîches , plus agréables, plus propices aux rêves. On ressort nos pulls en laine lorsque s'en vient le soir, un bol de chocolat chaud en octobre, un feu de cheminée en novembre...Avec un bon livre pour compagnon.L'hiver n'est pas une menace... Juste une saison trop souvent décriée , mais qui peut être belle si l'on s'y adapte.

Pour la genèse du Chant des Sirènes, on vous imagine, riant comme un bossu, à faire la liste de toutes les histoires liées à la mer….on se trompe?
Je m'efforce de voir la vie d'un oeil rieur et ironique aussi souvent que je le peux. Cela n'est parfois pas très évident... Je crois énormément en la force du rire et de l'humour. C'est une force de vie, un point de vue salvateur. Les histoires et légendes liées à la mer sont foison.Je n'aurais pas assez de 100 anthologies de mille pages chacune pour les décrire toutes. Les fonds marins sont aussi mystérieux que les confins de l'espace sidéral, propices au fantasme, au rêve...

Heureux qui comme Ulysse a fait un beau voyage….les plus beaux voyages sont les rêves, c'est la seule vérité de Guillaume?
La vérité est multiple. Propre à chacun d'entre nous. Je serais bien prétentieux de dire ce qu'est la vérité absolue. Je pense cependant que la  vie est un rêve.Lorsque l'on vient au monde , nous naissons dans une société fondée avant nous par d'autres, ayant rêvé cette société, ses codes, ses lois, vous me suivez? Deux choix s'offrent alors à nous : Rentrer dans ce rêve commun, suivre le troupeau , ou bien se créer son propre rêve, ses propres lois, tout en suivant le reste du "groupe", mais de loin.

Au fait, vos albums sont sponsorisés par Peter Pan et les enfants perdus?
Je n'ai jamais lu Barrie , mais compte  y remédier très bientôt.Vous auriez également pu faire le parallèle avec la petite Alice de Lewis Caroll...Le magicien d'Oz Etc...Loin de moi l'idée de comparer mes livres à ces chef d'oeuvre de la littérature anglaise et americaine , mais comme Peter et Alice , Billy refuse de grandir , et aime à se réfugier dans son propre monde, loin de celui des adultes.

Apparaît pourtant quelques vieillards moustachus et autres fantômes comme Georges Brassens, Albert Samain , Charles Baudelaire ou encore Dante…des compagnons de longue date ou des rencontres fortuites croisées lors de cet album en mer?
Je n'ai pas beaucoup côtoyé Baudelaire, mais je passe le plus clair de mon temps aux côtés de  tonton Georges et vagabonde dans ses chansons.Je peux vous dire qu'il n'a rien d'un vieillard moustachu, mais tout d'un gamin potache et frondeur... Je crois que Georges Brassens m'a beaucoup influencé. Je suis né avec. Le dimanche matin, je restai des heures devant le tourne -disque de mes parents à écouter sa grosse voix chaude  et rassurante qui roulait les "R"...Je ne comprenais pas toujours ses histoires, mais les mots étaient jolis ; et j'y percevais de la gravité et de la légèreté simultanément... Cela stimulait mon imaginaire.

Vous révélez de nombreuses recettes magiques dans cet album mais aussi celle du pouvoir de Trouble-vue….est-ce parce que Billy quitte l'édition après ce tome ou parce qu'il souhaite multiplier les camarades de jeu?
Un cycle se termine...Mais Billy reviendra dans un prochain tome...Pour une aventure plus... Comment dire..Enfin...Vous verrez... Dans le "Chant des sirènes" , j'ai  évoqué "la recette du don de trouble vue" pour tenter d'expliquer aux lecteurs que nous en possédons tous un.. Il suffit juste de s'écouter et de se faire confiance.. Un défaut peut devenir une qualité à condition de s'accepter , et pourquoi pas un "SUPER POUVOIR"...Tous les grands génies , les artistes , sont des marginaux "inadaptés" qui ont su assumer et exposer leur différence au monde, pour le faire avancer...Et pour s'y faire une petite place.

L'Odyssée est une source inépuisable d'inspiration…des exemples de réécriture ( littéraires, cinématographiques etc…) qui vous ont séduit?
J'aime beaucoup les films fantastiques pour lesquels Ray Harry Haussen réalisait les effets spéciaux en stop motion (animation image par image...) Ces films ont quelque chose d'indéfinissable et de magique qui m'ont bouleversé enfant... Et qui me poursuit encore aujourd'hui... J'avais d'ailleurs fait un post à ce sujet... (voir lien : http://guillaumebianco.blogspot.fr/2012/04/le-7eme-voyage-de-sinbad-le-marin_26.html)

Peut-on dire que l'Odyssée est une lecture passionnante mais que les enfants ne peuvent réellement apprécier qu'en grandissant? Découvrir Homère, petit, semble davantage possible dans une version réadaptée, non…?
Non. Je pense que l'Odyssée est accessible à tous , à condition d'avoir un bon guide, un parent intelligent qui sait vous accompagner, un professeur qui sait vous stimuler, vous intéresser. Le problème d'aujourd'hui est que tout va trop vite.L'oeil est attiré par des centaines de lumières , celles de notre télé , de notre ordinateur, de notre I PAd , I phone ...Dans les années 80 on s'ennuyait encore... Le temps ne semblait jamais finir... Il n'y avait rien à faire. Lorsqu'on avait la chance de vivre à la campagne, on commençait alors à se focaliser sur la racine d'un arbre , sur une grenouille dans un ruisseau , sur un petit caillou...On commençait alors à s'inventer une histoire... Juste pour ne pas mourir d'ennui.Les jours de pluie , rien à la télé (je rappelle aux plus jeunes que nous n' avions alors que 3 chaînes), pas de DVD...Rien...Juste des jeux de société...Des BD...Et des livres... Réapprenons à nous ennuyer...Alain Souchon disait , dans une interview récente : "Si je ne m'étais pas autant emmerder plus jeune, jamais je n'aurais pris une guitare pour me mettre à gratouiller..." Bon je m'égare. Quelle était votre question?

Billy Brouillard, c'est un livre davantage pour les petits grands enfants que pour les enfants? Qui sont vos lecteurs ?
Je ne sais pas vraiment, je suis surpris chaque fois un peu plus. Je pensais m'adresser aux "ados gothiques"...Puis j'ai croisé des enfants de 8 / 9 ans , filles et garçons qui s'identifiaient à Billy Brouillard. Des adultes , beaucoup de filles , et même des grands mères ... Les plus jeunes me disent souvent :"Ca fait peur mais c'est rigolo en même temps ", comme dans la vie...Je crois que Billy Brouillard est vraiment pour tout le monde...

Une anecdote d'une rencontre avec un lecteur de Billy?
Il y en a beaucoup. Souvent, de jeunes lecteurs viennent me voir pour me dire que comme Billy, ils ont été confrontés à la mort d'un proche... Comme Billy ils ont été confrontés à cette souffrance et à cette incompréhension. Ce sujet est lourd, et beaucoup de parents sont désemparés et ne savent comment l'aborder pour rassurer leurs enfants. Billy, grâce à son imaginaire , dédramatise la mort à sa manière. Nombreux sont ceux qui sont venus me dire en dédicace que ça leur avait fait du bien...

L'Odyssée est écrite en vers d'où l'envie d'invoquer au cours de ce périple des poètes  et cette dormeuse aquatique qui se berce de chansons?
Le fait que j'évoque des poètes n'a rien à voir avec la versification.Lorsque je cite quelqu'un( écrivain chanteur ou autre ,c'est juste que je ressens sa citation)... J'adhère à l'idée , au concept... Plutôt que de le paraphraser , je retranscris tel quel.Rien de plus.

 Hum…Léa, c'est Pénélope et Prune, c'est Calypso….? ou le contraire…? ou pas du tout? ou peu vous en chaut?
Pas du tout... Le seul parallèle que l'on peut voir , c'est le Cercle des Enfers de Dante , ou le Héros tente d'aller libérer sa belle.Mais je n'ai jamais eu le courage de tout lire...
Ma VRAIE référence concernant cet opus,  est un jeu video des eighties , "Ghost and Gobelins" , où un preux chevalier endossait  son armure pour partir en quête du démon qui avait enlevé sa princesse.... Ah ah! C'était génial!

Les pires sirènes sont les filles nous dit Billy….mais elles font des garçons des héros….non?  Le chant des sirènes est-il un artifice dangereux et trompeur ou une formidable "machine" révélatrice des héros? Tout le paradoxe masculin est-il là?
Il faudrait redéfinir le concept de Héros…Au sens grec du terme , il évoque une certaine dramaturgie. Je préfère le sens américain. Billy est plus un "super-héro"...Il a un super pouvoir et une cape magique : Son "tricot super capuche en laine de vermicolle!"
 
Après l'Odyssée, Billy Brouillard pourrait-il ensuite se lancer dans une guerre de Troie…. ou de Trois, c'est selon? ou dans la Genèse…?
Euh non...Cela sera tout autre...Surprise...

Les garçons naissent dans les choux, les filles naissent dans les roses et les histoires…?
Les histoires naissent dans  les coeurs des petits garçons et des petites filles. Ce qu'il y a de bien avec les livres , même avec les "livres d'images" ,c'est que le lecteur participe. L'auteur donne des éléments , des précisions, le lecteur fait le reste. Chacun a sa propre vision , son propre sentiment lorsqu'il lit une histoire. Lire stimule, développe le pouvoir de l'imaginaire, et peut susciter des vocations, donner envie de raconter des histoires, de créer des univers...

Avec des écailles et de beaux cheveux, la sirène est plus dangereuse encore que sous un aspect monstrueux et anthropophage?
Oui, car elle est attirante... Elle provoque la passion et l'attachement... Donc la souffrance. Son aspect anthropophage est métaphorique depuis l'antiquité. Elle ronge le coeur des hommes.


Le conte de la fille aux chats est né de l'observation paresseuse d'un compagnon d'appartement?
Non...Juste d'une envie de dessiner un gros chat et une petite fille. Je fonctionne beaucoup à l'envie...Et parfois , j'aime à me laisser porter par le dessin , et pratiquer l'écriture automatique...J'aime laisser parler le subconscient : la partie immergée et profonde de moi-même.

Vous qui semblez attiré (ou du moins amusé) par les sciences occultes, les croyances et les superstitions telles que chiromancie, astrologie etc….il est  au goût du jour d'évoquer les prédictions des Incas! Billy Brouillard revêtira-t-il ses peintures de guerre le 21/12?
Je prends très au sérieux les sciences dîtes occultes. Je pratique les tables tournantes , et les voyages astraux (décorporations) depuis de nombreuses années. J'ai longtemps eu pour projet de réaliser un ouvrage relatant différentes anecdotes...Un jour peut-être. Concernant la prophétie des Incas , je m'en moque ...Je trouve cette chose médiatisée à outrance. Billy Brouillard également.Il a déjà ses propres croyances.Elles lui suffisent. Nous arrivons à une période charnière...Le changement , La révolution , la "catastrophe "  (appelez ça comme vous voulez), sera économique...Notre monde va changer.Nous devrons , je crois , dans un futur proche subir des restrictions. Mais je me dis que ce n'est pas plus mal ainsi.Etre plus attentif à notre mode de vie , à l'autre , au consumérisme à outrance...Ca n'est pas une mauvaise chose.

Enfin, d'autres parutions d'actualité? d'autres projets?
Pas mal de choses en effet...Le deuxième coffret des comptines malfaisantes de Billy Brouillard en Avril...Le dernier tome de Eco avec Jérémie Almanza au mois de mai...(Le triptyque sera ainsi clos... Attention , âmes sensibles s'abstenir!) Ernest et Rebecca avec Antonello Dalena au mois de Juin , (avec la petite Rebecca qui retournera à l'école....) La suite de  Zizi Chauve souris avec Lewis Trondheim à la fin de l'été 2013... Et un nouveau Billy Brouillard pour l'automne ... Ouf...Du boulot en perspective...Mais surtout beaucoup d'amusement...Enfin si les dieux Incas me prêtent vie.


Série Billy Brouillard
Guillaume Bianco
Editions Soleil

A découvrir aussi:

Guillaume Bianco: Un hommage vibrant et farfelu aux superstitions

Barbara Canepa et Anna Merli : End, premier volet d'un triptyque d'inspiration victorienne

André Juillard, Blake et Mortimer et le serment des cinq lords

Jul : la satire salutaire

Pétula Poussin : Une trentenaire trash et sans tabou

Commentez l'article

A LA UNE

Hoc,ou le Nez : une pièce qui dérange

Hoc,ou le Nez : une pièce qui dérange

Publication : lundi 20 novembre 2017 16:06

  Par Eloise Bouchet - Publiée pour la première fois en 1835 dans la revue littéraire Le Contemporain, la nouvelle fantastique de Gogol, « Le Nez », raconte l’histoire d’un homme qui perd mystérieusement son nez et qui part à sa recherche. Peinture de la société pétersbourgeoise du XIXème siècle et de ses travers, Le Nez offre également une réflexion philosophique sur la place de l’homme dans la société.

David Sala : à la conquête de Stefan Zweig

David Sala : à la conquête de Stefan Zweig

Publication : lundi 20 novembre 2017 09:42

  Par Nicolas Vidal - David Sala revient pour nous sur ce magnifique projet BD où il a adapté une nouvelle de l’écrivain Stefan Zweig, “le joueur d’échec”. Un travail admirable et une vision personnelle de ce récit où David Sala excelle dans le trait, le choix des couleurs et la construction d’un récit entre folie, secrets et échecs. Un des albums de l’année assurément !

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter !

Sans langue de bois

Chômage : Pôle Emploi, une machine infernale selon Cécile Hautefeuille

Chômage : Pôle Emploi, une machine infernale selon Cécile Hautefeuille

Publication : vendredi 20 octobre 2017 10:11

  Par Romain Rougé - Cécile Hautefeuille est journaliste. De son expérience de demandeuse d’emploi est né un blog, Le Minisphère du Chômage et des Idées reçues, puis un livre, La machine infernale : Racontez-moi Pôle Emploi.

Evénement

BANNER BLUENOTE

 

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Idées de voyages

BANNER VOYAGE

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Écoutez de la musique

CARRE MUSIQUE

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicité

bandeau auto editionlight

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer