Marc Paquien - B-EnguerandPar Julie Cadilhac - Bscnews.fr/ Photo de Marc Paquien- Crédit-Photo - B.Enguerand/ La mise en scène de Marc Paquien adopte le parti pris d'un décor épuré et éthéré qui ne manque pas de charme: la scène d'exposition s'ouvre sur deux soeurs en conflit devant un simple rideau bleu qui s'ébrouera au gré des humeurs des comédiens durant de nombreuses scènes ensuite. La présence de quelques livres parsemés sur le plateau, servant tantôt d'appuie-tête tantôt de siège, encadrée seulement par un fond de scène étoilé qui rappelle les hautes sphères intellectuelles auxquelles aspirent à accéder les femmes savantes donne également un côté résolument contemporain à la pièce de Molière.

Marc Paquien opte pour la peinture d'un ménage extravagant où les divagations capricieuses d'une épouse ( Philaminte) ,souhaitant donner à sa fille cadette ( Henriette) un époux savant ( ce "Monsieur Trissotin" que François de Bauer incarne physiquement à la perfection mais avec une expression un peu pâlotte de la pédanterie et de l'arrivisme) vont nécessiter le coup de tête d'un mari ( Chrysale) qui cherche à se montrer viril. Autour d'eux, des êtres aliénés par la science et le désir d'échapper à la trivialité du monde tels que Belise et Armande . Mais aussi d'autres êtres tout aussi étonnamment fantaisistes: le frère de Chrysale, Ariste , ou encore Martine, la servante au si agréable franc parler.

Sur le plateau donc, un grain de folie qui règne et ne s'évaporera ( fugitivement!) qu'à l'annonce désastreuse de la faillite du ménage.

Avec Philaminte, femme revêche qui tient la culotte avec une autorité de vieille matrone , Marc Paquien se rapproche du caractère traditionnel de l'épouse castratrice. L'époux ( Daniel Martin) joue sur un registre plus contemporain, qui contraste et dérange, si bien que le couple s'assortit mal. Si Anne Caillere donne à Belise toute la mesure de sa folie, emportée par ses "chimères" ,on ne comprend pas vraiment son jeu de séduction avec Clitandre et on ne sait si c'est la diction, pas toujours limpide, ou l'exagération de cette psychose qui parasitent la compréhension de cette scène comique. Par contre, les deux amants, Clitandre et Henriette, sont délicieux...Mathieu Marie a des airs de Colin Firth incarnant Mark Darcy d'une élégance séduisante et Alix Riemer est d'une spontanéité charmante.

Terminons par quelques mots du metteur en scène: " Les Femmes savantes sont des modernes, c'est à dire d'aujourd'hui.Cette pièce de Molière est une comédie virulente, acerbe, contemporaine. Elle fustige bien sûr le mensonge et la pédanterie, mais nous parle aussi du désir absolu de savoir, qui peut mener jusqu'à la folie. Peu de pièces suscitent un tel engouement accompagné d'une telle méfiance. Pièce féministe? Pièce réactionnaire? Les hommes savants peuvent ennuyer, les femmes savantes prêter à rire.Le XVII siècle fait apparaître la question de l'émancipation de la femme et la figure de l'intellectuelle.

[....] Qui a donc le droit d'exercer le pouvoir? Et pour quelles raisons un pouvoir - s'il ne s'inscrit pas dans l'ordre établi- devient-il autoritaire, risible, en un mot illégitime? Jamais ces questions ne furent plus brûlantes qu'aujourd'hui[...]." Marc Paquien, avril 2010

Les femmes savantes de Molière

Mise en scène de Marc ¨Paquien

Le 13 et 14 janvier 2011 - Scène Nationale de Sète et du Bassin de Thau

Toute la programmation du théâtre de Sète en cliquant ici!

Commentez l'article

Le BSC NEWS Magazine du mois

COUV BSCNEWS DECEMBRE2017

 

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

A LA UNE

Laëtitia Eïdo : "La série Fauda montre l’horreur d’un conflit sans fin"

Laëtitia Eïdo : "La série Fauda montre l’horreur d’un conflit sans fin"

Publication : mercredi 17 janvier 2018 16:19

Par Antoine Coste Dombre - Des yeux noirs perçants et une voix assurée, Laëtitia Eïdo paraît sûre d’elle. Un caractère bien trempé qui tranche avec une sensibilité évidente.

Amandine Dhée : « Le père est une mère très acceptable »

Amandine Dhée : « Le père est une mère très acceptable »

Publication : mardi 16 janvier 2018 15:52

Par Marc Emile Baronheid - « Hors de question que je couve en silence » : le sois ronde et tais-toi n’a pas cours, dans ce brûlot marqué au fer du féminisme subtil.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter !

Soutenez Putsch !

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicité

KO1

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Sans langue de bois

Laurent Obertone : "Certains médias ont le monopole de la pensée autorisée et de la morale"

Laurent Obertone : "Certains médias ont le monopole de la pensée autorisée et de la morale"

Publication : mardi 28 novembre 2017 11:23

  Par Nicolas Vidal - Depuis la parution de France Orange Mécanique en 2013, le journaliste Laurent Obertone déjoue tous les pronostics littéraires. Ses livres font fureur en librairie malgré une presse très rétive aux sujets qu’il aborde et qui ne se prive pas de dénoncer ses idées.

Écoutez de la musique

CARRE MUSIQUE

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Idées de voyages

BANNER VOYAGE

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer