Par Harold Cobert - BSCNEWS.FR / L'interview d'Hélène Grémillon

Le Confident est votre premier roman publié. Est-il le premier que vous ayez écrit ?
Oui.

Quel était votre projet littéraire en commençant l’écriture de ce roman ? Je voulais écrire un roman, ce que j’appelle un vrai roman, avec une intrigue, des personnages, une histoire qui emmène le lecteur ailleurs et qui ne l’engage surtout pas à me regarder le nombril… J’ai souhaité m’éloigner de l’autofiction que je trouve trop en vogue à notre époque.

Avez-vous rencontré des difficultés particulières lors de l’écriture ? Si oui, lesquelles ? Oui, la forme de mon livre, sa construction. Mon intrigue se répartit entre trois différents points de vue : Louis, Annie, et Madame M. Parce que je crois que la vie – les histoires d’amour notamment – ne sont que des histoires de points de vue. Il y a la vérité que l’on croit détenir et la « vraie » vérité. Cette construction en « strates » me permettait aussi d’installer du suspense (que je considère comme un élément fondateur de la lecture). Pour que le lecteur ne s’endorme pas, pour qu’il ne comprenne que progressivement ce qui s’est réellement passé. Il m’a donc fallu répartir la matière de mon intrigue, minutieusement, et, pendant des mois, mon bureau n’était plus qu’un amas de feuilles, où j’écrivais en bleu pour Louis, en rouge pour Annie et en vert pour Madame M.. J’étais ensevelie sous les informations. Tout se mélangeait. J’étais devant une sorte de puzzle géant dont il me fallait construire les pièces. C’était terrible…

Votre roman se déroule avec, en toile de fond, les débuts de la Deuxième Guerre mondiale. Pour quelles raisons avoir choisi ce contexte-là ? l ?
Inscrire mon histoire dans un contexte historique, quel qu’il soit, faisait partie de mon « projet littéraire » (comme vous le disiez précédemment). Je trouve toujours enrichissant de refermer un livre en ayant appris des choses sur une période de l’histoire. Et la Seconde Guerre mondiale réunissait tous les ingrédients dont j’avais besoin pour mon intrigue.

Quels liens faites-vous entre la petite histoire et la grande, entre les histoires de vos personnages et l’Histoire ?
Ils sont intimement liés, mes personnages sont le jouet de leurs actes, bien sûr, mais également d’un contexte historique. Cette histoire n’aurait jamais pu se passer dans un autre contexte. J’insiste sur le terme de « contexte » car j’ai toujours fait très attention à ce que l’Histoire, dans ce roman, ne soit qu’une toile de fond. Mes personnages ne sont pas aux prises avec la Seconde Guerre mondiale, ce sont des personnages aux prises avec leur vie, pendant la seconde guerre mondiale. Toute la nuance est là.

Travaillez-vous déjà sur un autre roman ?
Oui.

Que diriez-vous aux lecteurs du BSC News pour leur donner envie de lire votre roman ?
Je ne sais pas… peut-être, de le commencer…

Commentez l'article

Le BSC NEWS Magazine du mois

COUV BSCNEWS DECEMBRE2017

 

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

A LA UNE

Laëtitia Eïdo : "La série Fauda montre l’horreur d’un conflit sans fin"

Laëtitia Eïdo : "La série Fauda montre l’horreur d’un conflit sans fin"

Publication : mercredi 17 janvier 2018 16:19

Par Antoine Coste Dombre - Des yeux noirs perçants et une voix assurée, Laëtitia Eïdo paraît sûre d’elle. Un caractère bien trempé qui tranche avec une sensibilité évidente.

Amandine Dhée : « Le père est une mère très acceptable »

Amandine Dhée : « Le père est une mère très acceptable »

Publication : mardi 16 janvier 2018 15:52

Par Marc Emile Baronheid - « Hors de question que je couve en silence » : le sois ronde et tais-toi n’a pas cours, dans ce brûlot marqué au fer du féminisme subtil.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter !

Soutenez Putsch !

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicité

KO1

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Sans langue de bois

Laurent Obertone : "Certains médias ont le monopole de la pensée autorisée et de la morale"

Laurent Obertone : "Certains médias ont le monopole de la pensée autorisée et de la morale"

Publication : mardi 28 novembre 2017 11:23

  Par Nicolas Vidal - Depuis la parution de France Orange Mécanique en 2013, le journaliste Laurent Obertone déjoue tous les pronostics littéraires. Ses livres font fureur en librairie malgré une presse très rétive aux sujets qu’il aborde et qui ne se prive pas de dénoncer ses idées.

Écoutez de la musique

CARRE MUSIQUE

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Idées de voyages

BANNER VOYAGE

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer