Isabelle AlexisInterview d'Isabelle Alexis- propos recueillis par Emmanuelle de Boysson - Bscnews.fr/ Après cinq romans, dont deux adaptés au cinéma, Isabelle Alexis se lance dans une comédie policière qui vous tiendra en haleine jusqu’au bout. « Comme dans un film noir » (Flammarion) est l’histoire de Carole. Elle vient d’être poignardée. Entre la vie et la mort, avec l’aide de son ange gardien, Michelle, elle revoit les événements forts de sa vie. Psychopathes, truands, mari, amants, sœurs… Qui est le coupable ? Qui se venge ? Le commandant de la Crime mène l’enquête. Une peste délicieuse, du rythme, de l’humour, une intrigue bien ficelée : on en redemande !

Vous êtes romancière et scénariste, « Tu vas rire mais je te quitte ! » et « Tu peux garder un secret ? » ont été adaptés au cinéma. Racontez-nous ces aventures ? Vos moments forts ?

C’est une chance, un peu le casino aussi. Quand une histoire est construite, visuelle, les producteurs se disent : « On pourrait en faire un film ! ». Après, toutes sortes de paramètres entrent en jeu : un ou plusieurs scénaristes sont engagés pour l’adapter, un réalisateur va se l’approprier, des acteurs vont l’interpréter… Au final, le résultat peut être surprenant, éloigné du roman. Ce que vous avez imaginé, seule derrière votre ordinateur, subitement, cent cinquante personnes travaillent dessus. Chacune apporte sa vision des choses : on peut être folle de joie, comme déçue. Des moments passionnants. On ne s’est pas entretués ni avec Philippe Harel qui a adapté : « Tu vas rire mais je te quitte ! » ni avec Alexandre Arcady qui a adapté : « Tu peux garder un secret ? » J’ai aimé les regarder travailler, voir comment se monte un film, un parcours du combattant….


Comme dans un film noir est aussi un scénario. L’avez-vous écrit dans l’optique qu’il soit porté à l’écran ?
Il ne faut surtout pas que j’y pense, sinon, j’écrirai un scénario, à la limite, c’est moins long. Quand j’invente une histoire, que ce soit un roman ou un téléfilm, je fais en sorte qu’elle soit construite, c’est tout. J’ai du mal à digérer les livres où il ne se passe rien.

Comment vous est venue l’idée de créer ce polar« de femmes », à la Simenon ?
« Comme dans un film noir » n’a pas été simple à faire : on a le point de vue de Carole, la victime, et celui du commandant de la Crime qui fait l’enquête. Il fallait que les deux se rejoignent à la fin. Je voulais parler de la vengeance, un thème que je n’avais jamais abordé. Je voulais que la comédie se mêle au polar, qu’il y ait des dialogues comiques. Quand Carole revit les scènes de son passé, certaines sont drôles : on découvre sa mauvaise foi. Elle réalise que tous ses amis avaient une bonne raison de la poignarder…ça la démoralise un peu…

Vous mettez en scène trois sœurs, comment voyez-vous les liens entre ces femmes que tout oppose?
Le thème des trois sœurs est inépuisable. Il y a toujours une dominante et une que l’on veut protéger, malgré elle. Toujours une forme de compétition : qui a le meilleur mari ? La plus belle maison ? Mes enfants sont-ils plus beaux, plus intelligents que leurs cousins ? Qui à la plus belle vie ? Elles ne peuvent pas s’empêcher de se comparer. Je ne sais pas si j’aurais adoré avoir deux sœurs : la jalousie demande une énergie que je n’ai pas. Je n’ai qu’un frère (cinq ans d’écart), mon complice. Je l’appelle presque tous les soirs et j’ai au minimum trois fous rires avec lui. Je vois moins ça avec les filles entre elles…

Vous êtes-vous renseignée sur le travail d’un commandant à la Brigade criminelle ?

Oh oui ! Le livre a été « relu » par plusieurs flics. Rien n’est plus compliqué que la procédure judiciaire en France. Même si je m’autorise des moments de comédie, voire de paranormal, je voulais que tout ce qui concerne l’enquête soit réel, concret, solide. C’est le fil conducteur de l’histoire. Qui a fait quoi et pourquoi ? Il fallait retranscrire leur réunion à la Crime, (ils sont six par équipe), comment ils réfléchissent, comment ils avancent et ce qu’ils ressentent quand ils constatent qu’ils ont tiré le fil de la bonne pelote…

Bâtissez-vous un plan méthodique ? Quelle est la part de l’improvisation ? Vous êtes-vous inspirée de votre vie, de
Comme dans un film noircelles de vos amies ?
Quand Carole revoit des scènes de son passé, elle réalise qu’il y a beaucoup de suspects potentiels. Elle a réponse à tout, envoie bouler son ange gardien, mais elle n’en a pas de caractère. C’est le commandant qui va découvrir son lourd secret. Pour les polars, il est préférable d’avoir un plan solide. Une enquête criminelle, c’est des maths, de la logique et de la déduction… Je m’inspire de personnages je connais, (la mère par exemple). Heureusement, je n’ai tué personne…

Vous revendiquez-vous comme un auteur « grand public », hors circuit littéraire ?
J’aime l’idée d’être abordable, facile à lire, divertissante. Il faut que je m’amuse, j’adore les dialogues qui claquent, le sens du raccourci, l’insolence, la vivacité d’esprit. On fait tout passer avec l’humour… Est-ce hors circuit littéraire ? Je n’en sais rien, j’espère que non, ce serait dommage pour le circuit littéraire…

Vos projets ?

Je viens d’écrire une comédie pour M6 sur les familles recomposées qui s’appelle « MOI ET SES EX ». C’est avec Hélène de Fougerolles, Jean-Yves Berteloot, Claire Nebout, Carole Richert et Virginie Desarnaud. Le film a été sélectionné au festival de Luchon dans la catégorie « Coup de cœur ». Je vais le découvrir pour la première fois jeudi, en public… J’appréhende toujours ces moments-là…

Commentez l'article

Le BSC NEWS Magazine du mois

COUV BSCNEWS DECEMBRE2017

 

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

A LA UNE

Laëtitia Eïdo : "La série Fauda montre l’horreur d’un conflit sans fin"

Laëtitia Eïdo : "La série Fauda montre l’horreur d’un conflit sans fin"

Publication : mercredi 17 janvier 2018 16:19

Par Antoine Coste Dombre - Des yeux noirs perçants et une voix assurée, Laëtitia Eïdo paraît sûre d’elle. Un caractère bien trempé qui tranche avec une sensibilité évidente.

Amandine Dhée : « Le père est une mère très acceptable »

Amandine Dhée : « Le père est une mère très acceptable »

Publication : mardi 16 janvier 2018 15:52

Par Marc Emile Baronheid - « Hors de question que je couve en silence » : le sois ronde et tais-toi n’a pas cours, dans ce brûlot marqué au fer du féminisme subtil.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter !

Soutenez Putsch !

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicité

KO1

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Sans langue de bois

Laurent Obertone : "Certains médias ont le monopole de la pensée autorisée et de la morale"

Laurent Obertone : "Certains médias ont le monopole de la pensée autorisée et de la morale"

Publication : mardi 28 novembre 2017 11:23

  Par Nicolas Vidal - Depuis la parution de France Orange Mécanique en 2013, le journaliste Laurent Obertone déjoue tous les pronostics littéraires. Ses livres font fureur en librairie malgré une presse très rétive aux sujets qu’il aborde et qui ne se prive pas de dénoncer ses idées.

Écoutez de la musique

CARRE MUSIQUE

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Idées de voyages

BANNER VOYAGE

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer