Fiona McIntosh - Bye Bye BabyPar Mélina Hoffmann - BSCNEWS.FR/
« J’irais jusqu’au bout. Je n’avais pas le moindre doute là-dessus. Je ne m’étais jamais remise de la souffrance qu’ils m’avaient infligée par le passé. Sous la cicatrice de la nouvelle vie que je m’étais construite, la plaie s’était infectée. A présent, déchirée une fois de plus par la perte d’un être cher, la rage me submergeait. […] J’avais tout fait pour m’en sortir. Pour marcher dans la lumière plutôt que ruminer dans le noir. Personne ne pouvait m’accuser de gémir sur mon triste sort et pourtant l’horreur de mon adolescence continuait de me coller à la peau. Enfin, j’avais devant moi un de mes bourreaux. Il n’allait pas tarder à payer. »

Il est des souffrances que le temps ne parvient pas à effacer. Des blessures mal cicatrisées susceptibles de se rouvrir au moindre drame. « Le Boudin », c’est ainsi qu’ils la surnommaient. Ce qu’ils lui avaient fait subir était gravé au plus profond de sa chair. Elle s’en était sortie, mais 30 ans plus tard, le désir de vengeance qui n’avait jamais cessé de brûler en elle semblait avoir atteint son paroxysme.
A trois mois d’intervalle, deux meurtres sont commis selon le même mode opératoire. Deux hommes d’une quarantaine d’années retrouvés avec de la peinture bleue sur le visage, les parties génitales amputées et déposées dans leurs mains. Des crimes d’une grande cruauté qui semblent être l’œuvre d’un tueur en série.
Jack Hawksworth est chargé de l’enquête. Le talent de ce jeune inspecteur de Scotland Yard n’a d’égal que sa réputation de séducteur, qui lui a d’ailleurs valu quelques déboires…
Lorsqu’une jeune femme en fauteuil roulant et à l’humour désarmant, emménage dans son immeuble, Jack tombe immédiatement sous son charme. Une idylle naissante qui n’est pas du goût de Kate, sa coéquipière qui, bien que fiancée à un autre homme, nourrit depuis plusieurs années une attirance secrète pour Jack.
Mais aucun d’eux ne perd de vue l’enquête, qui ne leur laisse aucun répit et s’accélère alors même qu’un nouveau corps est découvert, victime des mêmes sévices. Une enquête qui promet d’être riche en émotions et en surprises….
Emotions et surprises, c’est également ce qui vous attend à la lecture de ce récit sans temps mort. Si vous aimez les polars menés tambour battant, au suspense haletant et aux personnages à la psychologie fouillée, vous dévorerez d’une traite ce premier roman à suspense de Fiona McIntosh, qui s’impose d’emblée parmi les meilleurs du genre ! L’exercice n’était pourtant pas simple puisque l’auteur fait le choix de nous dévoiler l’identité du coupable dès les premiers chapitres du livre ! Un pari osé, sur lequel repose certainement le succès du livre. En effet, nous suivons en parallèle le parcours du meurtrier, et celui des enquêteurs. Et l’on se surprend à croiser les doigts pour que leurs chemins ne se croisent pas ! Il faut dire que Fiona McIntosh nous offre un coupable au passé tellement tragique et douloureux que l’on ne peut s’empêcher d’éprouver de la compassion à son égard.
Mensonge, secret, trahison, haine, vengeance, drames : au final, tout y est pour maintenir notre attention intacte jusqu’à la dernière page ! Un polar efficace qui rempli parfaitement son rôle.
Titre: Bye bye baby
Auteur: Fiona McIntosh
Editions: Pygmalion

Commentez l'article

A LA UNE

Sous la glace : une vision glaçante et ironique du monde de l’entreprise

Sous la glace : une vision glaçante et ironique du monde de l’entreprise

Publication : jeudi 14 décembre 2017 15:22

Par Eloise Bouchet - Comment trouver sa place dans un monde qui fait la part belle au profit immédiat au détriment de toute valeur humaniste ? Un monde qui porte aux nues les « winners », ceux qui n’hésitent pas à écraser les autres pour parvenir à leurs fins ?

Neymar : du FC Barcelone au PSG, toujours une valise d'avance

Neymar : du FC Barcelone au PSG, toujours une valise d'avance

Publication : jeudi 14 décembre 2017 10:13

  Par Pascal Baronheid - Fashion victims par excellence, mercenaires, sales gosses, les protagonistes du football sont peu suspects de fidélité, sauf à leur valise, élément fondamental de la panoplie de première nécessité.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter !

Sans langue de bois

Laurent Obertone : "Certains médias ont le monopole de la pensée autorisée et de la morale"

Laurent Obertone : "Certains médias ont le monopole de la pensée autorisée et de la morale"

Publication : mardi 28 novembre 2017 11:23

  Par Nicolas Vidal - Depuis la parution de France Orange Mécanique en 2013, le journaliste Laurent Obertone déjoue tous les pronostics littéraires. Ses livres font fureur en librairie malgré une presse très rétive aux sujets qu’il aborde et qui ne se prive pas de dénoncer ses idées.

Écoutez de la musique

CARRE MUSIQUE

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Idées de voyages

BANNER VOYAGE

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer