Par Emmanuelle De Boysson - BSCNEWS.FR / Les femmes se serrent les coudes. Rien de plus normal ! Quelques grincheux, nostalgiques des machos d’arrière-saison, les accusent de trop occuper le devant de la scène. Plus encore, elles seraient responsables de la féminisation du monde et du ramollissement des esprits - jadis virils. Fatiguées d’être des boucs émissaires, des coupables désignées, elles se protègent en se regroupant. Au XVII ième siècle, les précieuses tenaient salon dans l’espoir de changer les rustres, amateurs de pallardises, en amis délicats. Dans les ruelles et alcôves, elles exaltaient les vertus de la conversation, de la galanterie, du Tendre, de la confiance réciproque. Ces précieuses peu ridicules, libres et pionnières, sont les héroïnes de mon prochain roman, Le salon d’Emilie. Oui, les femmes donnent l’exemple, osent se soutenir, rebondir, défendre leurs intérêts. Mes amies du Prix de La Closerie des Lilas sont en ce sens les dignes héritières des amazones de la Fronde. Elles partagent leurs passions, débattent, préservent leur indépendance, révèlent des talents, sans jalousie, gratuitement.
Partout fleurissent des initiatives qui engagent à ne pas démissionner et à se donner les moyens d’aller au bout de ses rêves. En ce printemps 2011, laissez couler en vous une sève nouvelle, bouillonnante et dynamique. Favorisez la contagion, comme le pollen qui sème à tous vents. Inscrivez-vous dans des forums féminins sur internet. Partagez vos coups de cœur avec vos amies, vos lectures, vos hobbies. Inventez des clubs de randonnée, de razzia des musées, de tricoteuses, de brodeuses, comme il s’en trouve dans le Nord de la France ou en Alsace. Rejoignez les associations d’amatrices de jardins, de photos, de cuisine, de ciné, de déco, de yoga, de tai-chi, de massage, d’aromathérapie… Mettez vos albums de photos de vacances en ligne, passionnez-vous pour la généalogie. Organisez des voyages inédits, éco responsables. Battez-vous pour le commerce équitable, pour le respect de l’environnement. Avez-vous remarqué le nombre de femmes qui s’en préoccupe de Nathalie Kosciusko-Moriset à Cécile Duflot ? Créez des structures d’accueil pour enfants dans les entreprises. Soyez à l’origine d’une chorale. Les Français aiment de plus en plus chanter ensemble. Réinventez des salons nouvelle formule qui dépasseront le thé de nos grands-mères et seraient ceux de la libre parole : les femmes osent tout dire, justement ce que les ronchons leur reprochent.
Le printemps des femmes est celui de l’amitié. Pas celui du papotage, mais des échanges constructifs. Pas celui de la rivalité ou des règlements de compte, mais de l’ouverture et de la volonté de rendre le monde plus moelleux, comme un bel oreiller qui sent la Provence. Arrachons de nos esprits ces mauvaises herbes cultivées par les défaitistes, les revanchards, pour ne privilégier que les fleurs sauvages qui poussent, l’une à l’ombre de l’autre, l’une grâce à l’autre. L’avantage des femmes, c’est qu’elles ont toujours des idées !

Commentez l'article

Abonnez-vous au Tabloïd !