Les femmes savantes - Théâtre des OssesPar Julie Cadilhac- Bscnews.fr / C'est toujours un plaisir d'entendre la langue si caustique et si vive de Molière et de voir une troupe s'emparer d'un de ses "canevas" avec brio! Oui...assurément, La compagnie du théâtre des Osses offre au spectateur une mise en scène des Femmes Savantes fort réussie! On y apprécie d'abord la volonté de mettre en place une scénographie proche de l'esprit de Molière et de son époque. Les décors aux murs lambrissés, les vêtements aux coupes fidèles du XXVIIème siècle, le jeu des comédiens incarnant avec justesse et drôlerie des caractères aux contours bien dessinés font de cette comédie un exquis spectacle. Gisèle Sallin met toutefois en place des techniques modernes comme les pans de murs mobiles ou encore des accessoires anachroniques qui se marient harmonieusement avec l'esprit classique de Molière.

On félicitera d'abord le travail sur la diction des alexandrins , si fluide que les vers glissent dans l'oreille et se comprennent aisément. Le parti-pris ensuite de faire de ses femmes savantes des femmes de tête qui jouent autant de leurs charmes que de leur intelligence, donne une saveur burlesque à beaucoup de scènes de la pièce. On rit beaucoup face aux contradictions de ces femmes éprises de reconnaissance et qui ont le désir légitime d'être considérées comme des êtres pensants en tous points égaux aux hommes car, paradoxalement pour des êtres qui dénigrent le corps, " cette guenille" inutile dont il faut se défaire des besoins triviaux, elles ne cessent d'abuser de leurs attributs terrestres et , sensuelles à souhait, elles aiment tout autant que les autres être désirées...

On saluera Frank Michaux, en Clitandre, extrêmement drôle aux prises avec la délicieuse tante Bélise nymphomane ( Véronique Mermoud). Chrysale ( Roger Jendly) et son épouse Philaminte( Emmanuelle Ricci) forment un couple cocasse. Daniel Monnard ( Ariste) et Anne Schwaller ( Martine) sont des alliés des amoureux efficaces et dont le jeu est aussi pertinent que sympathique. Les deux soeurs Henriette ( Raïssa Mariotti) et Armande ( Marika Dreistadt) proposent une scène d'exposition des plus enlevées où les propos fratricides font rire de bon coeur.

Un moment de théâtre plaisant où les lazzi de la Commedia Dell'Arte ne sont pas loin, où le comique de caractère explose en portraits tordants : de la soeur jalouse à la tante extravagante, du vieux mari écrasé par sa femme au pédant de la cour, ce Monsieur Trissotin dont la cupidité n'a d'égale que son indécrottable vantardise qui prouve à juste titre , comme l'affirme si bien Clitandre, qu'"Un sot savant est sot plus qu'un sot ignorant." Oui, on reste toujours étonné au sortir d'une pièce de Molière de toute l'actualité de son discours et Les Osses offrent la possibilité de vivre l'expérience fort plaisamment!

Titre: Les femmes savantes

Mise en scène: Gisèle Sallin

Compagnie: Théâtre des Osses

Le 10/11/12/13 à 19h au Domaine d'Ô à Montpellier ( Toute la programmation du Domaine d'Ô : ICI)

Toutes les nouvelles dates ici!

Crédit-photo ( Photographie ci-contre): Isabelle Daccord

Les femmes savantes - Isabelle Daccord

Commentez l'article

Le BSC NEWS Magazine du mois

COUV BSCNEWS DECEMBRE2017

 

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

A LA UNE

Laëtitia Eïdo : "La série Fauda montre l’horreur d’un conflit sans fin"

Laëtitia Eïdo : "La série Fauda montre l’horreur d’un conflit sans fin"

Publication : mercredi 17 janvier 2018 16:19

Par Antoine Coste Dombre - Des yeux noirs perçants et une voix assurée, Laëtitia Eïdo paraît sûre d’elle. Un caractère bien trempé qui tranche avec une sensibilité évidente.

Amandine Dhée : « Le père est une mère très acceptable »

Amandine Dhée : « Le père est une mère très acceptable »

Publication : mardi 16 janvier 2018 15:52

Par Marc Emile Baronheid - « Hors de question que je couve en silence » : le sois ronde et tais-toi n’a pas cours, dans ce brûlot marqué au fer du féminisme subtil.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter !

Soutenez Putsch !

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicité

KO1

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Sans langue de bois

Laurent Obertone : "Certains médias ont le monopole de la pensée autorisée et de la morale"

Laurent Obertone : "Certains médias ont le monopole de la pensée autorisée et de la morale"

Publication : mardi 28 novembre 2017 11:23

  Par Nicolas Vidal - Depuis la parution de France Orange Mécanique en 2013, le journaliste Laurent Obertone déjoue tous les pronostics littéraires. Ses livres font fureur en librairie malgré une presse très rétive aux sujets qu’il aborde et qui ne se prive pas de dénoncer ses idées.

Écoutez de la musique

CARRE MUSIQUE

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Idées de voyages

BANNER VOYAGE

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer