richardPar Julie Cadilhac - Bscnews.fr/ Crédit-photo: Marie Clauzade/  "J'ai bien l'intention de prouver que je suis un méchant et que je hais les plaisirs frivoles des jours actuels"(William Shakespeare), profère l'affreux cadet de la dynastie des Tudors, Richard, le duc d'York à la difformité révélatrice d'une âme noire . Assassiner son roi et frère Edouard puis le puîné Georges, duc de Clarence, Richard y songe à chaque heure et imagine une terrible machination pour parvenir à récupérer la couronne. Pour peu de temps d'ailleurs, rassurez-vous, car, à la bataille de Bosthworth, il est battu par le futur Henri VII d'Angleterre...

Qu'est-ce qui meut Richard sinon son égocentrisme et sa haine d'autrui? Pestiféré de la famille, sa rancune a grossi avec le nombre des années et il est à point, oui, pour un spectacle grand-guignolesque de réglement de comptes. Il était une fois les Trois Richard...Trois acteurs pour un rôle. Trois Richard pour un Richard III. Un théâtre drôlatique et décalé qui cependant n'oublie pas de laisser au Verbe et à l'intrigue le premier rôle. Un théâtre où le comique prend d'exquis airs effrayants et où les cauchemars se parent de couleurs attrayantes. Un théâtre, enfin, de bric et de broc ( on applaudira ici la scénographie imaginée par le décorateur Dick Bird) où le raté est un morceau de choix et où un accessoire justifie une nouvelle incarnation: ainsi une fraise et une couronne font de Valérie Crouzet une Reine accablée par la cruauté du destin ou encore une manche enrubannée suffit à donner à Marc Prin le faste du Duc de Clarence. Dan Jemmet  dans ses mises en scène, "force la confrontation entre quelque chose tiré de (sa) vie et le texte", un choix esthétique qui avait déjà fait naître, il y a deux ans, une Comédie des Erreurs à mourir de rire. S'inspirant du trio des frères Stooge, une troupe comique américaine des années 50, le metteur en scène britannique a choisi de donner à la dernière pièce de la première tétralogie de William Shakespeare une coloration potache hilarante. Et en effet, l'horrible Richard à la silhouette monstrueuse n'est -il pas bien plus un personnage de comédie? Sa violence démesurée  en fait un candidat idéal pour le ridicule. Giovanni Calo, Valérie Crouzet, Marc Prin , joyeux lurons complices des pires forfaits, campent donc trois Gargamels hilarants à la mine patibulaire. Une tasse de thé à la main, dès l'ouverture de la pièce, ils fomentent des stratagèmes dignes des pires racailles puis transforment plus tard les draps en linceuls, poignardent les êtres marionnettes et n'ont pas la hauteur nécessaire pour attraper tout seul la couronne...Dan Jemmett a truffé sa mise en scène de clins d'oeil réjouissants qui montrent le caractère ubuesque de ce prétendant à la couronne antipathique. L'humour, jouant souvent sur des scènes de violence physique exagérée, nommé slapstick par les anglais et dérivant de lavaleriecrouzet Commedia dell'arte, offre notamment une scène de jurons délectable et, quelques manigances plus loin, une correction en bonne et due forme contre ses soi-mêmes - même si Richard aime Richard - terriblement cocasse. Dans ces Trois Richard, l'anachronisme s'en donne à coeur joie : la partition musicale qui accompagne cette farce est aussi décalée que pertinente ( Il n'y a que le génie anglais, assurément, pour réussir à mêler ACDC à un empoisonnement shakespearien!) et le linge sale se lave grâce à un programme performant.  Richard III est triplement bossu, fielleux, répugnant et tyrannique dans la mise en scène délicieusement culottée de Dan Jemmett. Triplement drôle aussi. On accorde donc à toute la troupe un triple bravo!

Titre: Les trois Richard

Adaptation: Dan Jemmett et Mériam Korichi

Traduction: Mériam Korichi

Mise en scène: Dan Jemmett

Décor: Dick Bird

Lumière: Arnaud Jung

Costumes: Sylvie Martin-Hyszka

Avec Giovanni Calo, Valérie Crouzet, Marc Prin.

Production: Compagnie des Petites Heures Le Comité des Fêtes

Dates des représentations:

Les 7,8 et 9 juin 2012 au Printemps des Comédiens ( Montpellier)


•    Shakespeare Festival im Globe – Neuss : 1 rep. le 14 juin 2012
•    Théâtre – Béziers : 2 rep. du 11 au 12 octobre 2012
•    Théâtre – Caen : 2 rep. du 16 au 17 octobre 2012
•    Maison des Arts – Thonon-les-Bains : 3 rep. du 23 au 25 octobre 2012
•    Théâtre de Cornouaille – Quimper : 2 rep. du 13 au 14 novembre 2012
•    Spectacles Français – Bienne : 1 rep. le 27 novembre 2012
•    Théâtre Les Sablons – Neuilly : 3 rep. du 11 au 13 décembre 2012
•    Le Toboggan – Décines : 2 rep. du 19 au 20 décembre 2012
•    Théâtre – Grasse : 2 rep. du 11 au 12 janvier 2013
•    Centre dramatique régional – Tours : 5 rep. du 15 au 19 janvier 2013
•    Le Rive Gauche – St-Etienne-du-Rouvray : 1 rep. le 22 janvier 2013
•    Le Forum – Blanc-Mesnil : 1 rep. le 12 février 2013
•    Centre d’Art et de Culture – Meudon : 1 rep. le 15 février 2013
•    Le Radiant – Caluire-et-Cuire : 2 rep. du 19 au 20 février 2013
•    Espaces Pluriels – Pau : 1 rep. le 26 février 2013

A lire aussi:

Le bestiaire merveilleux de Raoul

La Cuisine Amoureuse de Jean Varela: à consommer sans modération!

Hanokh Levin : Les Numéros Cabaret imaginés par Richard Mitou

La vie de Galilée par la compagnie Primesautier Théâtre

Commentez l'article

Le BSC NEWS Magazine du mois

COUV BSCNEWS DECEMBRE2017

 

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

A LA UNE

Amandine Dhée : « Le père est une mère très acceptable »

Amandine Dhée : « Le père est une mère très acceptable »

Publication : mardi 16 janvier 2018 15:52

Par Marc Emile Baronheid - « Hors de question que je couve en silence » : le sois ronde et tais-toi n’a pas cours, dans ce brûlot marqué au fer du féminisme subtil.

Eric Legnini : un artiste complet et brillant loin des clichés du Jazz

Eric Legnini : un artiste complet et brillant loin des clichés du Jazz

Publication : lundi 15 janvier 2018 17:08

Par Antoine Coste Dombre - Barbe de quelques jours, toujours un grand sourire aux lèvres, Eric Legnini est très éloigné des clichés inhérents aux musiciens de jazz.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter !

Soutenez Putsch !

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicité

KO1

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Sans langue de bois

Laurent Obertone : "Certains médias ont le monopole de la pensée autorisée et de la morale"

Laurent Obertone : "Certains médias ont le monopole de la pensée autorisée et de la morale"

Publication : mardi 28 novembre 2017 11:23

  Par Nicolas Vidal - Depuis la parution de France Orange Mécanique en 2013, le journaliste Laurent Obertone déjoue tous les pronostics littéraires. Ses livres font fureur en librairie malgré une presse très rétive aux sujets qu’il aborde et qui ne se prive pas de dénoncer ses idées.

Écoutez de la musique

CARRE MUSIQUE

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Idées de voyages

BANNER VOYAGE

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer