30 minutes de pur bonheur. Y a strictement rien à jeter, c’est affolant. Alors certes, le Black Joe Lewis et son orchestre, les Honeybears, se sont plus que largement servi dans les catalogues d’autres artistes soul et funk, il n’y a pas beaucoup de choses originales dans ce disque. Chuck Berry (”Gunpowder”), les Bar-Kays (”Humpin’”), James Brown (partout), Wilson Pickett (partout), les influences sont claires comme de l’eau de roche, ce qui facilite grandement le boulot de chroniqueuse.

Comment résister à “Gunpowder”, “Sugarfoot”, “I’m Broke”, les 3 premiers morceaux ? Ils auraient pu faire de la méga-daube ensuite, le boulot était fait. J’exagère. Mais ces morceaux sont irrésistibles. La grande majorité du disque a été enregistrée live en studio (avec tous les musiciens jouant en même temps), ce qui lui confère une énergie dingue, même si je trouve que certains morceaux sont produits et mixés un peu bizarrement. Traduction : Il y a des moments où carrément le bordel, on se croirait dans un disque de garage-rock. Mais bon sang, quel groove !!

Les Honeybears jouent avec une intensité rare tandis que la voix de Joe Lewis possède tous les atouts d’un immense chanteur de soul. Ce dernier est un autodidacte, qui a bossé quelques années chez un prêteur sur gages texan tout en perfectionnant son jeu de guitares et ses cris.

Bon sang, ce mec sait crier. Il donne tout le temps l’impression de s’arracher les tripes quand il chante. Alors certes, l’image est affreuse, mais mis en musique j’vous assure que ça envoie. Si vous en avez marre d’écouter les derniers trucs formatés à la mode (c'est-à-dire les albums dont la pub passe à la télé, vous savez exactement de quoi je parle), prenez-vous cet album dans les oreilles, c’est plus sain qu’un bon coup de Kärcher.

Dur de rester assise en écoutant Tell ‘Em What Your Name Is. J’ai déjà employé le terme “hommage”, je crois que c’est, avec “monstrueuse tuerie soul”, ce qui définit le mieux la musique de ce groupe. La seconde moitié du disque est moins exaltante que la première, même si “Get Yo Shit” est assez marrante et que “Bobby Booshay” est une pépite “rock & roll & soul”, si vous me permettez l’expression. Et puis les hurlements, ça finit par faire mal à la tête (c'est pas du tout rock'n'roll cette phrase, mais Joe Lewis m'a vraiment fait vibrer l'oreille interne à plusieurs reprises)

Ne passez pas à côté de Tell ‘Em What Your Name Is et de ces bombes soul imparables, vous le regretteriez !

(sorti le 17 mars / Lost Highway Records)

Commentez l'article

A LA UNE

Persée : une pièce qui dynamite joyeusement le désespoir

Persée : une pièce qui dynamite joyeusement le désespoir

Publication : mardi 21 novembre 2017 15:27

  Par Eloise Bouchet - La jeune troupe « A quoi la compagnie », fondée en 2013, s’empare pour sa septième création du mythe de Persée et le revisite à sa sauce. Une sauce pimentée et concentrée. Le sous-titre allitéré, « Persée, la palpitante épopée pipée perpétuelle », qui sonne comme des paroles de Boby Lapointe, donne le ton : la pièce sera fantaisiste, (ré)créative et absurde.

Hoc,ou le Nez : une pièce qui dérange

Hoc,ou le Nez : une pièce qui dérange

Publication : lundi 20 novembre 2017 16:06

  Par Eloise Bouchet - Publiée pour la première fois en 1835 dans la revue littéraire Le Contemporain, la nouvelle fantastique de Gogol, « Le Nez », raconte l’histoire d’un homme qui perd mystérieusement son nez et qui part à sa recherche. Peinture de la société pétersbourgeoise du XIXème siècle et de ses travers, Le Nez offre également une réflexion philosophique sur la place de l’homme dans la société.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter !

Publicité

bandeau auto editionlight

 

BANNER PUBLICATION NOV2017

 

BANNER FACEBOOK NOV2017

 

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Sans langue de bois

Chômage : Pôle Emploi, une machine infernale selon Cécile Hautefeuille

Chômage : Pôle Emploi, une machine infernale selon Cécile Hautefeuille

Publication : vendredi 20 octobre 2017 10:11

  Par Romain Rougé - Cécile Hautefeuille est journaliste. De son expérience de demandeuse d’emploi est né un blog, Le Minisphère du Chômage et des Idées reçues, puis un livre, La machine infernale : Racontez-moi Pôle Emploi.

Idées de voyages

BANNER VOYAGE

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer