Par Eddie Williamson - BSCNEWS.FR / J’suis pas quelqu’un de cynique. J’aime bien Beyoncé, Alicia Keys, il y a même des chansons de Britney Spears que j’écoute avec plaisir. La pop actuelle, celle qui se retrouve récompensée aux “MTV Awards” et pollue les ondes FM, me fait quand même abondamment vomir. Alors quand apparaît un album pop, avec dedans ce fameux “r’n'b contemporain”, mais aussi de la funk, de la soul, du rap, des cordes, un featuring de of Montréal qui sort de nulle part, de la folk, une chanteuse qui a apparemment autant de bonnes idées à la seconde que Domenech en a de mauvaises, je me dois de vous en parler.

The ArchAndroid (Suites II & III) est, comme son nom l’indique un peu, une oeuvre très ambitieuse, à la hauteur de la versatilité de la diva américaine et de ses musiciens. En fait, c’est pas compliqué, Janelle Monae écoute de tout, aime tous les genres, et a le talent nécessaire pour s’attaquer à tout ce qu’elle veut. C’est sa voix qui étonne constamment dans cet album : elle arrive à sauter d’un genre à l’autre, à adapter son chant et, à chaque fois, elle arrive à ses fins. Ecoutez “Oh, Maker”, les virages vocaux à 90° qu’elle prend, la retenue splendide dont elle fait preuve sur “57821″. Les morceaux les plus r’n'b me plaisent moins, le featuring psychédélique de of Montreal n’est pas des plus réussis, c’est quand elle montre l’étendue de ses talents de chanteuse soul et funk qu’elle me fait le plus plaisir.

Ambitieux donc, épique pour sûr, cohérent… Le fil rouge, c’est Janelle, son esthétique particulière. Vous imaginez bien qu’avez un titre et une pochette pareils, il y a toute une symbolique, les titres ne s’enchaînent pas n’importe comment, etc. Personnellement, en écoutant ce disque, j’ai pensé à des comédies musicales, à des films de Walt Disney, avec ses moments de pur délire, de joie, de tristesse… Si The ArchAndroid était un film, Janelle Monáe Robinson aurait le premier rôle, le second rôle, serait à la réalisation, au décor, au montage, à la promotion, partout. Elle est très intelligente, ayant dès le départ imposé son personnage (coiffure, vêtements, danse) et su s’entourer d’un gang de musiciens vraiment impressionnant. Elle a tout d’une icône, comme une Lady Gage qui aurait gagé ses excès contre du génie musical, ce dont ne manque pas Janelle. Elle a tout d’une Prince au féminin.

Il y a tellement de choses dans cet album, c’est juste délirant. Trop, peut-être ? C’est de la pop, c’est donc ultra-accessible, écouter ce disque c’est ouvrir une boîte de bonbons qui ne contient pas ces horreurs à la liqueur que vous recrachez dans la poubelle en essayant de garder péniblement votre dignité.
Janelle et ses musiciens reprennent les codes usés de la funk, de la soul, du r’n'b, mais réussissent à rendre le tout frais et moderne, et délivre dans The ArchAndroid une collection extrêmement séduisante de chansons, et le meilleur album pop de l’année. Plongez-y, vous y trouverez assurément de quoi vous mettre sous la dent !
Sortie le 18 mai 2010 (Bad Boy Records)
En écoute sur Grooveshark : http://listen.grooveshark.com/#/album/The+ArchAndroid/4016062

Commentez l'article

Le BSC NEWS Magazine du mois

COUV BSCNEWS DECEMBRE2017

 

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

A LA UNE

Laëtitia Eïdo : "La série Fauda montre l’horreur d’un conflit sans fin"

Laëtitia Eïdo : "La série Fauda montre l’horreur d’un conflit sans fin"

Publication : mercredi 17 janvier 2018 16:19

Par Antoine Coste Dombre - Des yeux noirs perçants et une voix assurée, Laëtitia Eïdo paraît sûre d’elle. Un caractère bien trempé qui tranche avec une sensibilité évidente.

Amandine Dhée : « Le père est une mère très acceptable »

Amandine Dhée : « Le père est une mère très acceptable »

Publication : mardi 16 janvier 2018 15:52

Par Marc Emile Baronheid - « Hors de question que je couve en silence » : le sois ronde et tais-toi n’a pas cours, dans ce brûlot marqué au fer du féminisme subtil.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter !

Soutenez Putsch !

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicité

KO1

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Sans langue de bois

Laurent Obertone : "Certains médias ont le monopole de la pensée autorisée et de la morale"

Laurent Obertone : "Certains médias ont le monopole de la pensée autorisée et de la morale"

Publication : mardi 28 novembre 2017 11:23

  Par Nicolas Vidal - Depuis la parution de France Orange Mécanique en 2013, le journaliste Laurent Obertone déjoue tous les pronostics littéraires. Ses livres font fureur en librairie malgré une presse très rétive aux sujets qu’il aborde et qui ne se prive pas de dénoncer ses idées.

Idées de voyages

BANNER VOYAGE

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer