Solal a frayé son chemin. Le fils de Jean Sarkozy et Jessica Sebaoun est né tôt hier matin à l’hôpital de Neuilly. C’est le premier enfant du couple, qui s’était marié en septembre 2008.

Alors forcément, Nicolas Sarkozy a confié "l’immense bonheur que constituait la naissance de son petit-fils". Alors forcément, sur Twitter, les plus taquins se sont livrés à des blagues et réflexions autour de cette naissance. Mention spéciale pour Hugo Combe et son "Solaal pleule" ainsi qu’à Benjamin Le Maire pour "Solal Sarkozy est tellement précoce qu'il a déjà 1 an". Alors forcément les journalistes ont pondu des notes avec pour titre "Nicolas Sarkozy grand-père", mais aucune avec "Carla Bruni grand-mère par alliance", "belle grand-mère" ou autre.

Comme le rappelait Tatiana de Rosnay, Solal est le nom du héros de Belle du Seigneur, le roman d’Albert Cohen. Un roman auquel Nicolas Sarkozy a fait référence à plusieurs reprises depuis 2006. Aussi loin que je m’en souvienne, Nicolas Sarkozy l’avait évoqué la première fois il y a quatre ans, au cours d’un déjeuner off place Beauvau avec la rédaction de iTélé. L’épisode avait été narré par Laurent Bazin sur son blog, billet qu’il avait supprimé par la suite.

Au cours de ce déjeuner, Nicolas Sarkozy faisait part de ses préférences littéraires. Il avouait placer en premier sur sa liste le Voyage au bout de la nuit de Céline, suivi de Belle du Seigneur d’Albert Cohen. Son "côté femme" lui faisait alors adorer un passage du roman dans lequel Ariane attend Solal. Le ministre de l’Intérieur de l’époque se dit épaté par la précision avec laquelle l’écrivain a su se glisser dans la peau d’une femme. Même si, ajoute-t-il, l’auteur "devait s’emmerder comme un rat au bord du lac de Genève" pour écrire un tel livre.

Et que cache ce prénom hébreu, dont la traduction littérale est "celui qui fraie un chemin" ? Selon plusieurs sites qui livrent la signification des prénoms, les Solal sont hyperactifs, entreprenants, dynamiques et excitables. Ils donnent l’impression d'être toujours pressés. Un Solal sera impatient et fourmillera de projets. Non mécontent de lui-même, il peut avoir tendance à se complaire dans l’autosatisfaction. Curieux de tout, il peut paraître versatile car se lasse rapidement quand il a fait le tour d’un sujet. Enfin, les Solal manquent souvent d’organisation ou de suite dans les idées, ce qui peut les mener à des excès.

Enfant, Solal est un véritable petit tyran à qui il faut très tôt assigner des limites et inculquer des notions de partage et de respect des autres. Vite indépendant, il se montre autonome. Une de ses premières expressions pourrait être : « Moi tout seul ! ». Rapide et chahuteur, le sport lui sera nécessaire afin de s'exprimer.

Imaginatif et intuitif, Solal supporte mal la solitude. C’est la raison pour laquelle il se montre assez vite séducteur et conquérant. La difficulté le stimule et une chose impossible est de facto désirée par lui. Sympathique de prime abord, il recherche la compagnie des autres et s’affirme assez vite comme un leader dans les groupes. S’il était amené à exercer le pouvoir, ce serait un vrai Roi Solal !

Entre la signification de son prénom et son ascendance, nul doute que le petit Solal Sarkozy saura se montrer à la hauteur des hommes de sa famille. Et encore félicitations aux parents !
Par Neila Latrous

Commentez l'article

A LA UNE

Persée : une pièce qui dynamite joyeusement le désespoir

Persée : une pièce qui dynamite joyeusement le désespoir

Publication : mardi 21 novembre 2017 15:27

  Par Eloise Bouchet - La jeune troupe « A quoi la compagnie », fondée en 2013, s’empare pour sa septième création du mythe de Persée et le revisite à sa sauce. Une sauce pimentée et concentrée. Le sous-titre allitéré, « Persée, la palpitante épopée pipée perpétuelle », qui sonne comme des paroles de Boby Lapointe, donne le ton : la pièce sera fantaisiste, (ré)créative et absurde.

Hoc,ou le Nez : une pièce qui dérange

Hoc,ou le Nez : une pièce qui dérange

Publication : lundi 20 novembre 2017 16:06

  Par Eloise Bouchet - Publiée pour la première fois en 1835 dans la revue littéraire Le Contemporain, la nouvelle fantastique de Gogol, « Le Nez », raconte l’histoire d’un homme qui perd mystérieusement son nez et qui part à sa recherche. Peinture de la société pétersbourgeoise du XIXème siècle et de ses travers, Le Nez offre également une réflexion philosophique sur la place de l’homme dans la société.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter !

Publicité

bandeau auto editionlight

 

BANNER PUBLICATION NOV2017

 

BANNER FACEBOOK NOV2017

 

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Sans langue de bois

Chômage : Pôle Emploi, une machine infernale selon Cécile Hautefeuille

Chômage : Pôle Emploi, une machine infernale selon Cécile Hautefeuille

Publication : vendredi 20 octobre 2017 10:11

  Par Romain Rougé - Cécile Hautefeuille est journaliste. De son expérience de demandeuse d’emploi est né un blog, Le Minisphère du Chômage et des Idées reçues, puis un livre, La machine infernale : Racontez-moi Pôle Emploi.

Écoutez de la musique

CARRE MUSIQUE

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Idées de voyages

BANNER VOYAGE

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer