Par Stéphanie Hochet - BSCNEWS.FR / Quelques textes peu connus, inédits, de Virginia Woolf voient le jour dans la collection Rivages Poche. L’attention est portée en ce printemps 2012 sur la romancière anglaise bientôt publiée dans la Pléiade. C’est devant un public, les membres du Memoir club que Woolf répondit à la question : Suis-je snob ?
Durant l’hiver 1936-1937, Virginia Woolf tint une conférence dont l’intitulé devait lui permettre de répondre à la question de son snobisme. L’écrivain se plia au jeu avec un humour pince sans rire dont ses romans portent souvent la trace. On sait que le mot est né à l’université de Cambridge et désignait les étudiants qui n’étaient pas de l’aristocratie : sine nobilitate dont la forme contractée donne le terme snob. Il désigne ceux qui n’en sont pas mais voudraient en faire partie…  Pour l’auteur d’Orlando, le snobisme est une maladie. Virginia Woolf reconnaît en être atteinte, sans se plaindre, au contraire, elle chérit même son mal. Elle affirme qu’entre une figure de l’aristocratie et un génie des lettres, son choix est fait : Demandez-moi qui je préfèrerais rencontrer entre Einstein et le prince de Galles – je me rue sur le Prince sans hésitation. Pour qui connaît l’œuvre de la grande dame de la littérature anglaise, il n’y a pas là un sujet d’étonnement.  N’a-t-elle pas fantasmé sur les ascendants de Vita Sackville-West pour écrire Orlando ? Préférer l’aristocrate et ses manières singulières c’est jeter son dévolu sur une personne plus libre, plus naturelle, plus excentrique que nous.
Fantasme, le mot est lâché. La femme de lettres se berce d’une illusion, ou plutôt joue à l’illusionnée, à la manière d’un Proust faussement captif des apparences car c’est avec une dérision si finement dosée qu’elle nous fait croire que les aristocrates ont le pouvoir quasi magique de créer une atmosphère […] de poudre d’or et de champagne qu’on ne peut douter qu’elle se moque d’elle-même. D’ailleurs, ces nobles qu’elle rencontre ne sont-ils pas un peu ridicules ? Le snobisme est une affaire de projection, chacun a le sien. Pour telle dame de la noblesse, le comble de la classe sera d’être reçue dans la chambre mal rangée de Virginia Woolf dont les mains seraient recouvertes d’encre quant à l’auteur de Mrs Dalloway le snobisme consistera à placer au dessus de sa pile de lettre une enveloppe estampillée d’une couronne.
    Il ne faudrait pas pour autant imaginer que Woolf manque de lucidité. Dans le roman comme dans les autres domaines, rien n’est pire que la négation des classes sociales. Elles existent et Woolf constate dans un autre texte du recueil intitulé La nièce d’un comte combien il est difficile pour un écrivain d’exprimer de façon convaincante les préoccupations d’une classe sociale qui n’est pas la sienne.
    Si on pardonne au traducteur des maladresses assez fâcheuses (« avérer vrai » ou « mais pourtant » qui sont douloureux à lire dans une traduction de Woolf), on appréciera l’alacrité de ces textes moins connus, certainement  moins éblouissants que son essai sur le féminisme Trois Guinées. Ce ne serait pas une raison pour se priver d’une lecture bien agréable.

 

À lire aussi :

Delphine de Vigan : Les variations de la passion amoureuse

Napoléon : un dictionnaire amoureux et sans concession

Théâtre : la vengeance d'Edward Albee

Les pelles : comment elles peuvent vous sauver

Fanny Salmeron : un premier roman prometteur

 

 

Commentez l'article

A LA UNE

Cinémed : Dede, la force des femmes dans la Géorgie traditionnelle

Cinémed : Dede, la force des femmes dans la Géorgie traditionnelle

Publication : lundi 23 octobre 2017 09:46

  Par Romain Rougé – Dans la catégorie des longs métrages de la compétition officielle du Cinémed de Montpellier, il y a souvent de petites pépites qui émergent. C’est le cas de Dede, un premier film géorgien de Mariam Khatchvani.

Cinémed : Razzia de Nabil Ayouch, une photographie sublime du Maroc

Cinémed : Razzia de Nabil Ayouch, une photographie sublime du Maroc

Publication : dimanche 22 octobre 2017 18:55

  Par Romain Rougé – Le réalisateur franco-marocain Nabil Ayouch a fait sensation lors de la présentation de Razzia, en ouverture du 39ème Cinémed de Montpellier. Le film a d’ores et déjà été choisi pour représenter le Maroc aux oscars 2018.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter !

Sans langue de bois

Chômage : Pôle Emploi, une machine infernale selon Cécile Hautefeuille

Chômage : Pôle Emploi, une machine infernale selon Cécile Hautefeuille

Publication : vendredi 20 octobre 2017 10:11

  Par Romain Rougé - Cécile Hautefeuille est journaliste. De son expérience de demandeuse d’emploi est né un blog, Le Minisphère du Chômage et des Idées reçues, puis un livre, La machine infernale : Racontez-moi Pôle Emploi.

Idées de voyages

BANNER VOYAGE

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Écoutez de la musique

CARRE MUSIQUE

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicité

bandeau auto editionlight

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer