Fiesta Sète 2010

Par Julie Cadilhac- Bscnews.fr / Dans le cadre vertigineusement plongeant sur la Méditerranée qu'offre le Théâtre de la mer à Sète, la magie fédératrice de la musique a pris toute sa dimension au son de la kora, harpe en calebasse à chevalet et à 21 cordes de Ballake Sissoko. Cet aède, qu'on appelle au Mali, un djeli, a charmé les gradins bondés des sons majestueux de cet instrument ancestral qui a, selon la légende, sept cordes pour le passé, sept cordes pour le présent et sept cordes pour le futur. Improvisations inspirées par la mer qui bruissait derrière lui et l'orage qui grondait faiblement : voilà ce que Ballake Sissoko affirme avoir offert au public sétois ce lundi 2 août.

Ensuite, c'est Salif Keita , ses choristes et ses talentueux musiciens qui ont envahi la piste et ont littéralement, en l'espace de quelques portées, soulevé les coeurs et entraîné dans une danse joviale le public ravi. Pendant deux heures, celui qui chante " je suis un noir, ma peau est blanche et moi j'aime bien ça, c'est la différence", ce génie de la musique malienne moderne, nous a emporté dans un voyage enthousiaste à Bamako, dans le Sahara méridional traversé par les nomades et leurs troupeaux, dans les steppes du centre et la savane du sud. A la fin du concert, au rythme du djembé, beaucoup ont été invités à rejoindre le plateau et ont dansé avec les musiciens et le chanteur au sourire impassible.

Depuis plus de quarante ans, Salif Keita fait vivre la musique malienne; ce lundi 2 août au théâtre de Sète, elle était plus vivante que jamais, aussi séduisante qu'entraînante, aussi colorée qu'inventive, aussi spirituelle que tolérante.

Pour les écouter:

http://www.myspace.com/ballakesissoko

http://www.myspace.com/salifkeitamusic

Commentez l'article

Le BSC NEWS Magazine du mois

COUV BSCNEWS DECEMBRE2017

 

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

A LA UNE

Laëtitia Eïdo : "La série Fauda montre l’horreur d’un conflit sans fin"

Laëtitia Eïdo : "La série Fauda montre l’horreur d’un conflit sans fin"

Publication : mercredi 17 janvier 2018 16:19

Par Antoine Coste Dombre - Des yeux noirs perçants et une voix assurée, Laëtitia Eïdo paraît sûre d’elle. Un caractère bien trempé qui tranche avec une sensibilité évidente.

Amandine Dhée : « Le père est une mère très acceptable »

Amandine Dhée : « Le père est une mère très acceptable »

Publication : mardi 16 janvier 2018 15:52

Par Marc Emile Baronheid - « Hors de question que je couve en silence » : le sois ronde et tais-toi n’a pas cours, dans ce brûlot marqué au fer du féminisme subtil.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter !

Soutenez Putsch !

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicité

KO1

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Sans langue de bois

Laurent Obertone : "Certains médias ont le monopole de la pensée autorisée et de la morale"

Laurent Obertone : "Certains médias ont le monopole de la pensée autorisée et de la morale"

Publication : mardi 28 novembre 2017 11:23

  Par Nicolas Vidal - Depuis la parution de France Orange Mécanique en 2013, le journaliste Laurent Obertone déjoue tous les pronostics littéraires. Ses livres font fureur en librairie malgré une presse très rétive aux sujets qu’il aborde et qui ne se prive pas de dénoncer ses idées.

Écoutez de la musique

CARRE MUSIQUE

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Idées de voyages

BANNER VOYAGE

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer