Propos recueillis par Nicolas Vidal - bscnews.fr/ La musique de Dan Sartain est à l’encontre de tout ce qui se fait actuellement sur la scène internationale. Elle a un côté sauvage, électrique mais terriblement touchante. Dan Sartain ne s’embarrasse pas une seule seconde du politiquement correct. Il joue sa musique pour raconter sa propre histoire ou celles qui lui semblent avoir un certain poids. Il fait du rock pour les uns, du garage rock pour les autres ou du rockabilly pour les plus pointus. Peu importe, Sartain joue sa musique comme il l’entend et c’est plutôt décapant. Nous l’avons reçu pour la sortie de son dernier album « Lives».

Dan, comment caractériser votre musique ?
Un magazine au ROYAUME-UNI, que je viens de lire décrit ma musique comme "un amalgame de rockabilly, de blues et de garage rock qui se mélangent ensemble pour devenir un rock brillant, sale et corrosif ".

Quand avez-vous commencé à jouer ?

L'Alabama, d'où je suis, était un obstacle entre moi et le bon goût. Il était vraiment difficile ici d’avoir des rapports avec les gens et de trouver des personnes intéressantes. Heureusement qu’un vieil homme passionné de Blues m’a appris à jouer de la guitare.

Votre album alterne les mélodies et des morceaux de rock rugueux. À quoi est dû l'ambivalence de votre musique ?
Les sons se marient avec le sujet de mes chansons. Sur cet enregistrement de Lives, le chant joyeux de Ruby Carol est pour une fille que j'ai aimée, tandis que la première chanson sur l'album, appelé «Those Thoughts» est assez sombre. J'ai écrit cette chanson quand je vivais dans un entourage violent à Gate City dans l'Alabama. Chez moi, c’était le bonheur mais dehors on entendait les tirs de flingues. C’était des gangs violents. Mais heureusement que mes voisins étaient très sympas !


Quelles sont les sources d’inspirations de vos chansons, Dan ?
Sur cet album il y a quelques chansons qui parlent d’une fille. Mais il y a en comparaison plus de chansons portant sur les Cobras afin de parler des dangers qui règnent là-bas. Je parle de ce grand mélange de gens qui se retrouvent à San Francisco autour de rituels païens chaque année. Il y a des personnalités importantes qui participent à ces réunions. Ils l'appellent l'Incinération de Soin et il a lieu devant un emplacement appelé Bohème Bosquet.


Votre univers musical particulier est fait de plusieurs influences et se nourrit d’une patte particulière et singulière. Comment le définiriez-vous ?
Les trucs qui m'ont fait vouloir apprendre la guitare le dimanche étaient spécifiquement Alice Cooper et AC/DC. Toute cette musique que les ados arborent maintenant sur des T-shirts pour être rebelles. Moi aussi , j’ai été comme eux. Maintenant, cela ne me plaît plus tout ! J'ai passé beaucoup de temps à écouter Jonathan Richman. Je suis vraiment jaloux de lui. C’est un dieu heureux qui a réussi ! Que pourrait-il m’arriver de plus pour être heureux ?


Quelles sont vos influences musicales, Dan ?
Mon batteur favori est Karen Carpenter. L’un de mes chanteurs favoris est Glen Danzig. Mais je ne sais pas grand chose "de la scène de musique moderne", donc je suis le mieux placé pour en parler. Le dernier album que j'ai acheté a été fait par les gens qui sont morts maintenant. J'ai écrit une chanson sur l'album appelé ' Doin anythin ' je ne dis que des mots qui sont un non-sens complet et ne signifient vraiment rien. J'essayais juste d'écrire une chanson qui toucherait beaucoup de gens. J'ai été inspiré aussi par les gens comme Joan Jett et Gary Glitter, dont la présence sur scène se prête bien à une atmosphère de stade.

Votre style le rockabilly un son particulier, des chansons de la vie quotidienne, Dan Sartain n'est-il pas aussi un personnage à part entière ?
Je ne sais pas si je peux dire que je suis un personnage à part entière. En tout cas, je suis comme je suis et cela c’est la vérité.

Quelle est votre opinion sur le Rock actuel ? Pensez-vous qu’il soit trop commercial ?
Il n'y a pas grand chose que j'aime. Je regarde la culture actuelle et je pense que tous ces nouveaux groupes qui surgissent font juste du commercial. La culture contemporaine fait du commercial. En fait, je n’écoute pas beaucoup de nouveaux groupes mais je sais qu'ils ne sont pas bons.

Pouvons-nous dire que Dan Sartain un artiste en dehors des modes et les courants musicaux ?
Bien sûr, la plupart des gens sont coincés dans une niche. Mais moi j’ai été chanceux d'avoir beaucoup d'amis avec des goût différents.

(Photos: Cats Steven)

Commentez l'article

Le BSC NEWS Magazine du mois

COUV BSCNEWS DECEMBRE2017

 

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

A LA UNE

Mona Leu Leu : « Le grenier, une histoire de transition et de famille »

Mona Leu Leu : « Le grenier, une histoire de transition et de famille »

Publication : jeudi 18 janvier 2018 16:10

Par Nicolas Vidal - Incontournable et talentueuse artiste, Mona Leu Leu a bluffé la rédaction du BSC NEWS avec son magnifique ouvrage “Le grenier” !

Pierrat Brothers : du bon usage des pièces à conviction

Pierrat Brothers : du bon usage des pièces à conviction

Publication : jeudi 18 janvier 2018 15:18

Par Marc-Emile Baronheid - Les Pierrat Brothers sont les nouveaux Dupont Dupond. Sauf qu’avec eux c’est du sérieux. Pour preuve, leur livre à quatre mains, fondé sur le bon usage de pièces à conviction dans quantité d’affaires criminelles.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter !

Soutenez Putsch !

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicité

KO1

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Sans langue de bois

Laurent Obertone : "Certains médias ont le monopole de la pensée autorisée et de la morale"

Laurent Obertone : "Certains médias ont le monopole de la pensée autorisée et de la morale"

Publication : mardi 28 novembre 2017 11:23

  Par Nicolas Vidal - Depuis la parution de France Orange Mécanique en 2013, le journaliste Laurent Obertone déjoue tous les pronostics littéraires. Ses livres font fureur en librairie malgré une presse très rétive aux sujets qu’il aborde et qui ne se prive pas de dénoncer ses idées.

Écoutez de la musique

CARRE MUSIQUE

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Idées de voyages

BANNER VOYAGE

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer